"Intérieur" de Thomas Clerc chez Gallimard (Paris, France)

en partenariat avec 20minutes.fr

— 

Intérieur
Intérieur — Le choix des libraires

Résumé

«Comme j'ai été lent à faire le tour de ma maison ! 3 ans pourtant c'est 3 fois moins qu'Ulysse revenant de Troie. Ulysse ne voulait pas rentrer à Ithaque, et moi je m'évertue à rester ici, je supplie de ne pas sortir.»

L'appartement de Thomas Clerc fait 50 mètres carrés. Il y vit depuis 10 ans. Il v passe la majeure partie de son temps. Sans doute parce qu'il est un homme d'intérieur, il a entrepris d'en faire le tour intégral avec cette espèce de vertige qui le pousse toujours à épuiser la totalité d'un espace.

Thomas Clerc est né en 1965. Il a déjà publié, dans la collection «L'Arbalète», Paris, musée du XXIe siècle : Le dixième arrondissement (2007), et L'homme qui tua Roland Barthes (2010), Grand Prix de la nouvelle de l'Académie française.

Thomas Clerc est né en 1965. Il a déjà publié, aux Éditions Gallimard, Paris, musée du XXIe siècle (L'arbalète/Gallimard, 2007), et L'homme qui tua Roland Barthes et autres nouvelles (L'arbalète/Gallimard, 2010), Grand Prix de la nouvelle de l'Académie française.

Le choix des libraires : choisi le 11/09/2013 par Emilie Dontenville de la librairie MOLLAT à BORDEAUX, France

Conçu à l'origine comme un défi à la manière d'un Perec s'essayant à «épuiser» un lieu parisien, Thomas Clerc a entrepris non seulement de voyager autour de sa chambre tel Xavier de Maistre mais tout autour de son appartement qu'il scrute avec minutie, pièce après pièce, sans rien laisser de côté. Tour à tour ironique, surpris, dépassé, il fait de ce périple une aventure qui transcende le banal pour lui donner sens. Thomas Clerc est décidément un auteur à suivre.

La revue de presse : Sophie Joubert - L'Humanité du 17 octobre 2013

L'arrière-grand-père de Thomas Clerc était décorateur et peintre d'objets religieux. Il est mort assassiné par sa femme à l'âge de quarante-huit ans. L'écrivain, arrivé au même âge, lui dédie un étrange testament littéraire  : la ­recension précise de son intérieur, ce « monde qu'on appelle un appartement », pièce par pièce, mètre carré par mètre carré. L'entreprise est absurde, fastidieuse, donquichottesque... et diablement enthousiasmante...
Thomas Clerc a plus d'une référence dans son sac ­(Hermès). Construit comme une installation, son texte prolifère et multiplie les pistes. Il regorge d'intermèdes, de mots-valises, de «Fanthomas» et d'aiguilles creuses comme les romans populaires du début du XXe siècle.

La revue de presse : Jérôme Garcin - Le Nouvel Observateur du 5 septembre 2013

Son appartement, situé à Strasbourg-Saint-Denis, dans le 10e arrondissement de Paris, mesure 50 mètres carrés. On voudrait qu'il en fît le double. C'est dire combien Thomas Clerc a réussi son pari fou : transformer en roman d'aventures un méticuleux inventaire des lieux...
Nulle trace de nostalgie ou de sentimentalisme dans ce livre de clerc qui, en apparence, tient du catalogue raisonné ou du rapport d'agent immobilier. Et pourtant, à chaque page, à chaque pas, on est saisi par une émotion, un trouble, voire un vertige inexplicable. Plus l'appartement nous est révélé, plus son énigme grandit, plus on rêve de s'y rendre - code 54 B 68. Petit intérieur, grand livre.

La revue de presse : Florence Bouchy - Le Monde du 19 septembre 2013

Intérieur est un livre singulier, passionnant, souvent drôle, et assez émouvant, une sorte d'autoportrait réalisé à travers un appartement...
Plaisir de la reconnaissance d'un quotidien communément partagé, aussi bien que de la découverte d'une pratique singulière de l'espace, la lecture d'Intérieur réussit la prouesse de maintenir, par la force du style, l'intérêt d'un récit où rien ne se passe, mais où tout arrive, sur 400 pages, et dans 50 m2.

La revue de presse : Clément Ghys - Libération du 12 septembre 2013

Intérieur est un livre de design. Rien à voir avec le corpus de jolies images qui irriguent les magazines de déco, mais plutôt avec la discipline qui voit dans chaque bibelot ou détail un signifiant théorique. La politique est partout, semble nous dire Thomas Clerc, notamment Dans ma chambre, en clin d'oeil au premier livre de Guillaume Dustan qu'il rééditait et préfaçait en mai chez P.O.L. Mais c'est une angoisse qui traverse cette très réussie expérimentation littéraire qu'est Intérieur. La sonnette retentit souvent, personne n'est devant la porte. Une partie de Cluedo semble se jouer entre les pièces, l'appartement porte les traces d'un cambriolage passé. C'est l'extérieur qui menace, qui vient s'immiscer alors qu'il est déjà partout, dans chaque recoin de cet appartement. Et dans chacune des pages d'Intérieur.

La revue de presse : Baptiste Liger - L'Express, août 2013

Avec Le tour du propriétaire, Thomas Clerc livre une description de son intérieur amusante et pleine de trouvailles, sorte d'autoportrait en creux de son propriétaire...
À partir de cet argument à la Georges Perec, Thomas Clerc nous invite à une sorte de Cluedo littéraire, qui révèle un autoportrait en creux, plein de trouvailles (par exemple, il écrit systématiquement "1" en chiffre et non en lettres !). Malin, intelligent et ludique : à lire avant toute acquisition immobilière...

Retrouvez la fiche complète sur le choix des libraires