"Consolation" de Nathalie Aumont chez Arléa (Paris, France)

en partenariat avec 20minutes.fr

— 

Consolation
Consolation — Le choix des libraires

Résumé

Soit une famille, parents aimants, fratrie de trois, une fille, deux garçons, grands adolescents, presque adultes, prêts pour le beau départ dans la vie. Le bonheur simple, sans histoire.
Survient le drame : un des fils, promis à une carrière de pilote de chasse dans l'armée, se tue dans un accident de voiture en rejoignant la maison familiale. Après la sidération des premières heures, la douleur submerge tout. Raconté par le menu, jour après jour, année après année, le deuil, ou plutôt la façon de s'en accommoder, nous est restitué avec pudeur et émotion par la soeur, la narratrice.
Chacun réagit comme il peut : la mère, dévastée, le père, muet, le frère et la soeur taraudés par cette question, pourquoi lui et pas nous ? Face à la révolte et à l'impuissance de ceux qui restent, la narratrice oppose un récit tremblant, mais qui, peu à peu, s'apaise et va vers la consolation. Le temps, implacable, fait son travail et rend la douleur moins vive, sans l'effacer, bien sûr, peut-on jamais se remettre de la mort d'un enfant, d'un frère ? Le temps passe et oeuvre à cette vie qui, vaille que vaille, continue, avec la naissance des petits-enfants, pour lesquels le disparu devient un nom, une photo, quelques mots.

Nathalie Aumont vit à Bordeaux.
Consolation est son premier roman.

Le choix des libraires : choisi le 27/09/2013 par Max Buvry de la librairie VAUX LIVRES à VAUX-LE-PÉNIL, France

Une famille, parents, trois enfants, sans histoire, heureuse, enfin jusqu'au drame absolu. Le fils brillant et chéri, 17 ans, désigné pour réaliser ce que le père n'avait pu faire, se tue accidentellement. Quand les parents apprennent ce drame («La mort de Frédéric fut un tsunami»), le grand frère de Frédéric est avec eux, contrairement à sa soeur, la narratrice, ce qui l'obsèdera longtemps. Elle exprime pourtant ce qu'elle a ressenti ou vu, les cris de sa mère, les silences de son père, les moments particulièrement pénibles, les réactions ou non-réactions de chacun, la douleur, le sentiment d'injustice et d'incompréhension, de culpabilité ? Elle accompagne, épaule ses parents qu'elle adore en doutant parfois de leur capacité à pouvoir l'aimer. Cette disparition ne sera jamais oubliée, personne ne sera définitivement consolé, évidemment, néanmoins la force de la vie et le temps adoucissent insensiblement la douleur et à son rythme, chacun reprend son chemin.

Retrouvez la fiche complète sur le choix des libraires