"Les morts seraient moins tristes s'ils savaient qu'ils pourront encore se tenir les côtes en regardant les vivants" de Philippe Bouvard chez Flammarion (Paris, France)

en partenariat avec 20minutes.fr
— 
Les morts seraient moins tristes s'ils savaient qu'ils pourront encore se tenir les côtes en regardant les vivants
Les morts seraient moins tristes s'ils savaient qu'ils pourront encore se tenir les côtes en regardant les vivants — Le choix des libraires
  • Auteur : Philippe Bouvard 
  • Genre : Humour
  • Editeur : Flammarion, Paris, France
  • Prix : 19.00 €
  • Date de sortie : 22/01/2014
  • GENCOD : 9782081241008

Résumé


Après Je suis mort, Et alors ? et Ma vie d'avant, ma vie d'après, Philippe Bouvard achève sa trilogie. En fait, une «tri-thérapie» contre l'angoisse du trépas. Non seulement, et pour bénéficier d'un surcroît de prolongations, il a choisi un titre aussi long que son existence, mais il s'avise que tant qu'on peut parler de la mort, c'est qu'on est toujours vivant.

Ainsi continue-t-il à vouloir dédramatiser ce qui, lorsque l'on ne meurt pas de rire, demeure quand même une tragédie. Moins en raison d'un manque total de renseignements sur le dernier voyage que du fait qu'on ne pourra pas honorer ses rendez-vous du lendemain.

Tour à tour drôle et émouvant, ce livre à l'ironie mordante regorge d'anecdotes sur l'avant et l'après, de conseils précieux pour survivre dans la tombe, et de réflexions sur le «grand départ».



Philippe Bouvard, journaliste et écrivain, a déjà publié une cinquantaine d'ouvrages. Il a raconté avec brio soixante ans de journalisme dans Je crois me souvenir et anime depuis plus de trente ans Les Grosses Têtes sur RTL.




Résumé


Après Je suis mort, Et alors ? et Ma vie d'avant, ma vie d'après, Philippe Bouvard achève sa trilogie. En fait, une «tri-thérapie» contre l'angoisse du trépas. Non seulement, et pour bénéficier d'un surcroît de prolongations, il a choisi un titre aussi long que son existence, mais il s'avise que tant qu'on peut parler de la mort, c'est qu'on est toujours vivant.

Ainsi continue-t-il à vouloir dédramatiser ce qui, lorsque l'on ne meurt pas de rire, demeure quand même une tragédie. Moins en raison d'un manque total de renseignements sur le dernier voyage que du fait qu'on ne pourra pas honorer ses rendez-vous du lendemain.

Tour à tour drôle et émouvant, ce livre à l'ironie mordante regorge d'anecdotes sur l'avant et l'après, de conseils précieux pour survivre dans la tombe, et de réflexions sur le «grand départ».



Philippe Bouvard, journaliste et écrivain, a déjà publié une cinquantaine d'ouvrages. Il a raconté avec brio soixante ans de journalisme dans Je crois me souvenir et anime depuis plus de trente ans Les Grosses Têtes sur RTL.




Résumé


Après Je suis mort, Et alors ? et Ma vie d'avant, ma vie d'après, Philippe Bouvard achève sa trilogie. En fait, une «tri-thérapie» contre l'angoisse du trépas. Non seulement, et pour bénéficier d'un surcroît de prolongations, il a choisi un titre aussi long que son existence, mais il s'avise que tant qu'on peut parler de la mort, c'est qu'on est toujours vivant.

Ainsi continue-t-il à vouloir dédramatiser ce qui, lorsque l'on ne meurt pas de rire, demeure quand même une tragédie. Moins en raison d'un manque total de renseignements sur le dernier voyage que du fait qu'on ne pourra pas honorer ses rendez-vous du lendemain.

Tour à tour drôle et émouvant, ce livre à l'ironie mordante regorge d'anecdotes sur l'avant et l'après, de conseils précieux pour survivre dans la tombe, et de réflexions sur le «grand départ».



Philippe Bouvard, journaliste et écrivain, a déjà publié une cinquantaine d'ouvrages. Il a raconté avec brio soixante ans de journalisme dans Je crois me souvenir et anime depuis plus de trente ans Les Grosses Têtes sur RTL.




Résumé


Après Je suis mort, Et alors ? et Ma vie d'avant, ma vie d'après, Philippe Bouvard achève sa trilogie. En fait, une «tri-thérapie» contre l'angoisse du trépas. Non seulement, et pour bénéficier d'un surcroît de prolongations, il a choisi un titre aussi long que son existence, mais il s'avise que tant qu'on peut parler de la mort, c'est qu'on est toujours vivant.

