"Maurice Ronet : le splendide désenchanté" de José-Alain Fralon chez Ed. des Equateurs (Sainte-Marguerite-sur-Mer, France)

en partenariat avec 20minutes.fr
— 
Maurice Ronet : le splendide désenchanté
Maurice Ronet : le splendide désenchanté — Le choix des libraires

Résumé

Trente ans après sa mort, Maurice Ronet demeure une énigme.
Qui était vraiment ce comédien inclassable, d'une beauté hors norme, ayant marqué de son empreinte des films-cultes du cinéma français : Ascenseur pour l'échafaud, Plein soleil, La Piscine, Raphaël ou le débauché ?
Que cachait le visage désespéré du Feu follet, son plus grand rôle ?
Pourquoi a-t-il toujours été comparé à Alain Delon ?
Que cherchait ce seigneur de la nuit, dans ses virées somptueuses et sordides qui le menaient de Castel à Saint-Germain-des-Prés aux bordels de Barcelone ?
José-Alain Fralon a reconstitué au plus près la vie mystérieuse et disloquée d'un homme à la fois comédien, peintre, réalisateur, producteur. Ronet réalisa un chef-d'oeuvre, Bartleby, d'après la nouvelle d'Herman Melville, filma les derniers dragons d'une île aux confins de l'océan Indien, fréquenta les «Hussards», Roger Nimier, Antoine Blondin, et n'hésita pas à devenir membre de l'Association des amis de Robert Brasillach.
Ce grand séducteur épousa Maria Pacôme, forma un couple magnifique avec Anouk Aimée, disputa Anna Karina à Jean-Luc Godard, poursuivit une liaison de près de dix ans avec Betty Desouches et eut un enfant avec Joséphine Chaplin.
Personne ne l'a remplacé. José-Alain Fralon l'a saisi dans toute sa splendeur noire. A bout portant.

José-Alain Fralon a été grand reporter au monde, où i7 a notamment couvert la guerre du Kosovo, le procès Papon, la chute de Ceausescu et plusieurs Tours de France. Maurice Ronet, le splendide désenchanté est sa cinquième biographie.

La revue de presse : Marie-Laure Delorme - Le Journal du DImanche du 20 octobre 2013

Maurice Ronet ou l'élégance de la simplicité. Il payait pour tous, parlait bien à tous. Ceux qui l'ont connu louent son intelligence et sa gentillesse. Elles réussissaient à se frayer un chemin à travers une désespérance énigmatique. Silences et solitude. Le journaliste José-Alain Fralon ne contourne pas les blancs, dans une biographie consacrée à l'acteur du Feu follet...
Maurice Ronet entre dans la légende du cinéma avec Ascenseur pour l'échafaud (1958) et Le Feu follet (1963), de Louis Malle. L'acteur Mathieu Amalric admire son jeu depuis l'âge de 15 ans. Ils appartiennent à la même famille de comédiens. Ils disent le texte et le sous-texte...
Le héros de Pierre Drieu la Rochelle dans Le Feu follet avoue : "Je n'ai pas très envie de rentrer dans la vie." Maurice Ronet y est entré sur la pointe des pieds et en est reparti de la même façon. Entre, la fuite. Il a fait semblant de ne pas être triste.

Retrouvez la fiche complète sur le choix des libraires