Premier roman réussi pour Olivier Liron et sa «Danse d'atomes d'or»

ROMAN Prenez deux minutes pour savoir si Danse d'atomes d'or d'Olivier Liron est le livre qu'il vous faut...

Laurent Bainier

— 

Danse d'atomes d'or, d'Olivier Liron (Alma Editeur)
Danse d'atomes d'or, d'Olivier Liron (Alma Editeur) — 20 Minutes

Tous les jours, la rédaction de 20 Minutes ou ses lecteurs vous proposent une idée de roman à dévorer ou à offrir. Aujourd'hui, Danse d'atomes d'or d'Olivier Liron chez Alma Editeur (228 pages, 17€).

Une citation :

Elle confondait dans sa tête le mot « amor » et le mot « mort » en français.

« Jusqu’à l’amour, je l’ai aimé jusqu’à l’amour. »

Pourquoi choisir ce livre ?

  • Parce que la poésie ne s’écrit pas forcément au mètre, avec des rimes en fin de vers pour accompagner le collier de nouilles à la fête des mères. Danse d’atomes d’or est un roman poétique, à l’écriture délicate et contemporaine, avec juste ce qu’il faut d’intrigue pour ne pas s’ennuyer.
  • Parce que l’histoire amoureuse au cœur du récit est triste et que c’est en général l’autre adjectif qu’on utilise pour dire qu’elle est belle.
  • Parce qu’Olivier Liron présente son travail comme une relecture féministe du mythe d’Orphée et Eurydice et ça, ça claque sur la table basse. Partez pas! On y découvre aussi, au détour d’une conversation de café, la recette cachée du Coca-Cola. Puis, planqué entre deux pages, un plan en basse définition de la RN814. Bref, ce livre a suffisamment de folie pour qu’au final on oublie qu'il s’agit surtout d’un très beau roman pour lovers.

>> A lire aussi : «L'Insouciance» de Karine Tuil brouille les cartes entre réalité et fiction

L’essentiel en deux minutes

L’intrigue. Au cours d’une séance endiablée de jeu du post-it, O. tombe sous le charme de Loren. L’acrobate aux cheveux gras fait le cirque dans sa vie pendant trois mois puis disparaît en laissant derrière elle un cahier noirci.

Les personnages. Ce livre est l’histoire d’O., mais on reste calme : O. comme Orphée, voire comme Olivier, pas comme l’héroïne de Pauline Réage. Ici, l’amoureuse s’appelle Loren et aucune maison ne sera assez close pour l’enfermer.

Les lieux. Paris, La Havane, un petit village normand snobé par gmap. Et même Roissy, pour les avions, pas les donjons.

L’époque. En 2013, après l’émission d’un timbre pour fêter la victoire de l’équipe de France au dernier championnat de hand féminin. Quelle victoire ?  Quel timbre ? «La vie, c’est un mystère et c’est une boule de gomme.» (p. 223)

>> A lire aussi : Avec «14 juillet», Eric Vuillard fait défiler les oubliés

L’auteur. Olivier Liron signe à 29 ans son premier roman, une «déclaration d’amour à la poésie qui nous permet de toujours survivre à tout, ou presque». Dramaturge, pianiste, comédien, il affirme, dans une note concluant l’ouvrage, qu’il «écrit par santé», pour répondre à la violence par la violence. On devrait donc le retrouver très vite en librairie.

Fiche réalisée par la rédaction de 20 Minutes. Pour rejoindre notre club de lecture, surveillez notre rubrique livres. Plus d’infos prochainement…