On se délecte des infortunes du héros de «Sous la vague» d'Anne Percin

ROMAN Prenez deux minutes pour savoir si «Sous la vague» d'Anne Percin est le livre qu'il vous faut...

Coralie Lemke

— 

«Sous la vague» d'Anne Percin (Editions du Rouergue)
«Sous la vague» d'Anne Percin (Editions du Rouergue) — 20 Minutes

Tous les jours de la semaine, la rédaction de 20 Minutes ou ses lecteurs vous proposent une idée de roman à dévorer ou à offrir. Aujourd’hui, Sous la vague d'Anne Percin aux Editions du Rouergue (208 pages, 18,80€).

Une citation :

« Dans la baignoire gisait le corps d’une femme électrocutée, dont la tête de poupée évoquait celle qui ornait la vitrine du coiffeur de Saintes dans les années 60, quand Bertrand était petit et qu’il ralentissait devant, tirant tristement ses chaussettes sur ses genoux croûtés. »

Pourquoi choisir ce livre ?

  • Parce qu’Anne Percin arrive à sublimer le monde rasoir des héritiers de spiritueux en le rendant irrésistiblement drôle et futile.
  • Parce que l’auteure inflige à son antihéros Bertrand, à la tête d’une marque de cognac, une impressionnante chute des ventes couplée à une vie amoureuse calamiteuse.
  • Parce que ça ressemble plus à une partie de plaisir qu’à une descente aux enfers, autant pour lui-même que pour le lecteur.
  • Parce qu’on s’amuse follement à regarder cet homme se défaire des contraintes avec lesquelles il avait pétri son existence pour enfin profiter de la vie.
  • Parce que ses personnages secondaires sont soignés au possible, de son chauffeur narquois aux lourdes bagues en métal, à sa fille, Olivia, qui préfère draguer du côté des ouvriers que de la chambre de commerce de cognac.
  • Parce qu’on peut reprocher à Anne Percin le bestiaire un peu trop présent qu’elle a créé pour ce livre (qui comprend tout de même un faon, un chien et des chatons) mais que chacune de leurs apparitions comprend son lot de cocasseries.

>> A lire aussi : Prenez un aller simple pour Cuba avec «Dieu n’habite pas La Havane» de Yasmina Khadra

L’essentiel en 2 minutes :

L’intrigue. A la tête d’une maison de cognac, Bertrand doit faire face à de multiples catastrophes, qui vont de l’effondrement du marché japonais à un accident de voiture au cours duquel sa Mercedes blesse un faon. Les désastres se poursuivent, impliquant à tour de rôle des syndicalistes, des chatons et quelques bouteilles bues trop vite.

Les personnages. Bertrand, un PDG quinquagénaire en perte de repères à qui tout échappe. Son chauffeur Eddy, amateur de rap et de cannabis, qui prend toutes les décisions raisonnables à sa place. Et Olivia, la fille de Bertrand, jeune nymphette que le cognac intéresse beaucoup moins que les UV.

Les lieux. Dans une prestigieuse propriété de cognac, non loin d’ Angoulême, où Bertrand oscille entre les réunions syndicales de sa fabrique et les virées en forêt dans la Mercedes de son chauffeur.

L’époque. Le printemps 2011, juste après la catastrophe nucléaire de Fukushima.

>> A lire aussi : «L'installation de la peur» de Rui Zink, caricature une société terrifiée par elle-même

L’auteure. Après avoir accouché d’une dizaine de livres jeunesse, la petite dernière de la fratrie Percin se destine plutôt aux adultes. L’auteure vit en Saône-et-Loire où elle partage sa vie entre l’enseignement et l’écriture.

Fiche réalisée par la rédaction de 20 Minutes. Pour rejoindre notre club de lecture, surveillez notre rubrique livres. Plus d’infos prochainement…