Dans «La Peine capitale», le Pérou se fait fusiller par l'Argentine en pleine Coupe du Monde 78

POLAR Les lectures coups de cœur, ça se partage. Notre communauté vous recommande chaque jour un nouveau livre. Aujourd'hui, «La Peine capitale» par Santiago Roncagliolo chez Points (456 p., 7,90€).

Ecrit par la communauté

— 

«La Peine capitale» par Santiago Roncagliolo chez Points (456 p., 7,90€).
«La Peine capitale» par Santiago Roncagliolo chez Points (456 p., 7,90€). — Points/20 Minutes

On a lu pour vous «La Peine capitale» par Santiago Roncagliolo chez Points (456 p., 7,90€).

Notre citation préférée: 

«Il était conscient de son manque d'expérience. Il avait été et restait le dernier étudiant vierge de l'université. Il manquait de connaissance sur les désirs des femmes, sauf sur celle qui lui avait donné le jour, laquelle n'avait pas de désirs.»

Pourquoi ce livre?

  • Parce que ce livre est très fin. En choisissant un héros insignifiant, Santiago Roncagliolo pose sur le régime de Bermudez le regard d'un petit fonctionnaire zélé mais bien intentionné. Du décalage entre le cynisme de la dictature et la naïveté du gratte-papier émerge une comédie policière délicate et prenante.
  • Parce que La Peine Capitale se déroule en pleine opération Condor. Tandis que les rapaces argentins et péruviens volent d'un côté à l'autre de la frontière, laissant tomber négligemment leur chargement d'opposants, les caméras du monde entier se braquent sur le carré de pelouse de l'Estadio Monumental.
  • Parce qu'on fond pour le personnage principal du roman. Obnubilé par le règlement, dans un pays sans état de droit, étranger à la passion nationale pour le foot, incapable de satisfaire sa torride petite amie, il est également opiniâtre, courageux et droit. Une sorte de héros-malgré-lui qu'on a envie de serrer fort dans ses bras.

>> A lire aussi : Faites partie de la communauté «Livres» de 20 Minutes en chroniquant vos livres préférés

L'essentiel en 2 minutes

L'intrigue. En ce 3 juin 1978, l'Ecosse a pris deux pions de Cubillas et Joaquin Calvo une balle d'un inconnu. Les Péruviens se passionnent pour les exploits de l'un et ignorent superbement la mort de l'autre. Seul Felix, un archiviste coincé aimerait savoir pourquoi cet homme sans histoire a été abattu...

Les personnages. Petit, Felix Chacaltana a avalé le code civil et il lui est resté bloqué dans le rectum. Depuis, il trompe dans les délices de l'archivage son désespoir amoureux et ses frustrations de fils couvé. Enfant du soleil, ton destin est sans pareil. L'aventure t'appelle. N'attends pas et cours vers elle.

Les lieux. Lima en plein été. A Miraflores, on se plaint sans doute de la garua mais sur les quartiers populaires des hauteurs c'est l'ombre plus inquiétante de la dictature qui plane.

L'époque. Pendant la coupe du Monde 1978, remportée par l'Argentine grâce à un coup de main (volontaire?) du voisin péruvien. Le continent se passionne pour les jeux du cirque; les dictateurs peuvent envoyer des pains tranquillement.

L'auteur. Prolixe écrivain péruvien, Santiago Roncagliolo a dû fuir avec ses parents la dictature de Bermudez en 1977. Il avait 3 ans, en 78, quand la Blanquirroja du magique Cubillas terrorisait les défenses du monde entier.

Ce 2min' a été préparé en sifflotant El Condor Pasa par Le Polaroïde

J'aime le soleil et les livres sombres.

Vous voulez nous recommander un livre qui vous a particulièrement plu ? Rejoignez notre communauté en cliquant ici