Ainsi continue-t-il à vouloir dédramatiser ce qui, lorsque l'on ne meurt pas de rire, demeure quand même une tragédie. Moins en raison d'un manque total de renseignements sur le dernier voyage que du fait qu'on ne pourra pas honorer ses rendez-vous du lendemain.

Tour à tour drôle et émouvant, ce livre à l'ironie mordante regorge d'anecdotes sur l'avant et l'après, de conseils précieux pour survivre dans la tombe, et de réflexions sur le «grand départ».



Philippe Bouvard, journaliste et écrivain, a déjà publié une cinquantaine d'ouvrages. Il a raconté avec brio soixante ans de journalisme dans Je crois me souvenir et anime depuis plus de trente ans Les Grosses Têtes sur RTL.




Résumé


Après Je suis mort, Et alors ? et Ma vie d'avant, ma vie d'après, Philippe Bouvard achève sa trilogie. En fait, une «tri-thérapie» contre l'angoisse du trépas. Non seulement, et pour bénéficier d'un surcroît de prolongations, il a choisi un titre aussi long que son existence, mais il s'avise que tant qu'on peut parler de la mort, c'est qu'on est toujours vivant.

Ainsi continue-t-il à vouloir dédramatiser ce qui, lorsque l'on ne meurt pas de rire, demeure quand même une tragédie. Moins en raison d'un manque total de renseignements sur le dernier voyage que du fait qu'on ne pourra pas honorer ses rendez-vous du lendemain.

Tour à tour drôle et émouvant, ce livre à l'ironie mordante regorge d'anecdotes sur l'avant et l'après, de conseils précieux pour survivre dans la tombe, et de réflexions sur le «grand départ».



Philippe Bouvard, journaliste et écrivain, a déjà publié une cinquantaine d'ouvrages. Il a raconté avec brio soixante ans de journalisme dans Je crois me souvenir et anime depuis plus de trente ans Les Grosses Têtes sur RTL.




Résumé


Après Je suis mort, Et alors ? et Ma vie d'avant, ma vie d'après, Philippe Bouvard achève sa trilogie. En fait, une «tri-thérapie» contre l'angoisse du trépas. Non seulement, et pour bénéficier d'un surcroît de prolongations, il a choisi un titre aussi long que son existence, mais il s'avise que tant qu'on peut parler de la mort, c'est qu'on est toujours vivant.

Ainsi continue-t-il à vouloir dédramatiser ce qui, lorsque l'on ne meurt pas de rire, demeure quand même une tragédie. Moins en raison d'un manque total de renseignements sur le dernier voyage que du fait qu'on ne pourra pas honorer ses rendez-vous du lendemain.

Tour à tour drôle et émouvant, ce livre à l'ironie mordante regorge d'anecdotes sur l'avant et l'après, de conseils précieux pour survivre dans la tombe, et de réflexions sur le «grand départ».



Philippe Bouvard, journaliste et écrivain, a déjà publié une cinquantaine d'ouvrages. Il a raconté avec brio soixante ans de journalisme dans Je crois me souvenir et anime depuis plus de trente ans Les Grosses Têtes sur RTL.




Résumé


Après Je suis mort, Et alors ? et Ma vie d'avant, ma vie d'après, Philippe Bouvard achève sa trilogie. En fait, une «tri-thérapie» contre l'angoisse du trépas. Non seulement, et pour bénéficier d'un surcroît de prolongations, il a choisi un titre aussi long que son existence, mais il s'avise que tant qu'on peut parler de la mort, c'est qu'on est toujours vivant.

Ainsi continue-t-il à vouloir dédramatiser ce qui, lorsque l'on ne meurt pas de rire, demeure quand même une tragédie. Moins en raison d'un manque total de renseignements sur le dernier voyage que du fait qu'on ne pourra pas honorer ses rendez-vous du lendemain.

Tour à tour drôle et émouvant, ce livre à l'ironie mordante regorge d'anecdotes sur l'avant et l'après, de conseils précieux pour survivre dans la tombe, et de réflexions sur le «grand départ».



Philippe Bouvard, journaliste et écrivain, a déjà publié une cinquantaine d'ouvrages. Il a raconté avec brio soixante ans de journalisme dans Je crois me souvenir et anime depuis plus de trente ans Les Grosses Têtes sur RTL.



La revue de presse : Jérôme Béglé - Le Point du 30 janvier 2014


Un octogénaire qui envisage dans le rire et la bonne humeur de passer l'arme à gauche, ce n'est pas banal. Surtout quand il met en scène son enterrement !...

