"Que nos vies aient l'air d'un film parfait" de Carole Fives chez Points (Paris, France)

en partenariat avec 20minutes.fr

— 

Que nos vies aient l'air d'un film parfait
Que nos vies aient l'air d'un film parfait — Le choix des libraires

Résumé

T'as huit ans, Tom. Tes parents, pleins de larmes en dedans, s'entre-déchirent et divorcent. Même la grande soeur qui t'adore a lâché ta petite main. Prise au piège d'une machination d'adultes, elle a sacrifié votre enfance complice. Plus forte que la séparation, la voix libératrice de ton aînée tente d'inverser les pôles magnétiques pour te reconquérir. Puisse son chant d'amour te parvenir...

«Allons donc, petit frère, ce gros paquet que je tiens serré contre moi depuis des années, il est temps que je l'ouvre.»

Carole Fives est née à Lille en 1971. Elle a reçu le prix Technikart en 2010 pour le recueil de nouvelles Quand nous serons heureux. Que nos vies aient l'air d'un film parfait est son premier roman.

«La petite musique de Carole Fives est touchante et mélancolique.»
Le Nouvel Observateur

Le choix des libraires : choisi le 28/01/2014 par Laurent Blanc de la librairie LES CAHIERS DE LAMARTINE à CLUNY, France

Laurent Blanc recommande ce livre au micro d'Augustin Trapenard, dans Le Carnet du libraire, sur France Culture, en partenariat avec Lechoixdeslibraires.com

Courrier des auteurs le 28/01/2014

1) Qui êtes-vous ? !
Je suis auteur et peintre, enfin surtout auteur depuis quelques années, et c'est aux Beaux-arts que j'ai commencé à écrire, d'abord en peignant des mots sur des toiles (la première était «Dire que») puis des textes plus longs, avant de passer à un premier roman sur papier.

2) Quel est le thème central de ce livre ?
La culpabilité. Et surtout la culpabilité des enfants de divorcés, leurs déchirements intérieurs, suite aux multiples tensions qu'ils supportent de la part des parents quand un divorce se passe de façon... disons brutale. Un autre thème est la fraternité, l'importance du lien dans la fratrie, pour surmonter tout cela...

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
«Je me souviens de la voiture qui démarre, du bruit du moteur de la Renault 5, la mère qui tape un petit coup sur la vitre et toi qui regardes droit devant, qui fixes le bout de la rue, ton petit profil qui se découpe et, au moment où la voiture s'élance, ton pauvre sourire quand tu tournes la tête, l'esquisse d'un pauvre sourire, on t'emmène comme un petit paquet, un petit colis, un cadeau de Noël au milieu des marrons glacés et des chaussettes sales, alors que tu es mon petit frère, ma seule famille.»

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
«Amoureux Solitaires» de Lio (paroles Eli Medeiros, musique Jacno), pour les années 80.

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
J'aimerais que la lecture de mon roman provoque chez le lecteur le même genre d'émotions qu'un très bon morceau de musique, parvenir avec les mots à rivaliser avec l'impact immédiat des notes et de la composition. J'aimerais partager ça, la musique des mots.

Retrouvez la fiche complète sur le choix des libraires