«Tropique de la violence» de Nathacha Appanah nous plonge dans les ghettos de Mayotte

ROMAN Prenez deux minutes pour savoir si «Tropique de la violence» de Nathacha Appanah est le livre qu'il vous faut...

Constance Daulon

— 

«Tropique de la violence» de Nathacha Appanah (Gallimard)
«Tropique de la violence» de Nathacha Appanah (Gallimard) — 20 Minutes

Tous les jours de la semaine, la rédaction de 20 Minutes ou ses lecteurs vous proposent une idée de roman à dévorer ou à offrir. Aujourd’hui, Tropique de la violence de Nathacha Appanah chez Gallimard (192 pages, 17,50€).

Une citation :

« Quand je suis revenu sur le rivage de Bandrakouni, j’ai réalisé que j’avais à peu près l’âge de ma mère quand elle avait débarqué sur cette plage de sable noir encerclée de baobabs. »

Pourquoi choisir ce livre ?

  • Parce qu’il y a trop peu d’articles, de livres, de récits, d’images sur ce qu’il se passe à Mayotte, devenue un département français en 2011.
  • Parce que ce livre lève le voile sur les problèmes d’immigration, de violences, de drogues, d’éducation, d’infrastructures, de la départementalisation de l’île.
  • Parce que les cinq narrateurs sont à la fois opposés et semblables, et nous permettent de comprendre les principaux enjeux.
  • Parce que le mot « jeunesse » semble tellement avoir perdu sa signification qu’on ne sait même pas comment qualifier ces personnages : orphelins, enfants-soldats, chefs de guerre, trafiquants, héros…
  • Parce qu’en 2016, il existe encore des ghettos en France, et qu’il faudrait ne pas l’oublier. Même lorsqu’ils se trouvent à plus de 7000 kilomètres de Paris.

>> A lire aussi : «La Valse des arbres et du ciel» de Jean-Michel Guenassia dévoile un autre visage de Van Gogh

L’essentiel en 2 minutes :

L’intrigue. Venue des Comores, une femme abandonne son fils aux yeux vairons à Marie, infirmière à Mayotte qui l’adopte. A l’adolescence, Moïse devient Mo et ne comprend plus pourquoi il a été élevé comme un « muzungu », un étranger. Il se sent abandonné. A la mort de Marie, il plonge alors dans l’enfer du plus gros bidonville de l’île, surnommé Gaza.

Les personnages. Si l’on suit avec attention la descente en enfer de Mo, ce garçon à la nationalité française d’une mère Comorienne et élevé comme un métropolitain, Bruce, le chef de Gaza, nous captive tout autant qu’il terrorise. Il y aussi Stéphane, ce jeune cliché d’humanitaire qui restera traumatisé de son expérience sur l’île et Olivier, policier qui sait déjà que Mayotte n’attend qu’une allumette pour s’embraser. Quant à Marie, elle illustre parfaitement le fossé culturel qui ne fait que se creuser davantage depuis la départementalisation.

Les lieux.  Petite-Terre, où Mo a grandi avec Marie et où se trouve son endroit préféré, le lac Dziani. Gaza, cette partie de la ville de Kawéni, dirigée par des ados dans la terreur et la violence.

L’époque. Le présent.

>> A lire aussi : Pentagramme, secte et hackers au menu du «Hibou», le polar de Samuel Bjørk

L’auteur. Journaliste et romancière, Nathacha Appanah vient de l’île Maurice et vit en France. Ses précédents livres ont reçu plusieurs prix littéraires. Son sixième roman, Tropique de la violence, est issu de son séjour à Mayotte.

Fiche réalisée par la rédaction de 20 Minutes. Pour rejoindre notre club de lecture, surveillez notre rubrique livres. Plus d’infos prochainement…