Alain Blottière tente de comprendre le djihad dans «Comment Baptiste est mort»

ROMAN Prenez deux minutes pour savoir si «Comment Baptiste est mort» d'Alain Blottière est le livre qu'il vous faut...

Laurent Bainier

— 

«Comment Baptiste est mort» d'Alain Blottière (Gallimard)
«Comment Baptiste est mort» d'Alain Blottière (Gallimard) — 20 Minutes

Tous les jours de la semaine, la rédaction de 20 Minutes ou ses lecteurs vous proposent une idée de roman à dévorer ou à offrir. Aujourd’hui, Comment Baptiste est mort d'Alain Blottière chez Gallimard (208 pages, 18,50€).

Une citation:

«Antoine, les autres, ils veulent voir Baptiste, fêter son retour ils ne comprennent pas que Baptiste est mort là-bas il ne reviendra pas.»

Pourquoi choisir ce livre?

  • Parce qu’Alain Blottière nous emmène dans un camp de fortune de djihadistes en plein Sahara pour y rencontrer l’horreur. Dans ces grands espaces, personne ne nous entendra crier.
  • Parce que cette histoire d’otage libéré qui ne veut pas cracher sa Valda nous tend à l’excès et on est content qu’elle ne dure pas plus de 200 pages.
  • Parce que dans le désert, on économise sa salive. Ce roman fonctionne à l’économie (de sentiments, de mots et, plus surprenant encore, de ponctuation) mais il n’épargne pas le lecteur. Tous les efforts du récit convergent vers un dénouement terrifiant.
  • Parce qu’il est moins question ici d’islam ou de christianisme que des cultes ancestraux du désert, de ses premiers habitants qui posaient leurs mains pleines de pigments sur les parois des grottes pour les impressionner. Et s’en tamponnaient, du djihad.
  • Parce que le prix de Décembre et le prix Jean-Giono décernés il y a peu à Comment Baptiste est mort remettront ce livre, sorti en avril, dans la lumière qu’il mérite.
     

>> A lire aussi : «Chacun sa vérité» de Sara Lövestam, un polar qui dévoile la Suède des immigrés

L’essentiel en 2 minutes:

L’intrigue. Baptiste, un ado blondinet, est relâché par les djihadistes qui le tenaient captif avec sa famille dans le désert. Commence alors son débriefing. Mais entre ce qu’il cache et ce qu’il a oublié, le garçon a bien du mal à nous expliquer comment et pourquoi Baptiste est mort.

Les personnages. Un seul enfant pour deux prénoms: Baptiste, l’ado en crise de foi; Yumaï, le jeune guerrier aux réponses mystiques… Entre les deux, une traversée tragique du désert.

Les lieux. Du sable et une grotte aux peintures rupestre, comme en trouve dans le Sahara du Maroc à la Libye. Où que se situe l’emplacement réel du bivouac, un bon conseil: prenez un pull, les nuits y sont glaciales.

L’époque. Après la diffusion de la saison 4 de Game of Thrones, dont Yumaï fait une lecture très personnelle. Mais également après l’enlèvement, en 2013, d’une famille française par Boko Haram au Cameroun, dont l’auteur dit s’être partiellement inspiré.

>> A lire aussi : Passerez-vous le barrage du physio dans «Big John de Paname» de Big John?

L’auteur. Méconnu du grand pubic, Alain Blottière, 62 ans, est pourtant l’auteur de nombreux récits de voyage et d’aventures ainsi que de plusieurs romans dont l’intrigue se déroule en Afrique ou en Asie. Son dernier, Rêveurs, datait d’il y a quatre ans, soit à peu près le temps qu’il nous faudra pour nous remettre de celui-ci.

Fiche réalisée par la rédaction de 20 Minutes. Pour rejoindre notre club de lecture, surveillez notre rubrique livres. Plus d’infos prochainement…