"Micmac football club" de Maxime Mianat chez City (Grainville, France)

en partenariat avec 20minutes.fr

— 

Micmac football club
Micmac football club — Le choix des libraires

Résumé

Kevin Kohler est footballeur amateur dans un petit club de province. A tout juste vingt ans, il réalise enfin son rêve : signer un contrat avec le plus grand club français, et suivre les traces de son frère. Quelques années auparavant, celui-ci avait dû soudain arrêter sa carrière pour des raisons restées mystérieuses. Kevin, lui, est bien décidé à réussir à Paris et à percer les secrets d'un monde qui n'est pas le sien.
L'univers qu'il découvre est un sacré micmac : les magouilles et l'argent à gogo, les dirigeants corrompus, les riches émirs méprisants, les filles faciles, l'alcool... Jusqu'où le jeune homme est-il prêt à aller, quels sacrifices devra-t-il faire pour s'imposer dans un monde hors normes ?
Toute ressemblance avec la réalité est, bien évidemment, tout à fait involontaire...

Un roman à clés sur l'univers impitoyable du football professionnel.

Né le 16 juin 1984 à Moulins-sur-Allier, à la mi-temps du match France-Belgique, Maxime Mianat est journaliste sportif depuis 2007. Ancien reporter au quotidien France-Soir, il est également auteur et scénariste.

Courrier des auteurs le 10/04/2014

1) Qui êtes-vous ? !
Journaliste sportif et auteur, 30 ans. Né en Auvergne. A connu l'Euro 84 dans son berceau. S'est exilé à Paris à 20 ans pour suivre des études de journalisme - et le grand amour, repéré dans le train Corail Moulins-Paris...

2) Quel est le thème central de ce livre ?
Le football professionnel et son environnement (supporteurs, médias, agents), du point de vue d'un footballeur.

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
«Le football est un sport collectif dicté par l'individualisme, un miroir de la société : prime d'abord l'intérêt de chaque individu avant celui de l'équipe.»

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
Une comédie musicale. Où tout le monde jouerait un rôle.

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
Le second degré du livre : leur montrer que l'humour, en littérature, n'est pas forcément ce petit cousin moche à qui l'on demande de rester assis lors des repas de famille. Il a le droit à l'expression !
Cette volonté d'assumer ce côté humoristique est aussi un moyen pour les non-initiés du sport d'apprécier le livre.

6) Avez-vous des rituels d'écrivain ? (Choix du lieu, de l'horaire, d'une musique de fond) ?
J'écris tous les jours, week-end compris, mais seulement entre 16 h 13 et 16 h 15 (la réalisation de cet ouvrage m'a demandé quinze ans).

7) Comment vous vient l'inspiration ?
Lecture, veille de l'actualité et promenade digestive. L'observation de mes contemporains, assis sur un banc, est un passe-temps utile. Mais le Qatar Football Club est plus qu'un club : c'est un roman où chaque jour qui passe offre de quoi noircir une page.

8) Comment l'écriture est-elle entrée dans votre vie ? Vous êtes-vous dit enfant ou adolescent «un jour j'écrirai des livres» ?
J'avais la vingtaine. C'était un mardi, il faisait froid. On grattait derrière la porte. Je lui ai ouvert. L'écriture ne m'a plus quittée depuis. Trouver un personnage et le faire grandir dans un univers, surprendre le lecteur par la forme et/ou le fond, décrire une réalité par un chemin détourné : voici ce que j'aime en elle. Avec l'humour, je peux donner mon ressenti sur les choses d'une manière différente que je ne le fais comme journaliste. Mais toujours pour faire passer des messages. L'humour vain s'épuise vite.

9) Vous souvenez-vous de vos premiers chocs littéraires (en tant que lecteur) ?
Extension du domaine de la lutte, de Michel Houellebecq ; L'étranger, d'Albert Camus
Dictionnaire des mots qu'il y a que moi qui les connais, de Jean Yanne

10) Savez-vous à quoi servent les écrivains ? !
A écrire tout haut ce que les gens pensent tout bas.

11) Quelle place tiennent les librairies dans votre vie ?
Capitale. La culture perd des parts de marché dans notre société moderne. Dans une librairie, je n'ai plus le sentiment de perdre mon temps.

11) Quelle place tiennent les livres dans votre vie ?
La moitié de mon appartement. Il faudrait d'ailleurs que je range. Note : penser à acheter une bibliothèque.

Retrouvez la fiche complète sur le choix des libraires