"Dans la tourmente. Volume 1, Les années du silence" de Louise Tremblay-d'Essiambre chez Charleston (Paris)

en partenariat avec 20minutes.fr

— 

Dans la tourmente. Volume 1, Les années du silence
Dans la tourmente. Volume 1, Les années du silence — Le choix des libraires

Courrier des auteurs le 02/03/2016

1) Qui êtes-vous ? !
Je suis d'abord et avant tout une femme et une mère, ensuite je suis écrivain. J'habite le Québec.

2) Quel est le thème central de ce livre ?
Ce livre parle de grossesse hors mariage à l'époque où la chose était très mal vue. On y parle d'émotion, de déchirure, d'espoir, d'amour mais de colère, aussi.

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
Il y a tant et tant de mots... Les phrases se suivent et se complètement, toutes aussi importantes l'une que l'autre... Une dédicace, peut-être, qui résume bien l'ensemble du livre : «Je ne connais qu'un seul devoir et c'est celui d'aimer.»
Albert Camus

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
Du Beethoven, sans l'ombre d'un doute, à cause de l'intensité dramatique qui peut devenir brise de printemps.

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
Le plaisir de lire. La lecture est le plus beau cadeau que l'on puisse se donner à soi-même.

6) Avez-vous des rituels d'écrivain ? (Choix du lieu, de l'horaire, d'une musique de fond) ?
J'écris essentiellement le matin très tôt. J'aime voir le jour se lever, la nature s'éveiller. Un bon café, le silence de la maison, et je suis prête pour le rendez-vous que me donnent les personnages.

7) Comment vous vient l'inspiration ?
L'inspiration, c'est la petite étincelle d'intérêt que je sens naître en moi. Intérêt suscité par mille et une choses... Un regard, une phrase, un sourire, une nouvelle à la télé, un article lu dans un journal... C'est ce que moi j'appelle l'inspiration. À partir du moment où je commence l'écriture d'un roman, après parfois bien des recherches, je n'ai plus rien à dire. Ce sont les personnages qui me racontent leur histoire. Je n'ai qu'à les écouter.

8) Comment l'écriture est-elle entrée dans votre vie ? Vous êtes-vous dit enfant ou adolescente «un jour j'écrirai des livres» ?
D'aussi loin que je me souvienne, les mots ont toujours fait partie de ma vie. Ceux qu'on m'a lus, que j'ai lus et que j'écris découlent tous d'une même passion, celle des histoires. À 4 ans, je lisais seule, et dès cinq ans, j'ai commencé à coucher des mots sur le papier... Je me souviens en particulier de ces fleurs qui parlaient entre elles la nuit...

9) Vous souvenez-vous de vos premiers chocs littéraires (en tant que lectrice) ?
Il faut attendre l'adolescence pour que je comprenne que la lecture est beaucoup plus qu'un simple désennui, plus qu'une simple histoire racontée. Certaines phrases peuvent avoir un impact indélébile sur nos vies. «Huis clos», de Jean-Paul Sartre, m'a définitivement marquée... "Pas besoin de gril : l'Enfer, c'est les autres."

10) Savez-vous à quoi servent les écrivains ? !
Les écrivains ne servent à rien, ou plutôt, ils ne servent qu'à répondre à certains besoins des lecteurs. À eux de choisir ce qu'ils veulent trouver dans un livre. Je n'ai pas la prétention de croire que je suis essentielle ou que je peux guider qui que ce soit !

11) Quelle place tiennent les librairies dans votre vie ?
La même place que la caverne dans le conte d'Ali Baba... Les librairies sont pour moi des coffres au trésor !

12) Quelle place tiennent les livres dans votre vie ?
Les livres me sont aussi nécessaires que l'air et l'eau. Ceux que je lis, bien sûr, mais aussi ceux que j'écris. Il y a en moi une force intrinsèque qui me pousse vers eux.

Retrouvez la fiche complète sur le choix des libraires