«Bamboula»: la réédition de la bande dessinée est vue d'un mauvais œil

POLEMIQUE Les éditions De Varly avaient prévu de rééditer la bande-dessinée «Les aventures de Bamboula», mais une vive polémique en a découlé...

Emma Ferrand

— 

La bande dessinée plaît au 41e festival de la BD à Angoulême
La bande dessinée plaît au 41e festival de la BD à Angoulême — JEAN MICHEL NOSSANT/SIPA

La bande dessinée Les aventures de Bamboula qui devait être prochainement rééditée ne sortira peut-être pas, finalement.

Les éditions De Varly sont en plein cœur d’une polémique, et principalement George Fernandes, le responsable de la maison. L’idée de remettre en avant les histoires de Bamboula, jeune enfant innocent venu d’un pays d’Afrique noire et arrivé en France, provoque de nombreuses indignations.

Inventé par l’illustrateur français Marcel Turlin, dit « Mat », le personnage Bamboula n’a pas connu un grand succès à l’époque de sa création, après la Seconde Guerre mondiale. Les éditions De Varly ont voulu donner à ce petit garçon une nouvelle vie. Mais était-ce bien raisonnable ?

Des clichés qui passent mal

C’est d’abord le prénom qui choque, chargé de mépris et de racisme colonial. On se souvient qu’en février dernier, un syndicaliste policier avait estimé durant l’affaire Théo que ce surnom était « à peu près convenable ». Il avait dû s’excuser rapidement.

>> A lire aussi : VIDEO. Affaire Théo: «Bamboula», une insulte «à peu près convenable», estime un syndicaliste policier

Ce qui dérange également, c’est le langage du petit garçon, maladroit, inculte. Dans les bulles de la bande dessinée, on peut lire par exemple : « Ti vas voir Midame si ça y’en a fameux poulet rôti à li mode di chez nous ».

La caricature est cependant présente aussi chez les personnages blancs qui ont des traits de caractère violents et intolérants.

George Fernandes s'est exprimé sur le site Amazon quant aux critiques qui lui ont été faites. Il indique notamment : « Le terme de « Bamboula » est une insulte en France. Personne ne devrait dire le contraire. Il y eut de nombreuses utilisations, la dernière en date est pour désigner, avec une forte connotation raciste, les Africains. L’auteur Marcel Turlin, dit « Mat » (1895-1982), était un homme de coeur. Il aimait faire rire les enfants et il détestait l’injustice. Il souhaitait la fraternité entre les hommes… Il a donc voulu prendre à contresens les idées de son époque. »

Un premier tome de la bande dessinée devrait sortir le 1er février prochain. Claudy Siar, animateur et chanteur, a déclaré sur sa page Facebook : « Si cette maison d’édition ose aller au bout de son projet, je débarque dans leurs locaux et ça va chauffer !!‬ »

Selon nos confrères de Jeune Afrique, la maison d’édition réfléchit à publier cette BD, après avoir reçu des menaces de mort et des injures. Toutefois, il est disponible sur le site de la Cité BD d'Angoulême. Le tome 2 ne sera quant à lui pas publié.