"La fuite du temps" de Lianke Yan chez Philippe Picquier (Arles, France)

en partenariat avec 20minutes.fr

— 

La fuite du temps
La fuite du temps — Le choix des libraires

Résumé

Ce livre sensuel et flamboyant s'ouvre sur la mort et se clôt par la naissance.
Fondé sur des faits réels de la terre natale de l'auteur, le Henan, il possède la violente beauté d'un mythe sur l'origine et la fin des temps.
Depuis toujours, les habitants d'un village perdu au coeur des montagnes luttent pour survivre à une maladie qui les emporte avant quarante ans.
Depuis toujours Sima Lan, le chef du village, aime d'un amour fou la douce Sishi.
Aujourd'hui Sima Lan se meurt et le cours du temps s'inverse pour remonter vers les causes premières, en un cheminement qui est celui des combats opiniâtres qu'ont depuis toujours livrés les hommes pour assurer leur maîtrise sur le monde et leur propre survie.
Car ce que célèbre Yan Lianke en ce livre, ce n'est pas la victoire impossible de l'homme sur la mort, mais le courage, l'obstination avec lesquels ces villageois, portés par une immense force collective, entreprennent, à chaque génération, de titanesques travaux pour conjurer le mal qui empoisonne leur terre et leur eau, leur capacité à puiser au plus profond d'eux-mêmes aux sources de la vie, et de l'amour, dans l'espoir de continuer à entendre bruire la lumière et respirer l'odeur verte de la sève au printemps.

Yan Lianke est né en 1958 dans la province du Henan, dans le centre de la Chine, et réside actuellement à Pékin. Diplômé de l'Université du Henan et de l'institut des arts et de l'Armée populaire chinoise, il débute sa carrière littéraire en 1978, en tant qu'écrivain de l'armée. Ses romans et ses nouvelles, souvent qualifiés d'expérimentaux en raison de leur sujet ou de leur style, lui ont valu d'obtenir de nombreuses et prestigieuses récompenses littéraires.

Le choix des libraires : choisi le 01/02/2014 par Anne Martelle de la librairie MARTELLE à AMIENS, France

Anne Martelle recommande ce livre au micro d'Augustin Trapenard, dans Le Carnet du libraire, sur France Culture, en partenariat avec Lechoixdeslibraires.com

Courrier des auteurs le 01/02/2014

1) Qui êtes-vous ? !
Brigitte Guilbaud, la traductrice du roman de Yan Lianke «La fuite du temps».

2) Quel est le thème central de ce livre ?
La condition humaine. L'amour, d'abord, dont l'accomplissement est entravé par les contingences extérieures, par l'ambition ou le désespoir qui ronge les coeurs, mais l'amour qui existe bel et bien. Et puis l'appréhension de la mort, le vécu que l'on interroge, que l'on se remémore à rebours, parfois au plus près de l'enfance lorsque la mort approche.

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
L'exclamation de Hu, page 15 : «Est-ce qu'on n'est pas des êtres humains, nous aussi ?». Je trouve qu'elle traduit bien cet amour de l'auteur pour la terre et les vivants, sa réaffirmation perpétuelle de la dignité de chaque être vivant.

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
Une symphonie, mais laquelle, je ne sais pas.

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
La sensualité fondamentale de notre rapport au monde, la force vive dont ce roman témoigne et qu'il parvient à transmettre me semble-t-il.

La revue de presse : Marine Landrot - Télérama du 22 janvier 2014

Yan Lianke laisse crier les haines et regarde s'abattre les cataclysmes naturels avec la même élégance hébétée. Il porte sur les êtres en furie un éternel regard d'enfant inter­loqué, partagé entre l'hypnose et la fuite. Chez lui, c'est toujours la nature qui l'emporte : la grêle, le soleil beau «comme une courge mûre», les plaqueminiers sur lesquels grimpent les enfants.

La revue de presse : Nils C. Ahl - Le Monde du 9 janvier 2014

Jouant sur l'éternité de ce récit dévidé à rebours, Yan Lianke s'amuse du retour des saisons, de la répétition des générations et des enfants qui imitent leurs parents. Il réussit un roman attendu et déroutant à la fois, où le moindre détail compte. On croirait presque qu'il se moque un peu de ses lecteurs les plus fidèles - dont nous sommes. Croisant les références littéraires, chinoises et occidentales, il s'inspire également de lui-même. Si Le Rêve du village des Ding lorgne du côté de La Peste, et Servir le peuple du côté de Lady Chatterley, La Fuite du temps prolonge le mouvement de ses propres romans comme on rassemble ses forces. L'éternité est dans cet écho, de personnage en personnage, de livre en livre, jusqu'à l'ultime étreinte (manquée) de Lan Sishi et de Sima Lan. Jusqu'à la prochaine fois. Jusqu'au prochain roman de Yan Lianke.

Retrouvez la fiche complète sur le choix des libraires