"Bombes à retardement" de Jacques Salès chez France-Empire (Paris, France)

en partenariat avec 20minutes.fr

— 

Bombes à retardement
Bombes à retardement — Le choix des libraires

Courrier des auteurs le 29/05/2015

1) Qui êtes-vous ? !
Je suis un avocat parisien, originaire d'Haïti, dont la famille est la raison de vivre et l'écriture est le hobby.

2) Quel est le thème central de ce livre ?
C'est l'histoire de la bulle immobilière américaine du début du siècle, des excès auxquels elle a donné lieu et de la crise financière qui s'est ensuivie, vécue par un banquier fils d'ostréiculteurs du golfe du Morbihan, par un avocat parisien également engagé dans la traque des fonds publics détournés par un ancien dictateur en exil en France ; et par un chauffeur de taxi californien.

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
«Adrien avait pris sa décision : il ne s'écroulerait pas, il ne sombrerait pas dans l'alcool, il ne se suiciderait pas [...]. Il ne serait plus l'orchestre qui continuait à jouer pendant que le Titanic coulait : il [...] quitterait cette machine à broyer qu'était devenue Rockport Brothers pour mener une vie saine et sans stress qui lui permettrait de conjuguer santé et bonheur en famille.»

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
La Symphonie du Nouveau Monde, de Dvorak

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
Une histoire, celle des subprimes, qui semble si mystérieuse à ceux qui ne la connaissent pas, mais qui a failli terrasser notre monde.

6) Avez-vous des rituels d'écrivain ? (Choix du lieu, de l'horaire, d'une musique de fond) ?
J'écris quand j'en ai le temps, où que je me trouve, mais je privilégie l'écriture à Locmiquel-en-Baden, dans le golfe du Morbihan, face à la mer, au son de symphonies ou concertos de Beethoven, Bach, Mozart, etc.

7) Comment vous vient l'inspiration ?
En lisant, en écoutant, en regardant, en travaillant, en rêvant éveillé, en dormant.

8) Comment l'écriture est-elle entrée dans votre vie ? Vous êtes-vous dit enfant ou adolescent «un jour j'écrirai des livres» ?

J'ai toujours regretté, adolescent, de n'avoir pas écrit moi-même :
«La lune sur un clocher jauni, comme un point sur un i.»
J'ai pourtant attendu la soixantaine bien sonnée pour que l'écriture entre dans ma vie, car j'ai voulu préparer le jour où je prendrai ma retraite d'avocat en me créant une occupation nouvelle.

9) Vous souvenez-vous de vos premiers chocs littéraires (en tant que lecteur) ?
«Les mémoires d'un âne», de la comtesse de Ségur, puis «Les Thibaut» de Martin du Gard.

10) Savez-vous à quoi servent les écrivains ? !
A distraire leurs lecteurs, à leur apporter du bonheur et, parfois, à les rendre plus intelligents.

11) Quelle place tiennent les librairies dans votre vie ?
Je me souviens de la chanson «Video killed the radio star» et ne voudrais pas qu'Amazon tue les librairies, qui sont les meilleurs amis des livres et des écrivains.

12) Quelle place tiennent les livres dans votre vie ?
La première, mais après ma famille.

Retrouvez la fiche complète sur le choix des libraires