"L'enfant de l'étranger" de Alan Hollinghurst chez Albin Michel (Paris, France)

en partenariat avec 20minutes.fr

— 

L'enfant de l'étranger
L'enfant de l'étranger — Le choix des libraires

Résumé

Tout commence en 1913, dans le jardin d'une maison de campagne anglaise, lorsque le timide George Sawle invite pour le week-end son camarade de Cambridge, l'aristocratique, l'énigmatique Cecil Valance. Ces jours dans la maison familiale et le poème qu'ils inspirent à Cecil vont changer leur destin. Et plus encore celui de Daphné, la jeune soeur de George. En ce printemps où rien n'annonce les proches bouleversements de l'Histoire, un pacte se noue secrètement entre ces trois personnages, point de départ d'une fresque saisissante à travers le siècle et les vestiges du temps, par l'un des plus grands romanciers anglais contemporains, Alan Hollinghurst, lauréat du Booker Prize en 2004 pour La Ligne de beauté.

«Hollinghurst mérite incontestablement le titre de meilleur romancier anglais contemporain. Éblouissant.»
The Guardian

Considéré comme l'un des plus grands romanciers anglais contemporains, Alan Hollinghurst est notamment l'auteur de La Piscine-bibliothèque (Bourgois, 1991) et de La ligne de beauté (Fayard, 2005), lauréat du Man Booker Prize et finaliste du National Book Critics Circle Award.
Il brosse ici la fresque saisissante d'un monde déchu : l'aristocratie dans l'Angleterre post-Victorienne. Porté par une écriture somptueuse, L'Enfant de l'étranger s'impose d'ores et déjà comme son chef-d'oeuvre.

L'enfant de l'étranger dans la presse anglaise

«Magnifiquement écrit, ambitieux dans sa structure et sa portée, parfaitement maîtrisé, L'Enfant de l'étranger est une leçon exceptionnelle en matière d'art du roman.»
The Times Literary Supplement

«Un exploit remarquable, à ne rater sous aucun prétexte, un livre écrit avec l'autorité sereine d'un auteur qui peut appliquer ses talents littéraires à tout ou presque... C'est chose rare de lire un roman et d'être convaincu qu'il figurera parmi les meilleurs de l'année, mais c'est plus rare encore d'être persuadé que sa valeur sera confirmée par les décennies à venir.»
The Independent

«Un grand plaisir de lecture... Hollinghurst mérite incontestablement la place du meilleur romancier anglais contemporain... Éblouissant.»
The Guardian

«Une épopée à travers près d'un siècle montrant l'évolution des comportements sociaux, sexuels et culturels, riche en scènes puissantes et sensuelles, observées d'un oeil ironique et aiguisé... Avec L'Enfant de l'étranger, un talent qui était déjà remarquable se déploie pour devenir spectaculaire.»
The Sunday Times

«Exaltant... De la comédie sociale nourrie par la passion sexuelle... L'Enfant de l'étranger dépeint brillamment le passage du temps, les jeunes qui deviennent des vieux, les vieux qui deviennent des morts, et les morts qui deviennent des souvenirs aussi insaisissables que la fumée... Cinq étoiles.»
The Mail on Sunday

«Incroyablement saisissant... Extraordinaire.»
The Spectator

«Complexe, plein d'esprit et d'humour... Comédie de moeurs, analyse des classes sociales, des changements du paysage politique et culturel - tous les plaisirs auxquels nous a habitués la prose de Hollinghurst sont là, dans leur plénitude, leur richesse du détail.»
The Times

Le choix des libraires : choisi le 16/09/2013 par Gérard Collard de la librairie LA GRIFFE NOIRE à SAINT-MAUR-DES-FOSSÉS, France

Gérard Collard recommande ce livre, au micro de Valérie Expert, sur France Info, radio partenaire de Lechoixdeslibraires.com

Le choix des libraires : choisi le 02/09/2013 par Stanislas Rigot de la librairie LAMARTINE à PARIS, France

Stanislas Rigot recommande ce livre au micro d'Augustin Trapenard, dans Le Carnet du libraire, sur France Culture, en partenariat avec Lechoixdeslibraires.com

La revue de presse : Alexandre Fillon - Lire, octobre 2013

Dans L'Enfant de l'étranger, Alan Hollinghurst brosse le tableau d'une époque où, à l'exemple d'un jeune poète foudroyé en 1916, beauté, intelligence et richesse disparaissent...
Alan Hollinghurst enchaîne les scènes d'anthologie et les dialogues acérés. Épate d'un bout à l'autre avec son traitement de l'espace et du temps. Sa manière tout en finesse de parler des illusions et des incompréhensions. De ce qui reste d'un monde et des êtres après le passage des années. Pas de doute, L'Enfant de l'étranger s'impose comme l'un des plus hauts sommets du roman anglais contemporain.

La revue de presse : Raphaëlle Leyris - Le Monde du 26 septembre 2013

a vie et l'oeuvre d'un poète célébré à sa mort en 1916 sont réévaluées au cours du siècle. Un grand roman de l'Anglais Alan Hollinghurst...
D'un texte autour de la postérité d'un poète imaginaire mort à 25 ans, Alan Hollinghurst réussit à faire un grand roman qui ausculte la société britannique et son évolution, ses rapports de classes, son attitude à l'égard de l'homosexualité et des amours non conformes. Le suspense sur lequel il repose tient autant aux révélations à venir qu'à la construction du livre, qui entraîne le lecteur d'une période à l'autre, et le " désarçonne ", dit l'auteur, volontairement...
Au fil du texte, l'écrivain s'amuse discrètement des évolutions dans la réception critique des poèmes de Cecil, successivement tenu pour un maître puis pour un " poète mineur qui se trouvait simplement avoir écrit ici et là des vers qu'on n'avait pas oubliés ". Mais il est des écrivains qui comptent au-delà du contexte dans lequel ils écrivent. On est prêt à parier qu'Alan Hollingurst est de ceux-là.

La revue de presse : Gilles Martin-Chauffier - Paris-Match, août 2013

Alan Hollinghurst dissèque l'aristocratie anglaise du début du siècle dernier. Une fresque passionnante et délicieusement cruelle...près Jane Austen et «Downton Abbey», on baigne dans une atmosphère à la Bloomsbury, ce groupe d'écrivains réunis autour de Virginia Woolf, de Maynard Keynes et de Lytton Strachey, où tout le monde couchait avec tout le monde - de préférence sans mélanger les sexes. Bref, on s'aperçoit que Daphné n'a eu aucun de ses enfants avec leurs pères officiels, que ses amants fricotaient plus souvent avec ses maris qu'avec ellemême et patati et patata - c'est le cas de le dire. Mais tout cela arrive avec le naturel et l'élégance irréprochable de la haute société anglaise prise dans ses bonnes manières comme un piquet dans le ciment. Partout ailleurs, ce serait un cauchemar. En Angleterre, c'est un rêve. Passions sexuelles et arrivisme social se présentent sur un plateau d'argent. Les larmes coulent mais elles ont un délicieux goût de gin. Exquis !

Retrouvez la fiche complète sur le choix des libraires