"L'héritière des anges" de Florence Roche chez Ed. De Borée (Riom, France)

en partenariat avec 20minutes.fr

— 

L'héritière des anges
L'héritière des anges — Le choix des libraires

Résumé

En ces temps obscurs du XVIIIe siècle, la beauté mais surtout la voix d'ange dont est dotée Éléonore ne peuvent longtemps passer inaperçues. Bravant l'interdit fait aux femmes de chanter, la jeune orpheline ne soupçonne pas le pouvoir que recèle ce don et se retrouve enfermée contre son gré dans un cloître de soeurs cisterciennes. Remarquée par la très pieuse comtesse de Lesle qui la veut à ses côtés à titre de chanteuse privée, elle découvre Paris et l'opéra. Un nouvel avenir s'offre enfin à celle pour qui le chant est l'unique passion. Or, c'est à la découverte du secret de ses origines qu'elle s'aventure désormais...

Une quête initiatique depuis les silences des abbayes jusqu'aux ors et fastes de l'Italie florentine.

Florence Roche est professeure d'histoire et de géographie ; c'est donc tout naturellement que la grande Histoire trouve sa place dans ses romans aux intrigues habilement menées et aux personnages passionnés.

Courrier des auteurs le 27/09/2013

1) Qui êtes-vous ? !
Florence Roche, mariée Barthélémy. Je suis professeure d'histoire-géographie. J'ai quarante ans et j'ai trois enfants. J'écris depuis une dizaine d'années. C'est ma passion. J'aime inventer des personnages, leur donner vie, corps. J'aime les utiliser pour parler d'un temps, d'une époque, d'un cadre révolus.
Je suis publiée par les éditions De Borée et par France Loisirs. Vous trouverez la liste de mes ouvrages sur mon site : florence.roche.auteure.net ou sur ma page facebook : florence roche auteure aux éditions De Borée.

2) Quel est le thème central de ce livre ?
C'est le destin d'une femme, au début du 18e siècle : Éléonore. Elle grandit près d'un monastère et souffre de ne pouvoir chanter. Elle a une voix exceptionnelle. Mais seuls les hommes, ou les moniales, avaient le droit de chanter à cette époque.
Éléonore va devoir tout quitter pour assouvir sa passion et retrouver ses véritables origines.
Le thème est l'émancipation d'une femme et la maîtrise de son destin, unique et imprévu. On voyage des Cévennes, à Paris et on finit en Italie, avec et derrière Éléonore.

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
Elle avait cette chance-là : aimer chanter. Surtout elle avait une voix. Quelque chose qu'elle avait d'enfermé en elle, un don de Dieu comme disait Manille. Un cadeau. Personne ne lui avait rien appris mais elle savait chanter. Déjà très jeune. Elle ne savait pas alors que sa voix allait être sa chance. Et sa croix.

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
Un air d'opéra

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
Leur attachement à l'héroïne.

6) Avez-vous des rituels d'écrivain ? (Choix du lieu, de l'horaire, d'une musique de fond) ?
J'aime écrire les matins, en buvant du thé ou le soir, très tard.

7) Comment vous vient l'inspiration ?
La nuit. Ou bien au réveil. Parfois, lorsque j'écris, aussi. Sur le vif. C'est assez curieux. Des jours sans, des jours de trop plein.

8) Comment l'écriture est-elle entrée dans votre vie ? Vous êtes-vous dit enfant ou adolescente «un jour j'écrirai des livres» ?
J'ai commencé à écrire après avoir fini ma thèse d'histoire médiévale qui portait sur un seigneur croisé du XIIe siècle. J'en ai ressenti l'envie, puis le besoin. Voilà.
Enfant, je lisais énormément. Mais je n'écrivais pas.

9) Vous souvenez-vous de vos premiers chocs littéraires (en tant que lectrice) ?
Maupassant. Maupassant et encore Maupassant. Pour la beauté de l'écriture et son incomparable talent à comprendre les femmes.
J'aime aussi énormément les romans d'Eric Emmanuel Schmitt.

10) Savez-vous à quoi servent les écrivains ? !
Ils accordent une autre vie. Ils accordent un détachement du présent. Ils accordent des rêves et du répit.

11) Quelle place tiennent les librairies dans votre vie ?
Une place immense. Ils me permettent de lire et de diffuser ce que j'écris. Je ne serai pas écrivain sans elles. Et je ne serai pas lectrice, non plus. Si bien que je me demande ce qu'il adviendrait de moi !

Retrouvez la fiche complète sur le choix des libraires