"Absolution" de Patrick Flanery chez Robert Laffont (Paris, France)

en partenariat avec 20minutes.fr

— 

Absolution
Absolution — Le choix des libraires

Résumé

Un fascinant duel littéraire qui tourne au thriller psychologique post-apartheid

En Afrique du Sud, de nos jours, Clare Wade, célèbre romancière connue pour ses positions en faveur des droits de l'homme, rencontre Sam Leroux, jeune universitaire désireux de retracer sa carrière dans une biographie. Parallèlement aux entretiens quelle donne à Sam, Clare enquête sur la disparition de sa fille qui a rejoint la lutte armée en 1989. Si le travail de Sam révèle des liens inavouables entre Clare et l'ancien régime d'apartheid, Sam est loin d'avoir tout dit, lui aussi, sur sa véritable identité. Entre ambivalence et faux-semblants, chacun va devoir faire tomber les masques pour entrevoir enfin la part de vérité cachée qui lui manquait.

«Le portrait de l'Afrique du Sud de Flanery fait l'effet d'une bombe... Voilà un roman exceptionnellement brillant, profond, qui mêle politique, histoire, intrigue captivante et personnages complexes.»

The lndependent

Acclamé par la presse anglo-saxonne, Absolution revient, à l'aide d'une construction diabolique et d'un suspense infernal, sur des aspects terrifiants de l'histoire de l'apartheid. Interrogeant les notions de culpabilité, de bien et de mal, mais aussi les limites de la démocratie et de la liberté, ce premier roman magistral dévoile toute la complexité de la société sud-africaine contemporaine. Mais, au bout du compte, c'est à la littérature, seule capable de relier l'histoire individuelle à l'histoire collective, qu'Absolution rend un hommage appuyé.

PAVILLONS
Collection dirigée par Maggie Doyle et Jean-Claude Zylberstein

La revue de presse : Marie-Laure Delorme - Le Journal du Dimanche du 15 décembre 2013

Petite et grande histoire s'entremêlent. Le journaliste américain Patrick Flanery, né en 1975, a composé une oeuvre ample. Une construction complexe, un tableau de la société sud-africaine post-apartheid, un style sans afféterie...
Sa vision de l'Afrique du Sud est semblable à celle distillée par Disgrâce, de J. M. Coetzee. L'auteur décrit un pays où les gens se meuvent de part et d'autre de hauts murs, de grilles menaçantes, de clôtures électriques. On trouve à Johannesburg des quartiers entiers devenus des zones de sécurité privatisée...
La fin est cinglante. Une beauté noire se dégage d'Absolution. Les murs se dressent, de plus en plus épais, entre les maisons et entre les individus. La poussière du passé se dépose sur les moindres recoins d'un présent nauséeux. Aucun dialogue ne prend corps dans la réalité. C'est ailleurs que les personnages d'Absolution cherchent la confrontation dont peut naître le salut. Le romancier Patrick Flanery rend hommage à la littérature. La vie circule à travers les écrits où les mots blessants et blessés se rencontrent, enfin.

La revue de presse : Claire Devarrieux - Libération du 29 août 2013

Les romans contemporains du monde entier regorgent de personnages d'écrivains, ç'en est lassant. Il suffit pourtant d'une scène à Patrick Flanery, une seule, pour que nous adoptions Clare Wald, la romancière sud-africaine blanche et célèbre qu'il invente dans Absolution. Elle vit au Cap dans une maison ultrasécurisée. Le narrateur, Sam, vient se présenter, et l'interroger. Il est son biographe très officiel, elle l'accueille sans le tolérer, ou l'inverse, le maltraite d'une patte indolente qui pourrait l'abattre d'un coup. Elle est gigantesque (parmi les nonagénaires, format Doris Lessing plus que Nadine Gordimer), s'adoucit, se conforme à son nom, Wald, qui veut dire forêt : «Hors de la forêt émerge la personne que j'ai créée dans ma tête : mi-ogre, mi-mère, refusant et donnant, mauvais sein et bon sein, entourée de bois ou de bosquets.» Nous savons dès la première page qu'ils se sont déjà rencontrés. Les circonstances se mettront en place selon la logique d'un lent et passionnant labyrinthe.

Retrouvez la fiche complète sur le choix des libraires