"Lady Hunt" de Hélène Frappat chez Actes Sud (Arles, France)

en partenariat avec 20minutes.fr

— 

Lady Hunt
Lady Hunt — Le choix des libraires

Résumé

Le point de vue des éditeurs

Laura Kern est hantée par un rêve, le rêve d'une maison qui l'obsède, l'attire autant qu'elle la terrifie. En plus d'envahir ses nuits, de flouter ses jours, le rêve porte une menace : se peut-il qu'il soit le premier symptôme du mal étrange et fatal qui frappa son père, l'héritage d'une malédiction familiale auquel elle n'échappera pas ?
D'autres mystères corrompent bientôt le quotidien de la jeune femme, qui travaille pour une agence immobilière à Paris - plus un effet secondaire qu'une carrière. Tandis qu'elle fait visiter un appartement de l'avenue des Ternes, Laura est témoin de l'inexplicable disparition d'un enfant.
Dans le combat décisif qui l'oppose à l'irrationnel, Laura résiste vaillamment, avec pour armes un poème, une pierre noire, une chanson, des souvenirs... Trouvera-t-elle dans son rêve la clé de l'énigme du réel ?
Sur la hantise du passé qui contamine les possibles, sur le charme des amours maudites, la morsure des liens du sang et les embuscades de la folie, Hélène Frappât trace une cartographie intime et (hypersensible de l'effroi et des tourments extralucides de l'âme. Des ruines du parc Monceau à la lande galloise, avec liberté et ampleur elle réinvente dans Lady Hunt le grand roman gothique anglais, et toutes les nuances du sortilège.

Hélène Frappât est l'auteur de quatre romans : Sous réserve (Allia, 2004), L'Agent de liaison (Allia, 2007), Par effraction (Allia, 2009) et INVERNO (Actes Sud, 2011).

Le choix des libraires : choisi le 01/02/2014 par Laure Simoes de la librairie PETITES HISTOIRES ENTRE AMIS à CHENNEVIÈRES-SUR-MARNE, France

Beau roman onirique à l'étrangeté envoûtante !
Son héroïne, Laura, travaille dans une agence immobilière tout en faisant d'étranges rêves de maison maléfique. Quel mystérieux secret de famille dévore ses rêves et saura-t-elle s'en libérer ?

Le choix des libraires : choisi le 05/09/2013 par Gwendoline Gaciarz de la librairie DU ROND-POINT à PARIS, France

Hélène Frappat est l'invitée de La Grande Librairie ce jeudi 5 septembre sur France 5

Laura Kern, agent immobilier dans les beaux quartiers de l'Ouest Parisien, est hantée par le rêve mortifère d'une maison.
Alors qu'elle fait visiter à une famille l'un des "biens d'exception" dont son agence s'est fait la spécialité, un petit garçon disparaît mystérieusement, comme englouti par les lieux, avant de réapparaître quelques heures plus tard, sans explication....

Quelle malédiction plane sur Laura ? Aurait-elle hérité de son père le mal qu'elle et sa soeur ont rebaptisé "Hunt" ? Que lui cache Enora, sa mère ?

Un roman flirtant habilement avec la fibre fantastique, mêlant univers légendaire et contexte contemporain. L'écriture d'Hélène FRAPPAT, rythmée par les vers prophétiques du poème de Tennyson, The Lady Of Shalott, emporte avec élégance un lecteur envoûté.

Le choix des libraires : choisi le 05/09/2013 par David Vincent de la librairie MOLLAT à BORDEAUX, France

Laura Kern est hantée par un rêve. Chaque nuit, elle rêve d'une maison dans la brume, aux fenêtres closes, et d'un portail qui refuse de s'ouvrir. Un jour, confrontée à un phénomène inexplicable, elle se demande si ce n'est pas la malédiction de la famille Kern qui la rattrape. Elle lutte contre l'irrationnel et cherche des explications. Quelle est cette maison, en quoi fait-elle partie de sa vie ? Hélène Frappat réinvente le roman gothique, pose des questions sur le poids de l'héritage familial et explore brillamment les tourments de l'âme humaine.

Courrier des auteurs le 12/09/2013

1) Qui êtes-vous ? !
J'espère ne jamais savoir qui je suis.

2) Quel est le thème central de ce livre ?
Lady Hunt est l'histoire d'une hantise : les lieux, les êtres, les souvenirs se détachent peu à peu sur l'écran de ce qu'on nomme «réalité», jusqu'à occuper le premier plan, et laisser la réalité disparaître, au loin, dans la brume.

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
«La peur est si forte qu'on voudrait mourir pour la tuer.»

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
J'ai composé chacune des phrases de Lady Hunt comme les échos d'une musique lancinante, une ancienne et obsédante ritournelle qui ne vous lâche plus.

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
L'intensité des émotions et du plaisir que j'ai ressentie en vivant dans la maison qu'a constituée l'écriture de ce roman.

6) Avez-vous des rituels d'écrivain ? (Choix du lieu, de l'horaire, d'une musique de fond) ?
Contrainte d'abandonner mes rituels (solitude, silence, heures matinales), je les recrée en me télétransportant dans mes fictions.

7) Comment vous vient l'inspiration ?
Il faut se concentrer résolument, ardemment, sur le monde parallèle où nos fantômes attendent de reprendre vie. Parfois, il arrive aussi de croiser le chemin d'une personne, ou d'un lieu, qui lancent vers vous un appel muet : alors on s'abandonne au lieu, à la personne, et l'histoire commence.

