Benoît Duteurtre publie un «Livre pour adultes» qui fait sourire en attendant la mort

ROMAN Prenez deux minutes pour savoir si Livre pour adultes de Benoît Duteurtre est le livre qu'il vous faut...

Laurent Bainier

— 

Benoît Duteurtre, Livre pour adultes, Gallimard
Benoît Duteurtre, Livre pour adultes, Gallimard — 20 Minutes

Tous les jours, la rédaction de 20 Minutes ou ses lecteurs vous proposent une idée de roman à dévorer ou à offrir. Aujourd'hui, Livre pour adultes de Benoît Duteurtre chez Gallimard (256 pages, 19,50€)

Une citation:

«J’ai une théorie mathématique à ce sujet : quand nous arrivons à la moitié de notre existence, le balancier s’inverse et la vie antérieure prend plus d’intérêt que le monde à venir.»

Pourquoi ce livre?

  • Parce que Livre pour adultes ressemble au tiroir du bas du bureau de Duteurtre, celui où il a planqué, avant le passage de la femme de ménage, ses notes sur son enfance, des réflexions souvent drôles sur le déclin de la France ou le complot touristique, ainsi que deux superbes nouvelles qui méritent à elles-seules la lecture. Et on adore ce triste bordel.

  • Parce que, OK, l’âge adulte, c’est la salle d’attente de la Faucheuse, mais la bonne nouvelle, c’est que la civilisation occidentale y est entrée deux bonnes heures avant nous.

  • Parce qu’il faut imaginer Duteurtre heureux. Il termine son livre en se rêvant, tout sourire, occupé à glaner du petit bois à côté du cimetière qui l’attend. Et on l’entend siffloter, les bras en croix, le regard perdu sur la ligne bleue des Vosges, un petit air entraînant : «Always look on the bright side of life…»

>> A lire aussi : Avec son premier roman «Petit Pays», Gaël Faye décroche le prix du Roman Fnac

L’essentiel en deux minutes

L’intrigue. Chaque chapitre vit sa vie sans rien demander aux autres. Le mot d’ordre global, c’est quand même «Vous goinfrez pas de pain blanc : en dessert, on a des racines de pissenlits...» Entre deux passages autobiographico-buccoliques, on tombe sur cette nouvelle à la promesse alléchante : un milliardaire achète une île à la Grèce en faillite et y installe, à l’abri des migrants, un monastère laïque où l’on consignera le patrimoine culturel mondial. Le monde est sauvé? Naaaaaaaaan...

Les personnages. La mère de l’auteur, fil rouge du livre, d’attachants lettrés parisiens, des paysans terrassés par les normes d’hygiène et quelques personnages de fiction puisés dans le répertoire actuel : une journaliste, un avocat en reconversion, un philanthrope 2.0.

Les lieux. Pigalle, libéré des apaches. Les Vosges, cimetière des derniers mohicans. Une île déserte où on a interdit la circulation des Cherokee.

L’époque. Maintenant. Et c’est bien con, parce que c’était mieux avant!

>> A lire aussi : Avec «Le Grand Jeu», Céline Minard tutoie les sommets

L’auteur. Il nous file un peu les foies, Benoît Duteurtre, avec cette nouvelle élégie. En trente ans et plus de vingt livres à se cailler le raisiné, on a compris que c'était pas le joyeux de la bande. Mais là, cette obsession pour la mort, ça devient flippant. On est à deux doigts du signalement CHSCT. Enfin quoi, à 56 ans, on prend une bonne convention obsèques et c’est marre! Yolo Benoît, Fifty is the new forty… Mais si!

Fiche réalisée par la rédaction de 20 Minutes. Pour rejoindre notre club de lecture, surveillez notre rubrique livres. Plus d’infos prochainement...