"La lettre à Helga" de Bergsveinn Birgisson chez Zulma (Honfleur, France)

en partenariat avec 20minutes.fr

— 

La lettre à Helga
La lettre à Helga — Le choix des libraires

Résumé

«Mon neveu Marteinn est venu me chercher à la maison de retraite. Je vais passer le plus clair de l'été dans une chambre avec vue plongeante sur la ferme que vous habitiez jadis, Hallgrímur et toi.» Ainsi commence la réponse - combien tardive - de Bjarni Gíslason de Kolkustadir à sa chère Helga, la seule femme qu'il aima, aussi brièvement qu'ardemment, d'un amour impossible.
Et c'est tout un monde qui se ravive : entre son élevage de moutons, les pêches solitaires, et sa charge de contrôleur du fourrage, on découvre l'âpre existence qui fut la sienne tout au long d'un monologue saisissant de vigueur. Car Bjarni Gíslason de Kolkustadir est un homme simple, taillé dans la lave, pétri de poésie et d'attention émerveillée à la nature sauvage.
Ce beau et puissant roman se lit d'une traite, tant on est troublé par l'étrange confession amoureuse d'un éleveur de brebis islandais, d'un homme qui s'est lui-même spolié de l'amour de sa vie.

Bergsveinn Birgisson est né en 1971. Titulaire d'un doctorat en littérature médiévale scandinave, il porte la mémoire des histoires que lui racontait son grand-père, lui-même fermier et pêcheur dans le nord-ouest de l'Islande.
Immense succès dans les pays scandinaves ainsi qu'en Allemagne, la Lettre à Helga est enfin traduit en français.

Le choix des libraires : choisi le 01/02/2014 par Laure Simoes de la librairie PETITES HISTOIRES ENTRE AMIS à CHENNEVIÈRES-SUR-MARNE, France

Écrire une ultime lettre d'amour au seuil de la mort, et chercher à comprendre pourquoi on a refusé toute sa vie le bonheur qui nous tendait les bras.

Le choix des libraires : choisi le 13/12/2013 par Sophie Vantard de la librairie L'EXQUISE Librairie à SAINT-ANDRÉ-DE-CUBZAC, France

Il est de ces livres que vous refermez le sourire aux lèvres, certain d'avoir vécu un moment inoubliable. Cette lettre est sauvage, douce, amère, drôle, sensuelle et juste parfaite. On y parle de paysannerie, d'hivers rudes, de légendes islandaises et surtout d'amour. Ce livre est à lire et à offrir !

Le choix des libraires : choisi le 12/11/2013 par Amandine Gotti de la librairie DES LIVRES ET DES HOMMES à BEAUNE, France

Arrivé au terme de sa vie, Bjarni Gislason écrit une lettre à Helga, l'amour de sa vie, avec lequel il n'a vécu que quelques mois d'ardente passion. Comme une ultime rétrospective, cette lettre dresse le portrait d'un homme de la campagne attaché à sa terre islandaise.
Plus que les moments où il s'extasie sur les courbes d'Helga, l'attirante femme d'à côté, Bjarni émeut le lecteur lorsqu'il évoque son travail d'éleveur d'ovins et les moments de camaraderie bourrue qu'il partage avec ses voisins fermiers.

Le choix des libraires : choisi le 29/10/2013 par Aurélie Janssens de la librairie PAGE ET PLUME à LIMOGES, France

"Si la vie est quelque part ce doit être dans les fentes"

Et si l'on devait choisir un livre sur une phrase, celle-ci capterait à coup sûr l'attention.
Les fentes, pas les failles, des interstices dans les planches d'une porte, cachant et dévoilant tout à la fois, interstices dans la vie, le temps qui s'écoule entre deux lettres, entre deux êtres.

Bjarni est un éleveur de mouton islandais. Homme de passion, il s'implique dans son élevage ovin, fier de ses béliers reproducteurs, attentif au bien-être des brebis, les palpant avec délicatesse comme on palperait le corps d'une femme. Il est aussi très attaché à sa terre, celle qui l'a vu naître et a vu naître ses ancêtres. Terre changeante, magnifique, flamboyante, de légendes :

"J'ai vu l'homme bleu caché et entendu des revenants frapper à la porte. J'ai senti les forces mystérieuses de l'existence au coeur des buttes et aux endroits ensorcelés et j'ai effarouché les génies tutélaires au moment où mon cheval s'est arrêté. J'ai entrevue les lumières d'il y a longtemps."

Les courbes de cette Nature lui rappellent en permanence Helga. Chaque vallon dessine la poitrine d'Helga, chaque cours d'eau, son corps dans lequel Bjarni noie sa passion et sa frustration.
Helga est éleveuse, comme lui, elle habite sur le coteau d'en face. Son mari préfère s'occuper de juments et déserte la ferme régulièrement. Elle doit seule s'occuper seule de l'exploitation et de ses deux enfants. De son côté Bjarni vit avec Unnur, une "vieille brebis stérile" comme elle se surnomme. Une opération qui a mal tourné et le froid s'installe dans le couple, plus de rapports sexuels et l'espoir d'avoir un enfant qui s'éteint. Alors quand Helga, sensuelle et pleine de vie, s'offre à Bjarni, ce dernier ne peut refuser.
La suite ? Il faut lire cette lettre, magnifique déclaration d'amour, ode à la Nature, la sensualité, aux sentiments qui peuvent faire germer la vie et la détruire aussi.

