"Dans le silence du vent" de Louise Erdrich chez Albin Michel (Paris, France)

en partenariat avec 20minutes.fr

— 

Dans le silence du vent
Dans le silence du vent — Le choix des libraires

Résumé

Récompensé par la plus prestigieuse distinction littéraire américaine, le National Book Award, élu meilleur livre de l'année par les libraires américains, le nouveau roman de Louise Erdrich explore avec une remarquable intelligence la notion de justice à travers la voix d'un adolescent indien de treize ans. Après le viol brutal de sa mère, Joe va devoir admettre que leur vie ne sera plus jamais comme avant. Il n'aura d'autre choix que de mener sa propre enquête. Elle marquera pour lui la fin de l'innocence.

«Si ce livre est une sorte de croisade, galvanisée par la colère de l'auteur, c'est aussi une oeuvre littéraire soigneusement structurée, qui une fois encore rappelle beaucoup Faulkner.»
The New York Tïmes

L'AUTEUR
Née en 1954 dans le Minnesota, Louise Erdrich est considérée comme l'une des grandes voix de la littérature américaine contemporaine. De Love Medicine au Jeu des ombres, elle a bâti, livre après livre, une oeuvre polyphonique forte et singulière, à nulle autre pareille.

Dans le silence du vent dans la presse américaine

«Un roman de grande envergure, un livre somptueux.»
ELLE (USA)

«Une incroyable architecture littéraire.»
Newsday

«Chaque nouveau roman de Louise Erdrich ajoute de nouvelles couches de tragédie et de comédie, de profane et de sacré, à son oeuvre majestueuse que parcourent des générations de personnages. Dans le silence du vent est l'un de ses meilleurs livres, tout à la fois dense et profond.»
The Boston Globe

«Une écriture serrée, précise et poétique et rien qui résonne autant que les personnages ; plus que l'intrigue captivante et la fin bouleversante, ce sont eux qui s'imposent au lecteur.»
The San Francisco Chronicle

«Livre après livre, depuis trois décennies, Louise Erdrich a bâti l'une des oeuvres les plus émouvantes et les plus captivantes de la littérature américaine. Joe, le narrateur de ce nouveau roman, est l'un de ses plus beaux personnages et l'histoire qu'il raconte nous révèle comment la maturité transforme notre relation avec nos parents, nous fait éprouver de nouvelles sensations d'amour et de douleur.»
The Washington Post

«Louise Erdrich nous avait habitué à des romans choraux, à une multitude de voix et de récits. Jamais auparavant, elle ne nous avait donné un roman avec une seule voix narrative aussi riche et surprenante.»
National Public Radio

«Page après page, ce livre attire à lui le lecteur inexorablement.»
The Seattle Times

«L'écriture de Louise Erdrich est sobre, précise et aussi patinée qu'une pierre polie.»
The Austin Statesman

«La voix d'Erdrich, son talent et sa sagesse, son imagination, habitent ce roman de la première à la dernière page.»
The Chicago Tribune

«Un roman qui habite le lecteur, à la fois doux-amer et tendre mais sans être sentimental, et porté par une remarquable intelligence.»
People

Le choix des libraires : choisi le 27/09/2013 par Marianne Kmiecik de la librairie LES LISIÈRES à ROUBAIX, France

L'été de ses 13 ans, Joe voit sa vie bouleversée après l'agression extrêmement brutale et le viol dont est victime sa mère. La réserve indienne dans laquelle la famille vit, échappe en partie à l'autorité nationale. Le père et le fils n'ont d'autre choix que de se lancer eux-mêmes dans une enquête difficile pour trouver le coupable et comprendre les rouages de l'histoire.
Sur fond de légendes indiennes, d'innocence enfantine et de colère adolescente, ce formidable roman nous entraîne dans une intrigue à couper le souffle. La voix de Louise Erdrich résonne au son des tambours et des chants rituels, tout en abordant des sujets complexes comme les violences faites aux femmes, l'histoire cruelle de la conquête du nouveau monde et des horreurs commises à l'encontre de la population indienne.
Un livre impressionnant qui ne laissera personne indifférent !

