Les jeunes Européens parlementent à Lyon

— 

Depuis samedi, l’anglais est de rigueur à la résidence universitaire André-Allix (Lyon 5e). Plus de deux cents jeunes issus de vingt neuf pays européens y ont été
accueillis ce week-end. Jusqu’au 30 août, ces «délégués » âgés de 17 à 24 ans vont participer à Lyon à la cinquième session du Parlement européen
des jeunes (PEJ). Miguel, Helena et Mercedes, étudiants à Madrid, ont ainsi répondu à l’appel des organisateurs pour « prendre du bon temps », « découvrir Lyon »,mais aussi«débattre et confronter les points de vue sur l’Europe ». Les participants à cette session ont droit à un menu chargé. A partir de mercredi, ils vont se réunir au sein de quatorze commissions pour élaborer des projets de loi autour du thème central«relever les défis de l’Europe au XXIe siècle ». Les délégués vont ainsi plancher sur des
sujets comme l’accès aux nouveaux médicaments, le
développement durable, la protection du territoire européen face au terrorisme… « Les commissions, c’est le moment où on ressent le mieux les différences de visions d’un pays à l’autre sur un sujet donné », constate Guillaume Borie, 20ans, étudiant
en histoire et président du comité Rhône-Alpes du
Parlement européen des jeunes. Ces projets de loi seront ensuite débattus en assemblée plénière en fin de session. Puis ils seront transmis aux instances européennes, aux gouvernements et aux élus. «Notre but n’est pas de faire du lobbying pour que ces textes soient votés par les eurodéputés. Certains piochent toutefois des idées dans les travaux du Parlement
des jeunes. Le rôle de ces sessions est avant tout
pédagogique et culturel. »

Frédéric Crouzet