"Le feu aux Tuileries" de Francine de Martinoir chez Jacqueline Chambon (Paris, France)

en partenariat avec 20minutes.fr

— 

Le feu aux Tuileries
Le feu aux Tuileries — Le choix des libraires

Résumé

Issu d'une longue lignée de jardiniers, Thibault Flasselière a toute sa vie été hanté par les Tuileries, le Jardin et surtout le Château, disparu dans l'incendie de mai 1871 où a péri son arrière-grand-père. Liées depuis l'enfance, pour lui, à la beauté et à la mort, ces images l'ont enfermé dans un érotisme sombre. Esther, comédienne du Français, et Delphine, psychanalyste, toutes deux amoureuses de lui, vont tenter, chacune à sa manière, de l'arracher à cette crypte où il est reclus. Ce roman à plusieurs voix explore la filiation et la mélancolie, le vide du monde contemporain où cette mélancolie n'a plus sa place, le poids des rêves, les ancêtres féroces et les morts attentifs, la solitude des amours absolues ou impossibles, la difficulté à aimer.

Francine de Martinoir, qui collabore régulièrement aux pages littéraires de La Croix, a publié des romans, des nouvelles et des récits parmi lesquels Un été à Mazargues (Maurice Nadeau), Arrêt sur image (Gallimard), L'Aimé de juillet (Jacqueline Chambon) - Prix Anna de Noailles de l'Académie française. Le Feu aux Tuileries est son vingtième ouvrage.

La revue de presse : Xavier Houssin - Le Monde du 6 mars 2014

Comment vivre dans l'illusion de ce qui a eu lieu ? Francine de Martinoir, bouleversante...
Autant le dire, le nouveau roman de Francine de Martinoir est magnifique. Bouleversant de justesse intime. " Mon chagrin, c'est moi. Sans mon chagrin, je suis perdu ", explique Thibault. Cette tristesse douce et familière le protège de l'ordinaire, du courant, du médiocre...
Tous se révèlent liés par des ressouvenances troublantes, des coïncidences, des secrets. Tous se rejoignent dans ce livre qu'emportent la mélancolie et les amours inquiets. Francine de Martinoir y fait ressurgir des passés enfouis. Cachés dans les paysages, enfermés dans l'épaisseur des murs des maisons de famille. Dans les vieilles photos, les portraits, les souvenirs pieux. Elle apprivoise les fantômes. Comme si l'on pouvait, après avoir fermé les yeux, les rouvrir un instant sur les siècles d'avant. Sur ce théâtre d'ombres. Et avoir l'illusion de comprendre enfin ce qui s'est joué là.

La revue de presse : Sabine Audrerie - La Croix du 22 janvier 2014

C'est dans une forêt drue et souvent effrayante que semblent avoir pénétré les personnages du très beau nouveau roman de Francine de Martinoir. Ou bien y sont-ils tous nés, leurs vies vouées à y trouver un chemin  ? Forêt de leurs histoires familiales respectives, chacune comptant son lot de secrets inavoués, dont l'auteur laisse affleurer par vagues subtiles les présages. Forêt de leurs sentiments, qui résonnent les uns avec les autres comme si les bonheurs et les malheurs, les conforts et les maladresses pouvaient se reproduire génération après génération...
Francine de Martinoir, également biographe, a affectionné de longue date les personnages de l'ombre, excellant à les mettre en lumière...
Les plus belles pages de ce roman plein de tiroirs secrets sont peut-être celles ancrées dans la terre séculaire de la Corse. Ici convergent mystères et souvenirs, la mort côtoyant les vivants de la manière la plus naturelle et la plus impénétrable qui soit.

Retrouvez la fiche complète sur le choix des libraires