Le Problème à trois corps, phénomène d'édition chinois, débarque en France

SCIENCE-FICTION Prenez deux minutes pour savoir si Le Problème à trois corps de Liu Cixin est le livre qu'il vous faut...

Laurent Bainier

— 

Le Problème à trois corps de Liu Cixin (Actes sud)
Le Problème à trois corps de Liu Cixin (Actes sud) — 20 Minutes

Tous les jours de la semaine, la rédaction de 20 Minutes ou ses lecteurs vous proposent une idée de roman à dévorer ou à offrir. Aujourd’hui, Le Problème à trois corps de Liu Cixin chez Actes Sud (424 pages, 23€).

Une citation :

« Tout ça pour en arriver à cette conclusion : la physique n’a jamais existé et n’existera jamais. »

Pourquoi choisir ce livre ?

  • Parce que la sortie en France (10 ans après la Chine) du Problème à trois corps, première partie de la trilogie de Liu Cixin, est un événement pour la communauté SF. Phénomène en Chine, listé par Zuckerberg ou Obama, ce roman, qui décrit une Terre déchirée face à l’arrivée annoncée d’extraterrestres, a valu à son auteur le prestigieux prix Hugo 2015.
  • Parce que Le Problème à trois corps ne s’apprécie réellement que si l’on a quelques connaissances de base en physique. C’est mieux que le vrai problème à trois corps qui a fait fondre les neurones d’Henri Poincaré.
  • Parce qu’il ne faut pas inviter les aliens. Jamais ! La vie, c’est pas la Soupe aux choux. Il suffit d’ouvrir le moindre bouquin de SF pour savoir que ça finit toujours mal. L’alien et le copain relou, même combat. On le prend en pitié : « il est sur une autre planète mais c’est pas un méchant ». Puis on se dit qu’il viendra avec une bouteille ou des TUC alors on lui file, grand seigneur, un +1. Finalement, la Denrée débarque avec toute sa smala et te retourne l’appart façon Projet X.

>> A lire aussi : La taïga version survivor dans «L'Archipel d'une autre vie» d’Andreï Makine

L’essentiel en 2 minutes

L’intrigue. En faisant tourner la chatroulette cosmique, la Chine entre en contact avec des extraterrestres qui vivotent dans un camping Trois Soleils en grande couronne. Ni une, ni deux, les aliens remettent la caravane sur la boule, direction la Grande bleue. Sur Terre, on se demande un peu tard s’il y aura suffisamment de bûche pour tout le monde.

Les personnages. Des extraterrestres qui se transforment en Tang quand il fait trop chaud. Une scientifique XYL, cibiste de l’extrême. Une sorte d’Aymeric Caron milliardaire, antispéciste radicalisé. Et un ingénieur qui a réinventé le fil à couper le beurre.

Les lieux. La Chine, baby, l’avenir du monde. Au-dessus, le soleil ! Un seul soleil, un argument de choix pour la civilisation trisolarienne qui jongle avec les indices UV depuis trop longtemps.

>> A lire aussi : Avec «Le Grand Jeu», Céline Minard tutoie les sommets

L’époque. De la Révolution culturelle chinoise à nos jours. Ca laisse peu de temps aux maîtres de maison pour se retourner.

L’auteur. Ingénieur informaticien de métier, Liu Cixin truste les récompenses en Chine depuis la fin des années 1990, remportant notamment 9 fois le Galaxy Award, prix le plus prestigieux du pays. En 2015, il devint le premier asiatique à décrocher le prix Hugo.