"Je m'appelle Budo, je suis l'ami imaginaire de Max depuis cinq ans, c'est lui qui m'a inventé c'est ainsi que je suis né" de Matthew Dicks chez Flammarion (Paris, France)

en partenariat avec 20minutes.fr

— 

Je m'appelle Budo, je suis l'ami imaginaire de Max depuis cinq ans, c'est lui qui m'a inventé c'est ainsi que je suis né
Je m'appelle Budo, je suis l'ami imaginaire de Max depuis cinq ans, c'est lui qui m'a inventé c'est ainsi que je suis né — Le choix des libraires

Résumé

Budo est un ami imaginaire plutôt chanceux : cela fait cinq ans que Max le fait vivre. Mais Max n'est pas un garçon comme les autres : il est atteint du syndrome d'Asperger, une forme d'autisme. Si Budo sait qu'il vivra dans l'imaginaire de Max plus longtemps que les amis imaginaires des autres enfants, il sait aussi qu'il risque de disparaître. Budo s'est chargé de protéger Max : contre les disputes des parents, contre un garçon du CM2 qui le violente, etc. Mais Budo se retrouve impuissant lorsque Max se fait enlever par Mme Patterson, sa maîtresse. Avec une équipe d'autres amis imaginaires, il va tout faire pour le libérer...

Matthew Dicks

Matthew Dicks est écrivain et enseignant en école primaire. Il vit dans le Connecticut aux États-Unis. Memoirs of an imaginary friend a été traduit dans 17 langues et a déjà rencontré beaucoup de succès à l'étranger.

Le choix des libraires : choisi le 04/10/2013 par Anne Delphin de la librairie CHEMAIN à VOIRON, France

Budo est l'ami imaginaire de Max, un jeune garçon autiste d'une dizaine d'années. Budo a de la chance, Max l'a imaginé avec une capacité de réfléchir, de parler, de se déplacer, de passer à travers les portes et les fenêtres...ce qui n'est pas le cas de tous les amis imaginaires !
Un jour, Max disparait, et Budo est le seul à pourvoir l'aider. Comment faire, lorsque aucun adulte ne vous voit, quand vous êtes transparents aux yeux des autres, sauf aux yeux des autres amis imaginaires ?

Un roman qui rend hommage à l'imagination des enfants, original, inventif, aux personnages attachants. Le récit est bien mené, mêlant petites réflexions philosophiques, tendresse, amitié et dépassement de soi.

Et vous, comment s'appelait votre ami imaginaire ? :)

La revue de presse : Michel Abescat - Télérama du 27 novembre 2013

Matthew Dicks impose cette voix si singulière, décale le regard, témoigne d'une rare intelligence de coeur. L'histoire se corse. Max est enlevé. Budo va sauver son ami, au péril de lui-même. Et l'émotion que l'on ressent alors est tout sauf imaginaire.

Retrouvez la fiche complète sur le choix des libraires