8) Comment l'écriture est-elle entrée dans votre vie ? Vous êtes-vous dit enfant ou adolescente «un jour j'écrirai des livres» ?
Aussi loin que je me souvienne, j'ai su que je serais écrivain. L'écriture est entrée dans ma vie d'enfant par la lecture.

9) Vous souvenez-vous de vos premiers chocs littéraires (en tant que lectrice) ?
Fantômette ; Le Club des Cinq ; Le Rouge et le Noir ; Les Misérables...

10) Savez-vous à quoi servent les écrivains ? !
A ce que servent les artistes : créer de la beauté.

11) Quelle place tiennent les librairies dans votre vie ?
Comme le dealer pour un toxicomane, les rêves pour un dormeur, je ne pourrais pas vivre sans savoir que, dans une rue proche, des tables chargées de livres inconnus ou familiers attendent.

La revue de presse : Frédérique Roussel - Libération du 24 octobre 2013

Lady Hunt embarque dans la brume, levant progressivement les draps posés sur les meubles de la maison hantée qui revient dans l'inconscient de Laura Kern. La thématique emprunte au roman gothique anglais et au cinéma fantastique. Mais derrière l'atmosphère impressionniste et poétique, l'histoire s'avère plus réelle qu'on ne le croit au départ. Et il émerge cette phrase paradoxale : «Le destin n'existe pas. On transporte des traces du passé, comme le sable que les enfants rapportent chez eux.» Passé bien déterminant.

La revue de presse : Alain Nicolas - L'Humanité du 10 octobre 2013

Hélène Frappat propose, avec Lady Hunt, une manière de roman gothique contemporain, puisant aux sources du genre autant qu'à ses incarnations tardives, littéraires, picturales ou cinématographiques. Les allusions demeurent discrètes et la lecture ne se transforme pas en quiz culturel. Le talent de l'auteur est de croiser ces fils divers en un tissu homogène, où les brumes celtiques et les appartements surannés se fondent dans le chuchotement pénétrant de fantômes familiers. L'écriture d'Hélène Frappat instille lentement son venin dans l'âme du lecteur, qui ne songe pourtant pas un instant à exorciser cette délicieuse magie.

La revue de presse : François Busnel - L'Express, octobre 2013

C'est l'un des romans les plus ambitieux de cette rentrée littéraire. Une plongée vertigineuse dans l'univers du doute, aux lisières de la folie et de la maladie, des univers parallèles et de la quatrième dimension, là où chacun redoute de s'aventurer...
On dira sans doute de ce beau roman qu'il est gothique. Je ne crois pas. En dépit de quelques scènes expérimentales dans son dernier tiers, ce roman tissé de malaise et d'obsession, profondément dérangeant, est taillé dans l'étoffe qui fournit à Stephen King ses plus beaux livres. Il est placé sous le signe des poèmes de Tennyson mais aussi de cette phrase de Robert Louis Stevenson : "Toujours nous serons enfants de la bruyère et du vent." "Où vont les visions fugaces lorsqu'elles s'éclipsent ?" demande Hélène Frappat. Dans les livres, les bons livres.

La revue de presse : Baptiste Liger - Lire, septembre 2013

Entre fiction fantastique et récit psychiatrique, l'auteur réussit un roman vertigineux autour d'une curieuse maladie : la chorée de Huntington...
Entre Paris et la petite bourgade bretonne de Kardec en passant par la Normandie ou "les falaises venteuses du pays de Galles", Hélène Frappat, dans Lady Hunt, nous entraîne en plein coeur des tourments intérieurs de sa narratrice. Bercé par les vers d'Alfred Tennyson et de nombreuses références cinéphiliques (Hitchcock, Lang, Lynch, Nakata...), ce puzzle romanesque passe, par petites touches, de la fiction fantastique à l'anglo-saxonne au récit psychiatrique*. Les pistes, symboles ou indices se superposent et, au fur et à mesure, Hélène Frappat rend son intrigue de plus en plus vertigineuse et fascinante.

La revue de presse : Monique Petillon - Le Monde du 19 septembre 2013

Entre séduction et effroi, réalité et étrangeté, Hélène Frappat signe l'étincelant " Lady Hunt ". Suivre dans ses hantises Laura Kern, héroïne et narratrice de l'envoûtant Lady Hunt, c'est franchir une frontière, entrer dans un monde inquiétant et magnifique...
Dans ce cinquième roman, particulièrement accompli, elle déploie ses sortilèges, entre séduction et effroi.

La revue de presse : François Lestavel - Paris-Match, août 2013

Pour son cinquième roman, Hélène Frappat a l'esprit frappeur et emprunte des chemins fantastiques que les Français cartésiens arpentent peu...
Son récit distille une atmosphère très cinématographique, qui évoque aussi bien les fantômes de Jacques Tourneur ou de Hitchcock que le «Shining» de Kubrick. «Je voulais retrouver l'intensité de ces images de cinéma qui s'impriment dans la rétine, les couleurs, la lande...» L'auteure s'est aussi inspirée de la tradition anglo-saxonne, en faisant d'un poème de Tennyson, «The Lady of Shalott», la clé de l'intrigue...
Une influence forte, certes, mais Lady Frappat n'a pas besoin de tourner autour du Poe pour nous faire ressentir tout un spectre de sensations fortes.

Retrouvez la fiche complète sur le choix des libraires