Direction l'Alaska avec le polar explosif et glacé «Aurore de sang»

THRILLER Prenez deux minutes pour savoir si «Aurore de sang» d'Alexis Aubenque est le livre qu’il vous faut…

Laurent Bainier

— 

«Aurore de sang» d'Alexis Aubenque (Robert Laffont).
«Aurore de sang» d'Alexis Aubenque (Robert Laffont). — 20 Minutes

Tous les jours de la semaine, la rédaction de 20 Minutes ou ses lecteurs vous proposent une idée de roman à dévorer ou à offrir. Aujourd’hui, Aurore de sang d'Alexis Aubenque chez Robert Laffont (368 pages, 20€).

Une citation:

«Nimrod sentit ses mains trembler et regarda les débris de verre. Il en ramassa un et s’entailla la paume. Pendant un court instant, la souffrance physique lui permit d’oublier les tourments de son âme…»

Pourquoi choisir ce livre:

  • Parce que, justement, on ne veut pas choisir : secte, complot, mafia, drogue, kidnapping, assassinat, attentat, massacre… Tout tient dans Aurore de sang, même l’intrigue. Alors, bien sûr, on se dit que la pauvre brigade de White Forest n’est quand même pas vernie, à se prendre des seaux de popo sur la courge pendant 356 pages. Mais bon, elle a Nimrod Russell et Tracy Bradshaw dans ses rangs, ça compense.
  • Parce que, oui, Aurore de sang est la suite de Tout le monde te haïra (qui vient de sortir en poche chez J’ai lu). On y retrouve Nimrod, fournisseur principal de l’hôpital du comté. Et Tracy, son binôme qui fait enfin ses nuits . 
  • Parce qu’Alexis Aubenque dégaine ses livres plus vite que son ombre mais rate rarement sa cible. Ses nombreux fans seront ravis de retrouver dans ce nouveau thriller sa science du suspens et son style tout entier tourné vers l’action.
     

>> A lire aussi : «10:04» chronique les états d'âme d'un hipster new-yorkais en crise

L’essentiel en 2 minutes:

L’intrigue. Nimrod is back. Dans quelques jours, on lui rendra sa plaque, son flingue et sa place de parking devant le comico. Le futur ex-détective privé prend juste une dernière petite mission de routine : retrouver le gamin de son ex, enlevé par une secte. De son côté, Tracy a un cadavre de milliardaire bouffé par les loups à faire parler. Bref, journée classique à White Forest.

Les personnages. Argf, on a envie de vous en dire, des choses sur le bon vieux Nimrod et sa famille de dégénérés. Sachez que petit à petit, le voile se lève sur son passé et que le prochain acte s’annonce déjà terrifiant. Sinon, son side-car va bien. Toujours aussi discret pour filocher du suspect.

Les lieux. Une petite ville du sud de l'Alaska, en face des îles Douglas, le long du canal du Gastineau. Ça pourrait être Juneau, mais on va l’appeler White Forest pour ne pas faire de tort au tourisme local. Parce qu’avec la collection de guignards que se trimballe la bourgade, on n’est pas sûr que vous y fassiez la queue pour valider votre Loto.

L’époque. Au moment des plus belles aurores boréales de l’année, du siècle même. L’hiver ne s’est pas encore installé. Echaudé par l’épisode précédent, l’Inuit s’en est allé baguenauder en flip-flop et marcel, mais le touriste qui débarque sera, lui, bien avisé de prendre une petite laine.

>> A lire aussi : Au 36, Laurent Loison explore la « Charade » d’un serial killer psychopathe

L’auteur. Connu d’abord pour ses space operas, Alexis Aubenque se consacre depuis 2008 au polar. Avec succès. Sa série River Falls et son spin-off, les Nuits noires à Seattle, ont séduit un large public. Il continue son exploration des Etats-Unis avec cette nouvelle série noire. 

Fiche réalisée par la rédaction de 20 Minutes. Pour rejoindre notre club de lecture, surveillez notre rubrique livres. Plus d’infos prochainement…