"Je compris que je ne réussirais jamais à me libérer de ton emprise - j'aurais soif de toi jusqu'à mon dernier souffle."

Comment résister à une telle déclaration ?

Le choix des libraires : choisi le 30/09/2013 par Catherine Devaux de la librairie LES BEAUX TITRES à LEVALLOIS-PERRET, France

Un homme, islandais, éleveur de moutons, prend sa plume pour écrire à la seule femme qu'il ait vraiment aimé, mais d'un amour impossible. Tout au long de cette lettre, il dévoile, sans pudeur, les sentiments qui l'unissent tant à cette femme qu'à la terre dont il est fait, à laquelle il appartient. La vie dans l'île est rude, mais tout est évoqué avec une telle sensualité(les odeurs, les couleurs, les traditions, le climat, les rencontres) que l'on a l'impression, en refermant le livre, d'avoir connu l'Islande dans ce qu'elle a de plus authentique et profond.

Le choix des libraires : choisi le 27/09/2013 par Max Buvry de la librairie VAUX LIVRES à VAUX-LE-PÉNIL, France

Il était temps. Il était temps pour Bjarni Gislason depuis sa maison de retraite d'écrire à Helga pour lui clamer une dernière fois son amour, un amour qu'il a jugé impossible. Les témoins sont disparus, sa femme Unnur comme Helga et son époux et il peut enfin se raconter, revenir sur sa vie rude d'éleveur de brebis, sur l'opération malheureuse que subit sa femme, sur son attirance jusqu'à l'obsession pour Helga. L'homme d'une grande sérénité est simple, poète, vrai, attentif à son environnement et sa confession âpre, sincère et lucide. Un monologue aussi éblouissant et émouvant que rugueux que l'on lit d'une traite.

Le choix des libraires : choisi le 07/09/2013 par Clo Brion de la librairie VANDROMME à LES VANS, France

La "Lettre à Helga" ou la confession de cet amour manqué, refoulé et douloureux d'un vieil homme en fin de vie, éleveur de brebis islandais, "taillé dans la lave". L'auteur nous plonge dans une Islande profonde où la vie est rude, parfois rustre, au coeur de la ruralité des hommes et d'une nature, minérale, végétale ou animale encore sauvage. Comme un long monologue, une lettre sublime de simplicité, de force et d'émotions. Tout y est, la poésie des espaces, l'attachement à la Terre, le jaillissement du désir comme un geyser brûlant, ce feu sous la braise qui ne s'éteint pas, la frustration, la culpabilité, «le doux appel de l'amour auquel on fait la sourde oreille». Un court roman, dense, souvent drôle et vraiment brillant.

Le choix des libraires : choisi le 07/09/2013 par Jean-François Delapré de la librairie SAINT-CHRISTOPHE à LESNEVEN, France

Jean-François Delapré recommande ce livre au micro d'Augustin Trapenard, dans Le Carnet du libraire, sur France Culture, en partenariat avec Lechoixdeslibraires.com

Le choix des libraires : choisi le 07/09/2013 par Sylvie Latour de la librairie MOLLAT à BORDEAUX, France

Depuis sa maison de retraite, un vieil homme écrit une longue lettre à celle qui est restée son unique amour, un amour d'autant plus profond qu'impossible : en effet, marié à une femme rendue stérile par une opération malheureuse, il n'aura jamais la force de la quitter, même quand son désir pour Helga devient une obsession. Dans cette confession poignante et lucide, ce vieil éleveur de moutons assume enfin un choix douloureux : celui d'être resté fidèle à son environnement, en harmonie avec une nature à la fois âpre et généreuse, au lieu de suivre celle qu'il aime dans une vie citadine qui lui est étrangère. Au soir de sa vie, cet homme simple va trouver en lui des mots pétris de poésie brute pour évoquer une dernière fois ce qui fut la grande affaire de sa vie. Un beau texte qui nous vient d'Islande, publié par les éditions Zulma à qui nous devons déjà le très joli Rosa Candida.

La revue de presse : Catherine Simon - Le Monde du 24 octobre 2013

En refusant de suivre sa bien-aimée, comme elle l'en suppliait, Bjarni s'est condamné à devenir " un vieux tronc de bois flotté qui se dérobe au grand amour ". Ou, plus crûment, un dégonflé, " le pire de tous ". Pourtant, cette passion qu'il avoue, qui le poursuit jusqu'à la fin, et le récit qu'il en fait, sans pruderie et sans fard, finissent par le sauver, aux yeux du lecteur du moins. En répondant trop tard à la " lettre sacrée " que lui avait adressée Helga, mais en y répondant quand même, Bjarni Gislason a honoré le contrat qui le liait à cette femme - et, au fond, à lui-même. Ce splendide et prosaïque chant d'amour a la vigueur d'une aquarelle.

La revue de presse : Marianne Payot - L'Express, septembre 2013

Avec La Lettre à Helga, roman plein de verve et de poésie, l'Islandais Bergsveinn Birgisson s'impose en cette rentrée...
Considérations sur le temps, le désir, la fidélité, le destin, l'âme islandaise, le tout dans un style enlevé et rafraîchissant... ce roman épistolaire de Bergsveinn Birgisson, docteur en littérature médiévale scandinave de 41 ans, est un pur délice.

Retrouvez la fiche complète sur le choix des libraires