Un homme jugé pour avoir maltraité le fils de son amie

Caroline Girardon

— 

Le procès se déroule aux assises.
Le procès se déroule aux assises. — C. VILLEMAIN/20 minutes

Aujourd'hui, Djason a 2 ans. Mais au lieu de jouer comme tous les autres enfants de son âge, le petit garçon vit dans un institut. Aveugle, incapable de se tenir assis ou debout, il ne mange pas et tète encore les biberons qu'on lui donne. Ses mains sont fermées et, pour s'en servir, il a besoin qu'on le stimule en permanence. « Aucun de ses membres n'agit seul, note Hélène Fraisse, son administratrice. Il ne parle pas et il n'y a pas de communication possible. »

« Le signe de secousses violentes »
Depuis lundi, Laurent, l'ancien compagnon de la mère de Djason comparait devant la cour d'assises du Rhône, pour avoir secoué et maltraité le bébé, devenu aveugle et lourdement handicapé. Le 20 janvier 2011, le couple venu de Vénissieux à pied, se présente peu avant minuit aux urgences de l'hôpital Mère-Enfant de Bron. Et explique aux médecins que, depuis trois jours, le bébé ne pleure plus, ne mange plus, a le regard fixe et des selles noires. Les praticiens l'examinant découvriront un œdème cérébral très important ainsi que des hémorragies rétiniennes bilatérales et une fracture occipitale (à l'arrière] du crâne. « Je lui faisais prendre son bain, et quand j'ai voulu le mettre sur la table à langer, il m'a glissé des mains. Il est tombé sur le sol. J'étais tétanisé », raconte l'accusé, se montrant parfois agressif envers la cour.
Le Dr Hervé Fabrizi, qui a examiné le nourrisson se montre catégorique : « Les hémorragies rétiniennes bilatérales sont le signe de secousses violentes. » D'après l'expert, elles seraient à l'origine de la cécité de l'enfant. Quant à la fracture du crâne, qui ne peut avoir été causée par des secousses, le médecin est quasiment formel. « Le fait que la fracture soit située dans la partie occipitale du crâne plaide en faveur d'une maltraitance. Une fracture pariétale [au sommet du crâne], comme dans 90 % des cas rencontrés de bébés tombant de table à langer, aurait été le signe d'un accident. » Le verdict est attendu jeudi.