"La sacrifiée de Yuan Shao : roman d'un voyage en terre chinoise" de Paul Blanqué chez Maël (Messanges, Landes)

en partenariat avec 20minutes.fr

— 

La sacrifiée de Yuan Shao
La sacrifiée de Yuan Shao — Le choix des libraires

Résumé

Roman d'un voyage en terre chinoise

Depuis le décès de sa mère, riche veuve d'un expatrié permanent en Chine, Dominique Dourdan vit dans le doute et la spirale infernale des interrogations laissées sans réponse. Le jour de ses dix-huit ans, un vol Air France Paris-Pékin l'emmène à la rencontre du passé : un certain Henry Louyot, Français d'origine, alors homme de confiance de son père, et une «suan min», vieille sorcière chinoise garnissant le massif d'herbes folles du rond-point de Chang Houg Lu et Waidajie. Peut-on choisir de ne pas laisser vivre un enfant parce que c'est une fille ? "La sacrifiée de Yuan Shao" est-elle un mythe, une croyance populaire, ou, plus cruellement, la réalité héritée d'une tradition séculaire ?

Inspiré d'un voyage en Chine, ce roman lève un coin du voile dissimulant, derrière la tradition du «Fils Héritier», le génocide des filles.

PRIX DU JURY SAINT-ESTÈPHE

bibliographie :
«La sacrifiée de Yuan Shao» - «Sur les pistes du Petit Tibet» - «Ôm - au coeur de l'Himalaya» - «l'oeil de Shiva» et prochainement l'album «Humeurs vagabondes»

Courrier des auteurs le 30/01/2014

1) Qui êtes-vous ? !
Je suis un vagabond... ou plus exactement, un esprit vagabond qui se nourrit de voyages, de la vie, des rencontres, du partage et de ces circonstances qui se plaisent à bousculer notre quotidien.
L'écriture est un voyage et le prolongement de celui-ci. C'est sa musique et la magie des mots qui entraînent le lecteur sur les pas de l'auteur. Tous mes ouvrages sont des romans dont le fil conducteur est un voyage. L'exploit sportif n'y a pas sa place. Ce sont les rencontres et les coïncidences qui alimentent l'intrigue : le chemin de la vie. Le Ladakh, l'Inde, le Cachemire, le Tibet

2) Quel est le thème central de ce livre ?
Après le Tibet, l'Inde, le Ladakh, l'Himalaya et le Cachemire, nous voici, avec «La sacrifiée de Yuan Shao», projetés dans une Chine rurale et paysanne. Ce livre, comme les autres de mes ouvrages, est inspiré par les circonstances. Ces étranges phénomènes, qui troublent, bouleversent, orientent ou désorientent, selon leurs humeurs, le voyageur vagabond. Dans cet opus, le phénomène déclencheur est la rencontre avec la mort. Celle d'un nouveau-né. Fille de surcroît. Abandonnée dans la neige et le givre. En pleine rue... Morte au petit matin.
Peut-on choisir de ne pas laisser vivre un enfant parce que c'est une fille ?
Je ressentais le besoin viscéral d'écrire, de purger ma mémoire, d'oublier le comportement indifférent des gens empruntant le boulevard pour se rendre à leurs occupations ! De rendre à cette gosse ce qu'elle aurait pu être... pu connaître... Je voulais faire un roman, mais pas le roman de cet acte ignoble, inhumain, barbare ! Alors, je lui ai redonné vie - uniquement dans le roman, malheureusement - oh, pas une vie facile, mais une vie qu'elle n'aurait jamais dû perdre. C'est ainsi que naquit «La sacrifiée de Yuan Shao» !
Vous l'avez compris, inspiré d'un voyage en Chine, ce roman lève un coin du voile dissimulant, derrière la tradition du «Fils Héritier», le génocide des filles.

L'ouvrage a reçu le PRIX DU JURY SAINT-ESTÈPHE

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
«Peut-on choisir de ne pas laisser vivre un enfant parce que c'est une fille ?»

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
«Emmenez-moi» de Charles Aznavour mêlée à «l'élixir d'amour» act 2 de Gaetano Donizetti

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
Avant toute chose, notre rencontre ! Puis la lecture... la découverte... l'échange... le partage !

Retrouvez la fiche complète sur le choix des libraires