"Le cimetière des hirondelles" de Mallock chez Fleuve noir (Paris, France)

en partenariat avec 20minutes.fr

— 

Le cimetière des hirondelles
Le cimetière des hirondelles — Le choix des libraires

Résumé

Je l'ai tué parce qu'il m'avait tué... C'est l'unique réponse qu'obtient le commissaire Mallock lorsqu'il interroge Manuel Gemoni, homme honnête et sans histoire, parti un matin à l'autre bout du monde pour assassiner un vieillard qu'il ne connaissait même pas.

Que s'est-il passé dans la tête ou dans la vie de ce jeune papa, professeur d'université, étranger à toute forme de violence ? A quoi bon, pour Amédée Mallock, persister à mener cette enquête alors même que l'on sait avec certitude que Manuel est coupable ? Et comment parvenir à l'impossible : l'innocenter ?

Aux confins du possible, entre l'humidité hostile d'une jungle tropicale et un Paris englouti sous la neige, on retrouve dans Le Cimetière des hirondelles Amédée Mallock, commissaire visionnaire qui, bien que misanthrope, n'a jamais cessé de lutter contre l'iniquité foudroyante du monde...

J.-D. Bruet-Ferreol, qui se cache sous le pseudonyme de MALLOCK (nom de famille du commissaire de sa série de thrillers littéraires) est peintre, photographe, designer, inventeur, directeur artistique, compositeur et, bien entendu et avant tout, écrivain. Depuis 2000, il ne se consacre plus qu'à sa carrière de peintre numérique au travers d'expos et d'édition de livres d'art, et à celle d'écrivain, notamment de romans policiers.

Courrier des auteurs le 15/01/2014

Quelle relation avez-vous avec vos personnages ? Leur accorder vous beaucoup de liberté ?
Oui, mais eux, ne m'en laissent aucune. Dès que je les abandonne un peu pour peindre, par exemple, ils me mettent la pression : «Qu'est-ce que je vais devenir ?»... «Le prochain bouquin, t'es gentil, tu le fait au soleil»... «Dans le dernier, je n'ai pas eu assez de dialogues»... «Franchement, j'aime pas trop ta façon d'écrire»... «Alors, môsieur l'auteur, tu te remets au boulot ?» Heureusement, j'ai une arme contre eux, je les menace de les faire mourir lors de la prochaine enquête, ça les calme un peu !

Comment l'écriture est-elle entrée dans votre vie ? Vous êtes-vous dit enfant ou adolescent «un jour j'écrirai des livres» ?
J'ai toujours voulu devenir romancier, peintre et musicien, avec une petite préférence pour l'écriture. Signer mon premier roman aux éditions du SEUIL, le siècle dernier, a été un rêve d'enfant devenu réalité. Après, très vite, je me suis réveillé.

Vous souvenez-vous de vos premiers chocs littéraires (en tant que lecteur) ?
«Robinson Crusoé» de Daniel Defoe, «Bob Morane» de Henri Vernes, «Dracula» de Bram Stocker, «Malpertuis» de Jean Ray, «La couleur tombée du Ciel» de Ray Bradbury, «Je suis d'ailleurs» de Lovecraft, «Le Voyage au Bout de la Nuit» de Céline, «Le Roi des Aulnes» de Tournier, «Cyrano» d'Edmond Rostand, «Cent ans de Solitude» de Federico-Garcia Marquez, «Le Rivage des Syrtes» Julien Gracq, «Le Livre de ma mère» d'Albert Cohen, «Dragon Rouge» de Thomas Harris...

Savez-vous à quoi servent les écrivains ? !
Avant toute chose : «donner des émotions», les «messages» ethno-moro-politico-sociaux ont trop longtemps envahi les polars au détriment de l'intrigue et de la qualité d'écriture. L'écrivain doit déjà, en toute humilité, offrir au lecteur le simple plaisir d'un beau, grand et unique voyage... immobile. Pour ma part, j'essaye de raconter l'histoire la plus étonnante et originale qui soit, tout en tentant de faire, si possible, oeuvre littéraire ; c'est à dire, redonner à la forme et au style, une importance que les «fabricants de livres à grand tirage et date de péremption limitée» lui dénient. Si, à travers mes personnages, transparait une certaine philosophie de vie, ou quelques valeurs humanistes désuètes, pardon, je ne l'ai pas fait exprès (rire) !

Quelle place tiennent les librairies dans votre vie ?
Difficile de répondre sans défoncer des portes ouvertes. Disons, pour faire simple, que j'ai toujours eu une énorme tendresse pour les libraires !

Retrouvez la fiche complète sur le choix des libraires