"Les petits mouchoirs de Cholet" de Isabelle Artiges chez Ed. De Borée (Riom, France)

en partenariat avec 20minutes.fr

— 

Les petits mouchoirs de Cholet
Les petits mouchoirs de Cholet — Le choix des libraires

Résumé

Qui aurait pensé que la jolie Louise, petite provinciale timide, deviendrait cette jeune femme au caractère bien trempé et au courage sans faille ? Seul, Paul, médecin à l'élégance et au charme certains, a su déceler en elle ces qualités. La guerre déclarée, il sait la convaincre de le suivre sur le front. Séduite par l'homme et attirée par ce destin qui s'ouvre à elle, elle part au mépris des conventions et des remontrances familiales. Louise se verra alors confier des missions risquées qui la mèneront hors de France. Il faudra toute la force de la passion pour que résiste leur amour à la tragédie qui se noue autour d'eux.

Un amour fou, un portrait de femme héroïque et moderne.

Isabelle Artiges est une esthète et une femme d'entreprise. Cosmétiques de luxe et mode sont ses choix professionnels ; piano et peinture, ses passions. L'écriture s'offre à elle avec bonheur à travers ce premier roman prometteur.

Courrier des auteurs le 26/09/2013

1) Qui êtes-vous ? !
Isabelle Artiges, je suis mariée, j'ai deux filles. J'ai été chef d'entreprise pendant 25 ans. Dans les cosmétiques, responsable d'un labo de développement de formules de maquillage, puis dans la mode. Je suis une sorte d'artiste touche à tout ; peinture, piano, écriture, jardinage, en fait des activités de solitaire.

2) Quel est le thème central de ce livre ?
La naissance pendant la guerre de 14-18 d'une femme qui va devenir, avec ses nouvelles libertés, une femme moderne, seule décideuse de son destin. La construction d'un amour au jour le jour, au son du canon, dans des conditions extrêmes.

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
«Il y a dans ce déchaînement de lutte et de douleur, l'expression de l'horreur, mais aussi de l'espérance» Père Teilhard de Chardin.

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
«La petite musique de nuit» de Mozart, mais aussi une symphonie de Beethoven.

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
Leur point de vue sur la construction de l'héroïne lié à un manque d'amour paternel. Qu'ont -ils appris sur le guerre de 14-18 ?

6) Avez-vous des rituels d'écrivain ? (Choix du lieu, de l'horaire, d'une musique de fond) ?
Je suis au fond quelqu'un d'attaché à mes habitudes de vie, n'aime pas le changement. Pour l'écriture, je suis une nomade, je vais où je me sens bien, dehors, dedans, l'ordinateur sous le bras. Peu importe l'heure, il me faut seulement du silence.

7) Comment vous vient l'inspiration ?
Un mot, un événement que je lis construisent dans ma tête une situation du livre que j'écris.

8) Comment l'écriture est-elle entrée dans votre vie ? Vous êtes-vous dit enfant ou adolescente «un jour j'écrirai des livres» ?
Elle est entrée sans prévenir, par des écrits sur mes états d'âme, mes ressentiments, mes bons moments, des lieux. Il suffit un jour d'avoir envie de raconter une histoire. J'ai connu, adolescente, une Louise qui m'a beaucoup inspirée.

9) Vous souvenez-vous de vos premiers chocs littéraires (en tant que lectrice) ?
Je ne lisais que des classiques du XIXe et des romans historiques de Henri Troyat. Puis des biographies. J'adore autant le style de Françoise Chandernagor, que celui de Romain Gary. Ils m'ont fait envie dans leur manière d'écrire.

10) Savez-vous à quoi servent les écrivains ? !
Ils sont les témoins d'un temps quand ils écrivent sur leur époque, des passeurs d'histoire quand ils pénètrent dans une époque passée.

11) Quelle place tiennent les librairies dans votre vie ?
Ce sont des endroits qui me retiennent par l'odeur des livres avant que mes yeux ne volent des images, des histoires, des mots.

Retrouvez la fiche complète sur le choix des libraires