Maurizio Torchio nous ouvre les portes d'un pénitencier italien dans «Sur l'île, une prison»

ROMAN Prenez deux minutes pour savoir si «Sur l'île une prison» de Maurizio Torchio est le livre qu'il vous faut...

Constance Daulon

— 

«Sur l'île, une prison» de Maurizio Torchio (Denoël)
«Sur l'île, une prison» de Maurizio Torchio (Denoël) — 20 Minutes

Tous les jours de la semaine, la rédaction de 20 Minutes ou ses lecteurs vous proposent une idée de roman à dévorer ou à offrir. Aujourd’hui, Sur l'île, une prison de Maurizio Torchio chez Denoël (256 pages, 16€).

Une citation :

« C’est pour cette raison que les villes reçoivent les ordres de la prison. L’argent circule, pompé par un cœur qui se trouve en prison. Comme c’était le cas ici, il y a vingt ans. Et ceux qui écoutent ce qui se dit en prison connaissent plus de choses du monde que ceux qui siègent au Parlement. »

Pourquoi choisir ce livre :

  • Parce qu’on croit toujours avoir tout lu ou tout vu sur la vie carcérale : l’isolement psychologique, la faim, l’hygiène, les relations sexuelles, les relations entre gardiens et détenus, les relations avec l’extérieur, la notion de temps, la notion d’espace. Mais finalement, on en découvre toujours davantage.
  • Parce qu’il est moins courant de lire les détails d’une vie placée en isolement et condamnée à la perpétuité.
  • Parce qu’on a aussi lu et vu des récits sur la mafia italienne mais beaucoup moins sur ses enjeux dans une prison.
  • Parce qu’il n’y a aucun jugement, ni sentence dans cette histoire.
  • Parce que si l’auteur nous perd parfois entre le passé et le présent, c’est pour mieux nous révéler que le temps ne passe définitivement pas de la même façon sur cette île.

>> A lire aussi : Pentagramme, secte et hackers au menu du «Hibou», le polar de Samuel Bjørk

L’essentiel en 2 minutes :

L’intrigue. Pour son premier coup, Toro n’avait pas imaginé finir en ravisseur de la fille d’un patron reconnu de la région. Emprisonné, il s’adapte à sa vie sur cette île-prison. Il tue ensuite un gardien pour une raison que seuls ceux qui connaissent la vie carcérale peuvent comprendre. Il est alors condamné à perpétuité et dévoile tous les détails de cette vie, avec sa nouvelle perception du temps et de l’espace.

Les personnages. Le jeune Toro raconte son histoire avec la sagesse d’un vieil homme et les mots d’un enfant. Difficile de ne pas s’identifier à ce garçon dont la vie aurait pu s’approcher davantage de la nôtre. Il y aussi le Commandant, figure emblématique de la prison, que l’on voit petit à petit perdre son rôle… pour le meilleur et pour le pire.

Les lieux. S’il y a quelques flash-back vers la région de l’Italie d’où vient Toro, on ne retient principalement que cette île-prison. Un endroit à la fois magnifique avec vue sur la mer et terrible, la vision d’ Alcatraz n’étant jamais bien loin.

L’époque. Le présent.

>> A lire aussi : «La Valse des arbres et du ciel» de Jean-Michel Guenassia dévoile un autre visage de Van Gogh

L’auteur. Né en 1970 à Turin, Maurizio Torchio est titulaire d’un diplôme en philosophie et d’un doctorat en sociologie de la communication. Si Sur l’île, une prison est son deuxième roman, c’est le premier publié en France.

Fiche réalisée par la rédaction de 20 Minutes. Pour rejoindre notre club de lecture, surveillez notre rubrique livres. Plus d’infos prochainement…