"Le jeu de l'assassin" de Nils Barrellon chez City (Grainville, Eure)

en partenariat avec 20minutes.fr

— 

Le jeu de l'assassin
Le jeu de l'assassin — Le choix des libraires

Courrier des auteurs le 02/09/2014

1) Qui êtes-vous ? !
Nils Barrellon. J'ai 39 ans. Je suis marié, j'ai 3 enfants (3 garçons Nathanaël 10 ans, Zacharie 7 ans ½ et Ézéchiel 4 ans). Je suis professeur agrégé de sciences physiques au lycée Rodin à Paris.
J'écris depuis plus longtemps que j'enseigne (j'ai pourtant débuté dans l'Éducation Nationale à l'âge de 21 ans ;-)) : des pièces de théâtre (5 ont été jouées à Paris ou en Province, l'une a gagné le Prix de la Comédie au Festival de Dax en 2004) des nouvelles (certaines ont été primées) et des romans. Celui-ci est le premier qui a l'heur d'être édité. Peut-être parce qu'il a été finaliste du Prix du Quai des Orfèvres 2013, prix auquel je participe pour la 5ème fois.

2) Quel est le thème central de ce livre ?
Un tueur en série assassine des prostituées et abandonne leur corps dans Paris. Le commissaire Kuhn, de la brigade criminelle de Paris, est saisi de l'enquête et va vite faire un parallèle avec les meurtres commis par Jack l'Éventreur dans le Londres du XIXème siècle. Mais... n'était-ce pas ce que le tueur attendait de lui ?

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
3 phrases :
«Je n'ai plus le choix. Je dois y aller. Ad personam.»

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
Plutôt rock et plutôt contemporaine. Un titre de Shaka Ponk par exemple.

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
Ma passion pour San Antonio : ce roman est écrit au présent, à la première personne du singulier et recèle un bon nombre de «bons mots» (enfin j'espère). Le genre de roman qui n'a pas d'autre ambition que celle de faire passer deux ou trois heures agréables au lecteur. Du polar pour la plage, pour le métro, pour la salle d'attente... Du roman de gare quoi, mais dans son sens le plus noble. Pas question de faire des approximations littéraires pour autant, ni de négliger le style. J'attache une importance toute particulière à la vraisemblance de mon histoire. Si elle est romanesque, elle n'est pas pour autant absurde ou impensable !

6) Avez-vous des rituels d'écrivain ? (Choix du lieu, de l'horaire, d'une musique de fond) ?
Jamais de musique, je n'arrive pas à me concentrer. L'horaire, c'est quand je peux (avec 3 enfants en bas âge vous comprendrez aisément pourquoi.) Le rituel n'existe pas encore.

7) Comment vous vient l'inspiration ?
A flux presque continu. Si je m'écoutais, j'attaquerai un nouveau projet artistique tous les jours. Mais comme je touche à tout, je me refrène de peur de me disperser. En ce moment, je me concentre sur l'écriture. Je suis actuellement en train de corriger un ancien roman pour le représenter au Prix du Quai des Orfèvres tout en travaillant sur un nouveau thriller dont je veux faire le nouveau Da Vinci Code (oui oui, rien que ça !)

8) Comment l'écriture est-elle entrée dans votre vie ? Vous êtes-vous dit enfant ou adolescent «un jour j'écrirai des livres» ?
Non. C'est un pari ! J'ai parié avec ma mère (prof de français) que j'étais capable d'écrire une pièce de théâtre. J'avais 20 ans. C'était pendant mon service militaire. Je l'ai écrite. Elle s'appelait «Portable» car les mobiles n'étaient pas encore monnaie courante à l'époque.

9) Vous souvenez-vous de vos premiers chocs littéraires (en tant que lecteur) ?
Dostoïevski. Je les ai tous lus quand j'avais vingt ans. Puis Bret Easton Ellis. Je les ai tous lus quand j'en avais 30. American Psycho. Whaou. Crime et châtiment re-wahou. Mais jeune, je dévorais les San-A que je piquais chez mon grand-père (grand fan). Qu'est-ce que j'ai pu me marrer !

10) Savez-vous à quoi servent les écrivains ? !
Non, pas trop. Pour ma part, juste divertir. Certains ont une fonction plus noble que je ne revendique pas.

11) Quelle place tiennent les librairies dans votre vie ?
Conséquente même si je ne lis plus autant qu'autrefois. 1) j'ai des enfants et c'est plus dur de trouver un peu de temps calme. 2) je me suis acheté un scooter et je ne prends plus les transports en commun dans lesquels j'adorais bouquiner.

12) Quelle place tiennent les livres dans votre vie ?
Une trop petite. J'aimerai qu'ils l'occupent entièrement !

Retrouvez la fiche complète sur le choix des libraires