La plus longue phrase de la rentrée se trouve dans «Anguille sous roche» d'Ali Zamir

ROMAN Prenez deux minutes pour savoir si «Anguille sous roche» d'Ali Zamir est le livre qu'il vous faut...

Romain Gouloumès

— 

«Anguille sous roche» d'Ali Zamir (Le Tripode)
«Anguille sous roche» d'Ali Zamir (Le Tripode) — 20 Minutes

Tous les jours de la semaine, la rédaction de 20 Minutes ou ses lecteurs vous proposent une idée de roman à dévorer ou à offrir. Aujourd’hui, Anguille sous roche d'Ali Zamir chez Le Tripode (320 pages, 19€).

Une citation :

« Quand on est fatigué de la vie qu’est-ce qu’on fait, on la quitte c’est tout, même si ça fait mal au cœur, il faut la quitter le moment venu au lieu de chercher à la détruire, au risque d’enchaîner les autres après s’être détruit soi-même. »

Pourquoi choisir ce livre :

  • Parce qu’on doit bien ça à Anguille, son personnage principal. Au moment d’ouvrir le livre, cette jeune Comorienne de 17 ans est naufragée en pleine mer et voit sa (courte) vie défiler. Non assistance à personne en danger, ça vous parle ?
  • Parce que vous n’aurez jamais lu une phrase longue comme celle-là (309 pages, quand même). Au bord de la mort, Anguille défait la maille de son existence en tirant sur un seul et long fil. Pas ou peu de ponctuation, une suite interminable de virgules. Ça étonne au départ, mais on s’y fait très vite, vous verrez.
  • Parce que la petite Anguille va raviver les clichés Polaroid de vos années lycée. Le premier amour, forcément déçu, la guerre des tranchées de l’incompréhension parentale… Sauf que le lecteur est projeté dans le ring de la post-adolescence avec une boxeuse plus vivace que le poisson anguilliforme qui lui vaut son prénom. Attention aux coups (de cœur).

>> A lire aussi : Avec son second roman «Chanson douce», Leïla Slimani nous confie à une nounou d'enfer

L’essentiel en 2 minutes :

L’intrigue. Anguille est paumée au milieu des flots. Littéralement. Naufragée dans tous les sens du terme, la jeune fille nous convie à une projection, en petit comité, du court-métrage de son existence. Pour faire simple : imaginez l’avant-première d’un film autobiographique où le réalisateur glisserait un aparté ou une anecdote entre chaque plan.

Les personnages. Anguille. Insaisissable. Son père Connaît-tout, sa sœur Crotale, tellement attachants mais anecdotiques au regard du charisme de la protagoniste principale.

Les lieux.  L’archipel des Comores. La ville côtière de Mutsamudu. Ses vieux qui parlent trop, ses beaux pêcheurs. Et  l’océan Indien. Immense, mortel.

L’époque. Pas précisée. Mais pas vraiment importante non plus. La nasse d’Anguille a tout l’air d’exister hors du temps. Même si son naufrage résonne avec les nombreux drames de notre actualité récente.

>> A lire aussi : Pentagramme, secte et hackers au menu du «Hibou», le polar de Samuel Bjørk

L’auteur. C’est son premier ouvrage :  Ali Zamir n’a que 27 ans et un style bien à lui. Comorien francophone, il a failli ne pas pouvoir défendre son livre en France pour la rentrée littéraire 2016. Son visa a d’abord été refusé, avant que les autorités ne fassent machine arrière. L’honneur est sauf.

Fiche réalisée par la rédaction de 20 Minutes. Pour rejoindre notre club de lecture, surveillez notre rubrique livres. Plus d’infos prochainement…