"Un duo d'enfer" de Edith Peille chez IS Edition (Marseille)

en partenariat avec 20minutes.fr

— 

Un duo d'enfer
Un duo d'enfer — Le choix des libraires

Résumé

Très amis, Stanislas et Anouk se connaissent depuis longtemps : qualités, petits travers, gros défauts.

Lui vit en dilettante sur le succès de son premier roman, collectionnant les jeunes conquêtes. Anouk, elle, vient de se faire plaquer sans élégance par son fiancé. Se retrouvant à la rue, elle demande ainsi à son ami de l'héberger, ce que ce dernier accepte. Elle se réfugie donc chez Stanislas.

Leur nouvelle vie commune n'a rien d'idéal car ils n'ont pas les mêmes centres d'intérêts. Stanislas dirige un atelier d'écriture à Paris. Il vit seul dans le désordre de son appartement de célibataire. Anouk est gérante d'une galerie d'art.

Leur cohabitation débute alors entre complicité et crises de colère, farces d'adolescents et moments de tendresse. Cette amitié de longue date oscille tout doucement vers des émotions plus confuses qu'ils ne parviennent pas à nommer.

Un beau jour, Anouk doit retourner au Pays basque dans sa famille pour le mariage de sa demi-soeur. Étant toujours célibataire, elle propose donc à Stanislas de se faire passer pour son petit ami...

Édith PEILLE

Déjà auteure de cinq livres particulièrement variés, Édith Peille signe avec Un duo d'enfer une histoire passionnante, faisant rimer à la perfection Amour... et Humour !

Courrier des auteurs le 22/08/2013

1) Qui êtes-vous ? !
Une femme ; à «roulettes» mais qui ne se sent pas «handicapée», et très bien dans sa peau !

2) Quel est le thème central de ce livre ?
L'amour, l'humour ; la vie ! Thèmes universels (selon moi...).

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
La lecture de cette annonce en noir et blanc lui coupa le souffle. Le mariage était exactement dans deux semaines, elle n'avait personne pour l'accompagner. Que faire ? Elle jeta le magazine au sol, ramassa le journal, dans l'espoir de se changer les idées.
Elle s'efforçait de se concentrer sur un plaidoyer sur la disparition de la pipe de Jacques Tati-Mr Hulot et la cigarette de Lucky Luke, quand Stan sortit de la cuisine en traînant les pieds. Mon Dieu ! Il ne manquait plus que lui ! Il portait un tee-shirt géant où s'étalait le slogan : Vive les patates ! Ayez la frite ! Anouk avait autrefois possédé son exact jumeau, prime distribuée pour l'inauguration d'un restaurant où ils s'étaient incrustés ensemble, des années plus tôt : mais elle, elle avait eu le bon goût de s'en débarrasser.
Stan s'effondra sur un siège, se prit la tête entre les mains.
- A l'aide...
Anouk continua sa lecture dans un silence glacial.
- Je préfèrerais être mort. Pas de fleurs, merci.
Anouk ignora - ce minable, funeste individu.
Il s'étira bruyamment, laissa échapper un bâillement sans complexe. Le silence se prolongeait. Anouk attendait. Enfin, il demanda d'une voix prudemment neutre :
- Tu as passé une bonne soirée ?
- Sensationnelle, merci.
- C'est vrai ?
Ses yeux se dilatèrent de surprise.
- De la pure poésie. Rien de tel qu'un homme qui vénère le sol que tu foules, en particulier si c'est son propre corps. Pardon, son propre corps velu. Mais ses menottes auraient bien eu besoin d'être rembourrées, je dois dire. J'aime mieux celles en plumes de marabout ; elles sont plus douces.
Stan la regarda avec frayeur.
- Tu plaisantes ?
- Bien sûr que je plaisante !
Sautant sur ses pieds, elle se mit à lui taper sur la tête avec son journal.
- Comment as-tu osé me brancher sur un pervers ?

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
«Glory Box» de PORTISHEAD.

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
J'aimerais que les lecteurs soient autant attachés aux deux personnages principaux - Anouk et Stanislas - que je le suis ; qu'ils puissent facilement s'identifier à ces «héros» de la vie dite «ordinaire», quitte à ne plus pouvoir les quitter ! Qu'ils soient tristes de devoir (déjà) refermer le livre, après avoir passé un excellent moment en leur compagnie !

Retrouvez la fiche complète sur le choix des libraires