"Le langage imagé des rêves : dialoguer avec notre double secret" de Francine Perrot chez Honoré Champion (Paris, France)

en partenariat avec 20minutes.fr

— 

Le langage imagé des rêves : dialoguer avec notre double secret
Le langage imagé des rêves : dialoguer avec notre double secret — Le choix des libraires

Courrier des auteurs le 10/03/2015

Le 17 mars à 20h30, grâce à la générosité de Clairefontaine et de Cultura, les libraires de France viennent fêter la langue française, en applaudissant Jean Morzadec et Tony Abdo sur scène, au Théâtre de l'Alliance française, 101 bd Raspail, Paris 6

Francine Perrot, pour Le Courrier des auteurs, sur une idée des libraires, évoque le mot «Consolation»

La consolation, quel mot énigmatique !
Tout d'abord, consoler (du latin consolare, soulager), ne signifie pas effacer une peine grave, tel un deuil, la perte d'une enfant, d'un compagnon ou d'une compagne, d'un être cher, ce qui est impossible. Avec le temps et la vie qui continue, surtout si une activité créatrice ou un devoir nous porte, la peine s'atténue mais ne disparait jamais, elle fait partie de notre destin ; ainsi, une enfance malheureuse, si elle est surmontée, nous enrichira et nous rendra plus sensible aux peines des autres ; pensez au héros d'un contes de fées, enfant trouvé, ou troisième fils d'un roi considéré comme nigaud, il surmonte des épreuves impossibles et sauve la situation. «Vivre est périlleux», disaient les Anciens, mais les épreuves, comme les joies, font partie de la vie.
Les rêves, en nous plaçant dans une autre dimension, viennent souvent en «consolateurs». Un ami, qui a raté toute sa scolarité à cause d'une enfance malmenée, s'est vu dire en rêve que ces «échecs» étaient en fait une protection. Car sa situation familiale désastreuse l'a obligé à fuir très tôt la maison de son enfance et de son malheur. Porté par la vie et sans doute protégé pas sa petite étoile, il a pu rebondir, tout en souplesse. Oui on pourrait dire que donner du sens à l'adversité (et à la vie en général) est source de consolation.
L'être humain a en lui des trésors infinis vers lesquels se tourner, son
genius, son Dieu intérieur : «Le royaume des cieux est en chacun de nous.»

Francine Perrot

Courrier des auteurs Francine Perrot le 18/08/2014

1) Qui êtes-vous ? !
Une interprète de rêves

2) Quel est le thème central de ce livre ?
Découvrir les trésors qui sont en nous.

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
«"Je tenais, en rêve, un partition musicale qui était ma vie : "Ce qui est écrit". Je devais la scruter et l'interpréter avec la liberté du musicien qui se risque tout entier dans son jeu.

4) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
La musique de l'âme.

Retrouvez la fiche complète sur le choix des libraires