"Le prince rouge : les vies secrètes d'un archiduc de Habsbourg" de Timothy Snyder chez Gallimard (Paris, France)

en partenariat avec 20minutes.fr

— 

Le prince rouge : les vies secrètes d'un archiduc de Habsbourg
Le prince rouge : les vies secrètes d'un archiduc de Habsbourg — Le choix des libraires

Résumé

Des palais de la monarchie des Habsbourg aux chambres de t(l'Union soviétique, ce livre fait le récit d'une vie hors du commun, suspendue entre l'effondrement des empires centraux, consécutif à la Première Guerre mondiale, et l'émergence de l'Europe moderne.
William de Habsbourg, le Prince rouge, porta l'uniforme d'un officier autrichien, l'habit de cour d'un archiduc de Habsbourg, le simple costume d'un exilé parisien, le collier de l'ordre de la Toison d'or et, de temps à autre, une robe. Il parlait le polonais dans lequel il avait été élevé, l'italien de sa mère, l'allemand de son père, l'anglais de ses amis britanniques de sang royal et l'ukrainien de la terre sur laquelle il espérait régner.
Parvenu à la majorité pendant la Grande Guerre, il avait rejeté sa famille pour se battre aux côtés des Ukrainiens. Quand le rêve de devenir leur roi s'effondra, il devint tour à tour un allié des impérialistes allemands, un célèbre noceur français, un monarchiste autrichien enragé, un adversaire de Hitler et un espion de Staline pour le compte des Anglais et des Français.
Sur fond de capitales européennes et de champs de bataille, de stations de ski et de cellules de prison, Le Prince rouge saisit un moment unique de l'histoire de l'Europe où l'ordre ancien cède brutalement la place à un avenir incertain dans lequel toute chose, y compris l'identité elle-même, semble à saisir.

Timothy Snyder enseigne l'histoire de l'Europe orientale à l'université Yale. Il a publié aux Éditions Gallimard Terres de sang : L'Europe entre Hitler et Staline, prix du Livre d'histoire de l'Europe 2013.

La revue de presse : Nicolas Weill - Le Monde du 5 décembre 2013

Dans les années 1930, la répression et la famine s'abattent sur cette région livrée à la russification, si bien que l'histoire de l'Ukraine martyrisée hante celle de l'URSS comme la douleur ressentie dans un membre amputé, affirme Timothy Snyder. Quant à Guillaume, il finira dans les cachots de la terreur stalinienne et mourra après avoir été enlevé à Vienne par la police secrète soviétique. Sans céder à aucune nostalgie habsbourgeoise, l'ouvrage n'en redonne pas moins, à travers ce passeur de frontières, du lustre à l'idéal d'une Europe unie dont les Ukrainiens qui manifestent aujourd'hui dans les rues de Kiev ne sont pas par hasard les plus chauds partisans.

La revue de presse : Marc Semo - Libération du 5 décembre 2013

La vie de Guillaume de Habsbourg, dandy rebelle, par l'Américain Timothy Snyder. C'est un oublié de l'histoire. Nul ne sait même précisément où il est enterré, mort en août 1948 de tuberculose, d'épuisement et de tortures dans un cachot de la police secrète soviétique à Kiev, un peu moins d'un an après avoir été enlevé en plein coeur de Vienne. La vie de Guillaume de Habsbourg est assurément hors du commun...
Ce récit va pourtant bien au-delà de la biographie de celui que l'on surnomma «le Prince rouge» pour sa rébellion contre sa famille et son rêve de nation ukrainienne qui l'amena à soutenir les revendications de terre et de liberté de ce peuple qu'il s'était choisi. L'historien américain Timothy Snyder, déjà connu pour Terres de sang, l'un des ouvrages les plus puissants sur les horreurs conjuguées du stalinisme et du nazisme dans ces mêmes régions de l'Europe orientale, dresse la saga du déclin et de la chute de l'Europe des empires multiethniques et multiculturels, dont les Habsbourg eux-mêmes étaient la plus parfaite incarnation.

Retrouvez la fiche complète sur le choix des libraires