Cathy Borie raconte cette histoire pour qu’il n’en reste pas que « De la poussière et du vent »

2min books « De la poussière et du vent » de Cathy Borie est paru en décembre 2022 chez d’Avallon

Marceline Bodier membre de la communauté 20 Minutes Livres.
— 
De la poussière et du vent
De la poussière et du vent — d'Avallon
  • Les lectures coups de cœur, ça se partage.
  • Notre communauté vous recommande chaque jour un nouveau livre.
  • Aujourd’hui, « De la poussière et du vent » de Cathy Borie paru le 2 décembre 2022 aux Éditions d’Avallon.

Marceline Bodier, bookstagrammeuse et contributrice du groupe de lecture 20 Minutes Books, vous recommande « De la poussière et du vent » de Cathy Borie, paru le 2 décembre 2022 aux Éditions d’Avallon.

Sa citation préférée :

Elle sanglotait maintenant, tant son bonheur la submergeait.

Pourquoi ce livre ?

  • Parce que le livre, basé sur des faits réels, décrit un processus de transmission et de résilience transgénérationnelles : l’arrière-grand-père, résistant, déporté politique, a souffert au plus profond de sa chair ; la grand-mère, sa fille, a affronté une étrange dépression qui ne disait pas son nom ; la mère, double de l’autrice, écrit cette histoire pour empêcher que n’en restent que de la poussière et du vent ; et la fille, qui n’a que vingt ans, porte tout cela et doit vivre, comme nous tous, avec les échos des fracas du XXe siècle qui résonnent d’une manière étonnamment intime.
  • Parce que c’est aussi un livre sur la dépression, telle qu’elle était dans des années où elle « n’était pas encore à la mode » et où on ne la nommait pas : « Elle avait mal, et elle ne savait pas où, ni pourquoi ». Resituée dans ce récit générationnel, elle dépasse de beaucoup la dimension individuelle : on en voit les racines dans le vent de l’histoire, en l’occurrence le passage d’un ancêtre dans les camps de la mort. Parce que oui, on sait bien, aujourd’hui, que grandir dans les non-dits est délétère ; mais comment faire autrement quand on est élevée par un survivant de l’horreur ?
  • Parce que c’est le pendant émotionnel de L’origine de la violence, de Fabrice Humbert. Ce livre, lui aussi magnifique, incarne et intellectualise les processus de la psychogénéalogie : il met en lien la violence irrépressible que le narrateur ressent avec l’histoire de son grand-père biologique, mort en déportation, dont il découvre l’existence de manière fortuite. Le livre de Cathy Borie, lui, restitue à ces mêmes mécanismes de la transmission des traumatismes toute la gamme d’émotions qu’ils génèrent et nous renvoie à la phrase d’Elie Wiesel : « Qui écoute un témoin le devient à son tour ».
  • Parce que c’est aussi un livre sur les secrets de famille et qu’il y a une vraie prise de conscience à la clé : un secret de famille, ce n’est jamais juste un fait isolé plus ou moins caché, mais c’est tout un fil que les différentes branches familiales ne tirent pas de la même manière. Dans la famille d’Émilien, toutes les branches n’intègrent pas ce patriarche de la même façon dans leur imaginaire selon ce qu’elles savent, selon la manière dont il leur a fait entendre indirectement son histoire, ou pas. L’identité ne surgit pas tant des gènes partagés que d’un récit fondateur commun…
  • Parce que lire Cathy Borie, c’est toujours aussi un plaisir esthétique, celui qu’on ressent quand on pleure au moment du Lacrimosa du Requiem de Mozart, même la millième fois, même en sachant à l’avance qu’on pleurera, juste parce que c’est beau et que ça fait vibrer une petite corde très sensible au fond de soi. J’aurais voulu choisir le dernier paragraphe du chapitre sur la fin de la vie d’Émilien en illustration de cette chronique, mais ce serait amoindrir la force des larmes qui jaillissent du lecteur qui y arrive après des pages qui l’ont pris à la gorge. Lisez-les !

L’essentiel en 2 minutes

L’intrigue. La mort d’une mère… de vieilles photos, un bracelet de déporté retrouvé… et le besoin de remonter le fil de l’histoire, « comme si les échos de ces vieilles vies n’en finissaient pas de se répercuter dans les vies suivantes, et d’y marquer des empreintes infimes mais indélébiles ».

Les personnages. Louis, Juliette, Margot ; Lorette, Jean, Mina, Gaspard ; Clarisse, Maryline et Nathalie ; Léa… quatre générations sur lesquelles pèse l’ombre écrasante d’un homme : Émilien, né en 1899, déporté en 1942, mort en 1990, « la figure mythique de la famille ». Mais le mythe est-il le même pour tous ?

Les lieux. Les fêtes sont célébrées en Corse, les destins se construisent en Dordogne, mais c’est encore ailleurs que se rompent les histoires familiales : à Paris, d’une manière légère ; et en Allemagne nazie, dans le camp de Neuengamme, d’une manière monstrueuse.

L’époque. Qu’est-ce qu’une époque, qu’est-ce que le temps, dès lors que nous comprenons que l’ampleur des souffrances endurées par la génération déportée dans les années quarante ne s’est pas éteinte avec ceux qui l’ont vécue dans leur chair, mais qu’elle a été transmise à leurs descendants ?

L’auteur. Dans son œuvre très riche, Cathy Borie explore des émotions difficiles à affronter pour nous permettre de les regarder en nous. De la poussière et du vent le fait sur le versant autobiographique, comme Dans la chair des anges, Ana ou Mille jours sauvages l’ont fait sur le versant fictionnel.

Ce livre a été lu avec un tourbillon d’émotions fortes qui m’ont fait pleurer des larmes que je souhaite à tout le monde. C’est l’histoire de la famille de Cathy Borie, mais c’est également celle d’un siècle cruel et donc forcément la nôtre, ici et aujourd’hui, puisque nous devons tous vivre avec son héritage.

Vous voulez nous recommander un livre qui vous a particulièrement plu ? Rejoignez notre communauté en cliquant ici

20 Minutes de contexte

Une partie des liens de cet article sont sponsorisés. A chaque fois que vous achetez un livre via l’un d’entre eux, nous touchons une commission qui nous aide à payer nos factures. Pour éviter tout conflit d’intérêts, nous avons adopté la méthode suivante :

1. Les contributeurs de la rubrique choisissent leurs livres, réalisent leurs fiches et leur critique en toute indépendance, sans se soucier des liens éventuels qui seront ajoutés.

2. Les liens sont ajoutés a posteriori, à chaque fois que nous trouvons le produit recommandé sur une de nos plateformes partenaires.

Merci d’avance à tous ceux qui cliqueront !