"Un feu d'origine inconnue" de Daniel Woodrell chez Autrement (Paris, France)

en partenariat avec 20minutes.fr

— 

Un feu d'origine inconnue
Un feu d'origine inconnue — Le choix des libraires

Résumé

«Devant le nombre de jeunes morts ou défigurés, dans une ville qui comptait à peine quatre mille habitants, une clameur d'indignation désespérée s'éleva, appelant à la justice.»

Missouri, 1929 : travailleurs, petits bourgeois, cul-terreux, prêtres et hors-la-loi se côtoient dans la petite ville ordinaire et misérable de West Table. Cet été-là, un terrible incendie ravage le Arbor Dance Hall. Trente années plus tard, Aima raconte le drame à son petit-fils Alek : les corps carbonisés propulsés dans les airs, sa soeur Ruby et ses amours coupables, les errements de l'enquête, la vérité enfin. Mais il n'y a pas de vérité dans une petite ville du Midwest - tout au plus des événements que chacun accepte de taire. Dans un tourbillon de portraits saisissants de vérité, servis par une langue à la pureté tranchante, c'est la ville tout entière qui se révèle.

«Un feu d'origine inconnue est le couronnement splendide d'un grand maître américain.» Newsweek.

Daniel Woodrell (né en 1953), originaire du Missouri, a abandonné ses études pour s'engager dans les Marines, puis exercé divers métiers avant d'écrire. En France, son oeuvre a été publiée (1990-2013) chez Rivages, dont Chevauchée avec le diable (adapté par Ang Lee en 1999) ; La Fille aux cheveux rouge tomate; La Mort du petit coeur ; Un hiver de glace; Manuel du Hors-la-loi. Ses huit derniers romans ont figuré parmi les «New York Times Notable Books of the Year».

La revue de presse : Avril Ventura - Le Monde du 2 janvier 2014

L'une des forces du roman réside dans l'usage que l'auteur fait de la durée, en suivant, sur plusieurs générations, les retombées de l'incendie et le destin tragique de ces " petits Blancs " aux prises avec la misère - misère qui trouvera son apogée dans la grande crise de 1929. Le pouvoir du feu est sans limite, et, longtemps après qu'il s'est éteint, il continue d'agir : meurtres, suicides, pèlerinages sur les lieux du drame... Soixante ans plus tard, certains jurent même avoir vu danser l'ange noir qui surplombe la tombe des victimes...
Depuis toujours le feu a pu être perçu par l'homme comme un châtiment de Dieu pour le punir de ses péchés, et, depuis toujours, l'homme a cherché une justification à l'innommable dans le châtiment divin.

Retrouvez la fiche complète sur le choix des libraires