«Police»: Quand l'expulsion d'un migrant provoque un déluge de réflexions

Livres Les lectures coups de cœur, ça se partage. Notre communauté vous recommande chaque jour un nouveau livre. Aujourd'hui Police, d'Hugo Boris chez Grasset (17,50€ chez Grasset).

Ecrit par la communauté
— 
Police, d'Hugo Boris (Grasset)
Police, d'Hugo Boris (Grasset) — 20 Minutes

Les lecteurs de 20 Minutes vous proposent une idée de roman à dévorer ou à offrir. Aujourd'hui Police, d'Hugo Boris chez Grasset.

Notre citation préférée: 

A l'entrée de l'avion, une jolie brune au périnée tonique finit d'orienter une famille de passagers avant de tourner vers eux un sourire de bienvenue.

Pourquoi ce livre?

  • Parce qu'on trouve ça pas mal d'essayer de comprendre de l'intérieur qui sont les policiers, eux qu'on considère tantôt comme des héros (période Je suis Charlie/Bataclan) tantôt comme des pourris (version Neyret et son trafic lyonnais) ou des brutes qui tabassent les lycéens. Attention spoiler : et s'ils étaient simplement humains ?
  • Parce qu'on a drôlement aimé le style d'Hugo Boris dans son précédent livre, Trois grands fauves, qui faisait vivre Danton, Hugo et Churchill grâce à une plume à la fois alerte et délicate et qu'on a plaisir à le retrouver ici, avec les mêmes qualités : authenticité, bienveillance envers ses personnages et une élégance qui n'est pas dépourvue d'humour.
  • Parce qu'on est soulagé de voir que finalement, « police » s'écrit bien comme ça et pas « polisse » comme on l'a cru un moment à cause de Maïwenn !

L'essentiel en 2 minutes

L'intrigue. Un trio de policiers intervient, sur la base du volontariat mais en dehors de son périmètre de compétence habituel, pour transporter du centre de rétention jusqu’à l’aéroport un migrant débouté du droit d’asile et qui doit donc être expulsé. Cette situation sortant de l’ordinaire déclenche une réflexion, des réactions chez chacun, nourries bien sûr par des situations professionnelles et personnelles qui sont loin d’être aussi simples qu’on pourrait le croire au premier abord.

Les personnages. Virginie, jeune maman, discrète, qui a choisi la police par atavisme et dont le couple bat de l’aile ; Aristide, le séducteur de service, aussi rieur extérieurement qu’il se sent vide intérieurement ; et enfin Eric, le moins sympathique à la base, sans doute parce qu’il paraît trop monobloc avec son professionnalisme un brin rigide. Le migrant, dont on ne sait pas grand-chose puisqu’il ne parle pas français.

Les lieux. L'essentiel de l'histoire se déroule dans la voiture de service qui nous fait traverser Paris et la banlieue jusqu'à l'aéroport Charles-de-Gaulle : c'est donc une espèce de huis-clos tout à fait propice à qui veut se faire des n?uds dans la tête.

L'époque. Ça se passe ici et maintenant. Et c'est vraiment précieux de lire un roman qui prend à bras le corps une question aussi actuelle, une question qui traverse le quotidien de beaucoup de gens.

L'auteur. Hugo Boris est un jeune auteur qui publie des romans en s’essayant chaque fois à un nouveau genre depuis maintenant plus de 10 ans. Il est également réalisateur de courts-métrages, ce qui explique peut-être le côté très cinématographique de Police : la scène inaugurale du vestiaire, les longues séquences en voiture, la course effrénée dans l’aéroport … On croirait presque avoir vu le film, quand on repose le livre.

Ce 2min' a été préparé avec passion par Frédérique

Pionnière de 20MinBooks

Vous voulez nous recommander un livre qui vous a particulièrement plu? Rejoignez notre communauté en cliquant ici