Oracom

La disparition des dinosaures n’a pas été si rapide qu’on le croit

ANIMAUX L’extinction des dinosaures pourrait avoir duré plusieurs milliers d’années.

Camille Oger pour Le Monde des Animaux
Les prédateurs comme le T. rex ont probablement fait partie des derniers dinosaures à disparaître.
Les prédateurs comme le T. rex ont probablement fait partie des derniers dinosaures à disparaître. — Shutterstock

On sait avec certitude que l’extinction de masse qui a scellé le sort des dinosaures non aviens remonte à 66 millions d’années. Cet épisode, appelé extinction crétacé-paléogène, a affecté le règne animal dans son ensemble ainsi que toute la flore terrestre. Environ 50 % des espèces mondiales ont disparu, laissant la place pour le développement de nouvelles plantes et créatures qui existent toujours. Sans cet événement, les oiseaux, les mammifères et les plantes à fleurs n’auraient sans doute pas pu se développer de la sorte, et notre planète serait totalement différente.

La chute d’un astéroïde

La majorité de la communauté scientifique s’accorde à dire que cette extinction de masse est due à la chute d’un astéroïde de 11 à 81 km de diamètre dont on peut encore voir le cratère d’impact à Chicxulub, sur la péninsule du Yucatán au Mexique. Cette collision a sans doute été suivie d’un immense raz-de-marée, mais ce n’est pas lui qui a tué les dinosaures. Leur disparition semble avoir été plus lente et plus progressive, bien qu’elle soit considérée comme extrêmement rapide à l’échelle géologique. La météorite de Chicxulub a sans doute été accompagnée ou précédée par une période d’activité volcanique intense ; ces événements combinés ont très probablement obscurci l’atmosphère, bloquant la lumière du Soleil. Les espèces dépendant de la photosynthèse, comme le phytoplancton et les plantes terrestres, ont bien sûr été les premières à en souffrir, voire à s’éteindre, et le problème s’est vite étendu au reste du monde puisque ces espèces sont à la base de la chaîne alimentaire. On suppose que les animaux herbivores sont les premiers à s’être éteints quand les végétaux dont ils se nourrissaient sont devenus rares. Les prédateurs comme le T. rex ont fait partie des derniers dinosaures à disparaître, mourant de faim en l’absence de leurs proies habituelles. Les animaux omnivores, insectivores et charognards ont quant à eux eu plus de chances de survivre.


Les découvertes de fossiles permettent d’en apprendre toujours plus sur les dinosaures.
Les découvertes de fossiles permettent d’en apprendre toujours plus sur les dinosaures. - YuRi Photolife / Shutterstock

Un déclin sur des millions d’années ?

Le registre fossile étant très incomplet, difficile de savoir exactement combien de temps cet “effet domino” a pu prendre avant que tous les dinosaures non aviens soient éteints. On sait toutefois que leur disparition a pu prendre plusieurs dizaines de milliers d’années. D’après une étude publiée dans la revue Science, la météorite de Chicxulub se serait écrasée sur Terre il y a 66 038 000 ans, soit au maximum 32 000 ans avant l’extinction des dinosaures. Le processus de disparition pourrait donc avoir duré aussi longtemps, bien que d’autres scientifiques l’imaginent plus court, ou plus long.

Enfin, de plus en plus d’indices semblent confirmer que les dinosaures non aviens étaient déjà en déclin plusieurs millions d’années avant leur extinction finale. Leurs difficultés à remplacer les espèces disparues par de nouvelles les auraient rendus vulnérables à une catastrophe d’ampleur planétaire, et incapables de s’adapter rapidement pour y survivre.