"Last exit to Brooklyn" de Hubert Selby Jr. chez Albin Michel (Paris, France)

en partenariat avec 20minutes.fr

— 

Last exit to Brooklyn
Last exit to Brooklyn — Le choix des libraires

Résumé

Nouvelle traduction de l'anglais (États-Unis) par Jean-Pierre Carasso et Jacqueline Huet

Peu de livres ont suscité autant de haine, d'admiration et de polémiques que Last Exit to Brooklyn. À sa sortie en 1964, Allen Ginsberg prédisait que le roman allait «exploser sur l'Amérique comme une bombe infernale qu'on lirait encore cent ans après». Cette prédiction est en train de s'accomplir : Last Exit est considéré aujourd'hui comme la première manifestation et le testament d'une esthétique totalement inédite à laquelle cette nouvelle traduction rend enfin et brillamment justice. Un classique de la littérature contemporaine et de la littérature tout court.

«Le héraut sublimement trash d'une Amérique en déglingue.»
Bayon, Libération

«Roman de la marge, de l'absolu désespoir (...) Last Exit to Brooklyn révolte les uns et subjugue les autres qui découvrent un style haletant influencé par le jazz, passion d'une vie.»
Bruno Corty, Le Figaro littéraire

Né à Brooklyn en 1928, Hubert Selby Jr. est un auteur incontournable de la littérature américaine contemporaine. Last Exit to Brooklyn, publié en 1964, est son premier et plus célèbre roman qui déclenche à l'époque procès et interdictions de traduction dans plusieurs pays. Atteint très jeune de tuberculose, accro à l'héroïne - expérience qui lui inspirera notamment Requiem for a Dream en 1978 - il décède en 2004.

La revue de presse : Macha Séry - Le Monde du 6 février 2014

Publié il y a un demi-siècle, Last Exit to Brooklyn, son premier roman, conserve toute sa noirceur, sa désespérance et sa vitalité impulsée par une écriture comme hallucinée, que Jean-Pierre Carasso et Jacqueline Huet restituent parfaitement dans leur nouvelle traduction qui respecte la typographie d'origine...
Une fiction que Ginsberg comparait à " une bombe infernale qu'on lirait encore cent ans après ", un chef-d'oeuvre admiré aujourd'hui par Anthony Burgess, Irvine Welsh et Nick Tosches.

La revue de presse : Nathalie Crom - Télérama du 8 janvier 2014

La nouvelle traduction, très convaincante, que proposent Jean-Pierre Carasso et Jacqueline Huet de Last Exit to Brooklyn est l'occasion de (re)découvrir l'écrivain américain Hubert Selby Jr (1928-2004), qui, par ce livre, fit en 1964 une entrée fracassante sur la scène littéraire.

La revue de presse : Didier Jacob - Le Nouvel Observateur du 2 janvier 2014

Il regarde les hommes tomber et décrit l'enfer humain...
C'est une version X des saintes écritures en six épisodes introduits chacun par un verset de la Bible. Le viol de Tralala n'a rien à envier à celui d'«Orange mécanique» (la figuration y étant même plus nombreuse), et les héros qui se croisent dans ce Brooklyn de fin du monde - des travestis, des homos, des putes - évoquent l'univers d'un Dostoïevski d'aujourd'hui.

Retrouvez la fiche complète sur le choix des libraires