Il dédramatise une fois encore le trépas final, ses conséquences, et l'angoisse de laisser une postérité. Mieux, il entonne un refrain original : Ah ! quel bonheur d'avoir 70 ans et plus ! Pour peu que l'on sache prendre quelques précautions, la vieillesse est le meilleur moment de la vie, celui où l'on profite de tout, où l'on ne craint plus grand-chose, où l'on peut se détourner de la comédie humaine et du jeu de masques et de rôles qui va avec...

Vivant (le plus longtemps possible !) ou mort (c'est inévitable), Bouvard a décidé de continuer de s'amuser et de poser sur le monde et ses contemporains son oeil espiègle, à la fois léger et implacable. Une cure de jouvence...




La revue de presse : Jérôme Béglé - Le Point du 30 janvier 2014


Un octogénaire qui envisage dans le rire et la bonne humeur de passer l'arme à gauche, ce n'est pas banal. Surtout quand il met en scène son enterrement !...

Il dédramatise une fois encore le trépas final, ses conséquences, et l'angoisse de laisser une postérité. Mieux, il entonne un refrain original : Ah ! quel bonheur d'avoir 70 ans et plus ! Pour peu que l'on sache prendre quelques précautions, la vieillesse est le meilleur moment de la vie, celui où l'on profite de tout, où l'on ne craint plus grand-chose, où l'on peut se détourner de la comédie humaine et du jeu de masques et de rôles qui va avec...

Vivant (le plus longtemps possible !) ou mort (c'est inévitable), Bouvard a décidé de continuer de s'amuser et de poser sur le monde et ses contemporains son oeil espiègle, à la fois léger et implacable. Une cure de jouvence...




La revue de presse : Jérôme Béglé - Le Point du 30 janvier 2014


Un octogénaire qui envisage dans le rire et la bonne humeur de passer l'arme à gauche, ce n'est pas banal. Surtout quand il met en scène son enterrement !...

Il dédramatise une fois encore le trépas final, ses conséquences, et l'angoisse de laisser une postérité. Mieux, il entonne un refrain original : Ah ! quel bonheur d'avoir 70 ans et plus ! Pour peu que l'on sache prendre quelques précautions, la vieillesse est le meilleur moment de la vie, celui où l'on profite de tout, où l'on ne craint plus grand-chose, où l'on peut se détourner de la comédie humaine et du jeu de masques et de rôles qui va avec...

Vivant (le plus longtemps possible !) ou mort (c'est inévitable), Bouvard a décidé de continuer de s'amuser et de poser sur le monde et ses contemporains son oeil espiègle, à la fois léger et implacable. Une cure de jouvence...




La revue de presse : Jérôme Béglé - Le Point du 30 janvier 2014


Un octogénaire qui envisage dans le rire et la bonne humeur de passer l'arme à gauche, ce n'est pas banal. Surtout quand il met en scène son enterrement !...

Il dédramatise une fois encore le trépas final, ses conséquences, et l'angoisse de laisser une postérité. Mieux, il entonne un refrain original : Ah ! quel bonheur d'avoir 70 ans et plus ! Pour peu que l'on sache prendre quelques précautions, la vieillesse est le meilleur moment de la vie, celui où l'on profite de tout, où l'on ne craint plus grand-chose, où l'on peut se détourner de la comédie humaine et du jeu de masques et de rôles qui va avec...

Vivant (le plus longtemps possible !) ou mort (c'est inévitable), Bouvard a décidé de continuer de s'amuser et de poser sur le monde et ses contemporains son oeil espiègle, à la fois léger et implacable. Une cure de jouvence...




La revue de presse : Jérôme Béglé - Le Point du 30 janvier 2014


Un octogénaire qui envisage dans le rire et la bonne humeur de passer l'arme à gauche, ce n'est pas banal. Surtout quand il met en scène son enterrement !...

Il dédramatise une fois encore le trépas final, ses conséquences, et l'angoisse de laisser une postérité. Mieux, il entonne un refrain original : Ah ! quel bonheur d'avoir 70 ans et plus ! Pour peu que l'on sache prendre quelques précautions, la vieillesse est le meilleur moment de la vie, celui où l'on profite de tout, où l'on ne craint plus grand-chose, où l'on peut se détourner de la comédie humaine et du jeu de masques et de rôles qui va avec...

Vivant (le plus longtemps possible !) ou mort (c'est inévitable), Bouvard a décidé de continuer de s'amuser et de poser sur le monde et ses contemporains son oeil espiègle, à la fois léger et implacable. Une cure de jouvence...


Retrouvez la fiche complète sur le choix des libraires