20 Minutes : Actualités et infos en direct
ANIMAUXD’où vient le toilettage canin ?

Chiens : D’où vient le toilettage canin ?

ANIMAUXVous êtes-vous déjà demandé d’où viennent les tontes et coupes, parfois extravagantes, que l’on offre aux chiens ? Si cela ne paraît pas évident à première vue, elles ont une origine utilitaire et sont vieilles de plusieurs siècles.
Le Monde des Animaux
Le toilettage canin a une longue histoire.
Le toilettage canin a une longue histoire. - Kasefoto / Shutterstock / Shutterstock
Le Monde des animaux

Le Monde des animaux

Si le toilettage canin apparaît à certains comme un luxe, c’est en partie une nécessité. Il ne consiste pas seulement à laver les chiens mais aussi à entretenir leur poil, à couper leurs griffes, à couper ou à tondre leur fourrure, voire à les épiler, et même, dans les cas extrêmes, à les coiffer et les teindre. Chez les animaux sauvages, la toilette est assurée par l’animal lui-même ou ses congénères, mais ce n’est pas le cas chez le chien, qui a besoin que son maître veille à son hygiène.

S’il est important de ne pas laver son chien trop souvent pour éviter d’agresser sa peau, on considère que deux bains par an ne sont pas de trop, et il faut également veiller à l’état de ses griffes et de ses oreilles, et brosser son poil régulièrement. La solution la plus simple pour cela, c’est de s’en remettre à un professionnel : le toiletteur. Ce métier est relativement récent, mais la tonte et le toilettage des chiens en général sont bien plus anciens.

L’accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur« J’accepte », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires.

Plus d’informations sur la pagePolitique de gestion des cookies


Une coupe de chasseur

À l’origine, on coupait le poil des chiens à des fins utilitaires. Le barbet et le caniche, chiens d’eau chargés de lever le gibier à la chasse, étaient tondus “à la lion” : l’arrière-train était rasé pour faciliter les déplacements dans l’eau et pour que les animaux ne se fatiguent pas sous le poids de leur abondant poil mouillé. On laissait toutefois la poitrine intacte pour protéger le cœur et les poumons du froid, ce qui donnait effectivement à ces chiens une allure de lions, le poil volumineux à l’avant du corps évoquant une crinière. Il existait des variantes de cette coupe, comme des touffes de poils laissées sur les hanches, formant des espèces de pompons à l’allure décorative mais voués en réalité à protéger la peau des ronces, courantes dans les marais.

Avec la disparition progressive des marais en Île-de-France, ces chiens ont trouvé une autre place. Appréciés par la noblesse qui reconnaissait leur caractère enjoué, leur adaptabilité, leur intelligence et leur loyauté inébranlable, ces chiens de chasse, toujours avec la coupe lion, trônaient dès le XVIe siècle sur les somptueux canapés de l’aristocratie. Si leur coupe de travail était en partie conservée par coquetterie, elle a aussi trouvé un sens. Au XVIIe siècle, les chiens de manchon deviennent en effet très populaires auprès des nobles ; de petit gabarit, ils sont portés, comme leur nom l’indique, sur les bras des femmes de la cour pour leur tenir chaud dans les châteaux glaciaux. La tonte partielle permettait de mieux conduire la chaleur, les mains étant en contact direct avec la peau du chien.


L’étrange coupe lion, qui consiste à ne tondre qu’une partie du pelage de l’animal, n’avait au départ que des fins utilitaires. Au fil des siècles, elle est toutefois devenue purement esthétique et s’est sophistiquée. Différentes variantes se sont développées en Europe continentale, au Royaume-Uni et aux États-Unis.
L’étrange coupe lion, qui consiste à ne tondre qu’une partie du pelage de l’animal, n’avait au départ que des fins utilitaires. Au fil des siècles, elle est toutefois devenue purement esthétique et s’est sophistiquée. Différentes variantes se sont développées en Europe continentale, au Royaume-Uni et aux États-Unis. - Natallia Yaumenenka / Shutterstock

L’évolution du toilettage

À partir du XIXe siècle, avec l’industrialisation rapide de l’Europe, son urbanisation et l’apparition de la classe moyenne, le chien de compagnie devient de plus en plus courant et le métier de toiletteur apparaît en ville dès le Second Empire. Le caniche est encore très en vogue, tout comme le bichon, qui ont encore droit à la coupe lion, devenue classique. À la fin de ce siècle, l’arrivée de la tondeuse mécanique facilite le métier des toiletteurs et leur permet d’être plus créatifs : dans les années 1920, la tondeuse électrique rend les tontes encore plus faciles, et plus osées ! Ce sont les années folles, une période d’insouciance et de joie après la Première Guerre mondiale, et la mode s’en ressent, pour les humains comme pour leurs chiens.


Cet article vous a plu ? Retrouvez le magazine "Le Monde des Animaux" en kiosque et sur monmag.fr (versions papier et numérique, et abonnements).

Le Monde des Animaux & de la nature est un magazine trimestriel.
Le Monde des Animaux & de la nature est un magazine trimestriel. - Le Monde des Animaux n°44

Le Monde des Animaux & de la Nature est un magazine dédié à la faune et à la flore sauvages du monde entier. À travers des histoires captivantes et de sublimes photographies, le magazine offre un véritable safari visuel au cœur de la nature.

Cet article est réalisé par Le Monde des Animaux et hébergé par 20 Minutes.

Sujets liés