La revue de presse : Didier Jacob - Le Nouvel Observateur du 14 novembre 2013

Un garçon de 13 ans enquête sur le viol de sa mère. Un roman coup de poing, sélection France-Culture/"Nouvel Obs", qui accessoirement s'est vendu à 300.000 exemplaires aux Etats-Unis...
C'est arrivé en 1988, un dimanche, dans une réserve indienne du Dakota du Nord. Le père est juge au tribunal tribal. Persuadé que l'agresseur n'est pas inconnu de ses services, il se lance dans un épluchage de dossiers aussi minutieux qu'improbable, à la recherche de la moindre piste...
Et, dans la postface à ce roman volcanique, ardent et digne, sauvage et magnifique, Louise Erdrich rappelle que la plupart des viols de femmes amérindiennes sont commis par des Américains blancs qui retournent aussitôt, sans être inquiétés, à leurs vies de bons pères de famille.

La revue de presse : Pierre Pelot - Le Monde du 7 novembre 2013

Ce n'est pas un livre qu'on lit, c'est un roman dans lequel on marche. On s'y promène, on y baguenaude, le pas réglant l'allure au rythme de la promenade, à pas comptés ou sur la pointe des pieds, aussi bien qu'il convient parfois de courir, suivant les urgences de l'histoire, selon les déliés de son évolution. C'est une histoire qu'on traverse nez au vent, dans l'étrange silence de ce vent qui retient son souffle et contient de furieuses bourrasques et de bien terribles hurlements, une narration dans le ventre de qui, de quoi, de laquelle on tourbillonne après avoir été avalé. C'est écrit de la sorte...
Où vont les histoires qui ne sont pas racontées ?, demande une légende cree. Dans le vent sans doute, dans le silence du vent, certainement, est une réponse possible. Jusqu'à ce que quelqu'un les attrape. Louise Erdrich, grande dame ojibwe, figure emblématique de la littérature amérindienne, romancière, poétesse, a le privilège de savoir en apprivoiser, qui se taisaient quelque part. Dans le silence du vent a été récompensé par la plus prestigieuse distinction littéraire américaine, le National Book Award, et élu Meilleur Livre de l'année par les libraires américains.

La revue de presse : André Clavel - Lire, septembre 2013

Louise Erdrich, c'est la voix d'une Amérique oubliée, celle qui danse avec les loups sur les territoires désormais saccagés de la mémoire indienne. Née en 1954 dans le Minnesota d'un père d'origine allemande et d'une mère Ojibwa, l'auteur de La Malédiction des colombes conjugue fiction et ethnographie pour ravauder l'identité de ces communautés qui, aux confins des grandes plaines, vivent sur les décombres d'une culture jadis enracinée dans la chair de l'Amérique. Ce que Toni Morrison a fait pour les Noirs, Louise Erdrich le fait aujourd'hui pour les Indiens. "Mon dessein, explique-t-elle, c'est de raconter des histoires qui permettent de découvrir les mythes cachés dans les profondeurs du quotidien, si sombre soit-il."

La revue de presse : Emmanuel Romer - La Croix du 26 septembre 2013

Dans Le Jeu des ombres, son précédent roman, Louise Erdrich, nous entraînait dans l'intimité d'une famille en crise. Cette fois, elle nous raconte l'histoire poignante d'un adolescent indien confronté au viol de sa mère...
Pour Louise Erdrich, qui rentre dans la peau de cet adolescent avec une aisance déconcertante, portée par la volonté de dénoncer l'une des tristes réalités affligeant les réserves indiennes d'Amérique du Nord - où, selon un rapport d'Amnesty international de 2009, évoqué dans la postface, une femme sur trois sera violée au cour de sa vie -, il s'agit avant tout de montrer les conséquences de tels drames. D'autant que, dans 86% des cas, précise-t-elle, l'agresseur échappe à la justice pour de complexes questions de juridiction. Les lois de l'État du Dakota du Nord et celles de la réserve s'opposant. On retrouve dans ce livre avec bonheur tous les ingrédients qui depuis des années font le succès de cet auteur. Notamment ces personnages, qu'elle croque d'un trait de plume redoutablement efficace...

Retrouvez la fiche complète sur le choix des libraires