"L'invention de nos vies" de Karine Tuil chez Grasset (Paris, France)

en partenariat avec 20minutes.fr

— 

L'invention de nos vies
L'invention de nos vies — Le choix des libraires

Résumé

Sam Tahar semble tout avoir : la puissance et la gloire au barreau de New York, la fortune et la célébrité médiatique, un «beau mariage»... Mais sa réussite repose sur une imposture. Pour se fabriquer une autre identité en Amérique, il pille celle de son meilleur ami Samuel, fils d'intellectuels juifs, écrivain raté qui sombre lentement dans une banlieue française sous tension. Vingt ans plus tôt, la sublime Nina était restée par pitié aux côtés du plus faible. Mais si c'était à refaire ?
À mi-vie, ces trois comètes se rencontrent à nouveau, et c'est la déflagration...
«Avec le mensonge on peut aller très loin, mais on ne peut jamais en revenir», dit un proverbe yiddish qu'illustre ce roman d'une puissance et d'une habileté hors du commun, où la petite histoire d'un triangle amoureux percute avec violence la grande Histoire de notre début de siècle.

Karine Tuil est l'auteur de neuf romans parmi lesquels Tout sur mon frère (2003), Quand j'étais drôle {2005), Douce France (2007), La Domination (2008) et Six mois, six jours (2010), tous publiés chez Grasset.

Le choix des libraires : choisi le 01/02/2014 par Pascale Boulgakoff de la librairie PETITES HISTOIRES ENTRE AMIS à CHENNEVIÈRES-SUR-MARNE, France

Sam est brillant, patron du plus grand cabinet d'avocats de New York, et le mari de la fille d'un des plus grands chefs d'entreprise américain.
Samuel vit à Paris avec Nina, son amour de jeunesse, mais qui était aussi celui de Sam... Ils n'ont pas vraiment réussis et ne sont pas très heureux. Sam est arabe et Samuel est juif, mais Sami a emprunté une partie de la biographie de Samuel pour réussir. Ce n'est que le début d'une histoire que vous ne lâcherez pas...

Le choix des libraires : choisi le 04/09/2013 par Frédérique Franco de la librairie LE GOÛT DES MOTS à MORTAGNE-AU-PERCHE, France

Samuel et Samir se sont rencontrés à l'université. Avec Nina, à la beauté envoutante, ils forment un trio uni mais l'attirance des deux garçons pour Nina vient troubler l'équilibre. Vingt ans plus tard, Samir est devenu Sam, redoutable et riche avocat pénaliste à New York, la vie lui sourit. Samuel et Nina vivent ensemble, modestement, en banlieue parisienne. Le trio va se retrouver, mais à quel prix...
L'écriture est vive et rapide quand la tension monte, dans l'urgence de ce que vivent les personnages, et elle s'apaise à leur rythme. L'invention de nos vies est un livre sur le mensonge, les choix que l'on fait pour donner à sa vie la direction que l'on souhaite, et la complexité des identités. Un roman sur notre société contemporaine juste et sans concession. Un livre vibrant au suspense habile, qu'on a du mal à lâcher. Formidable !

Le choix des libraires : choisi le 22/08/2013 par Lydie Zannini de la librairie DU THÉÂTRE ZANNINI à BOURG-EN-BRESSE, France

«Avec le mensonge, on peut aller très loin, mais on ne peut jamais en revenir» (proverbe Yiddish) Sam Tahar n'aurait pas dû mentir sur ses origines. Mais peut-être ne serait-il pas monté si haut dans l'échelle sociale ?
Pourtant il est heureux, ou le parait, mais quand la vérité va éclabousser sa famille, il n'y aura qu'un ami qui le soutiendra.
Suspense réaliste, mais ô combien possible, vous ne pourrez abandonner ce gros roman, je vous le garantis.

La revue de presse : Sophie Delassein - Le Nouvel Observateur du 12 septembre 2013

Et voilà le nom de Karine Tuil parmi les espoirs de cette rentrée littéraire. Une forme de consécration qui aurait pu, qui aurait dû arriver plus tôt à cette romancière dont les personnages n'ont jamais manqué de caractère et dont l'écriture montre, à chaque nouveau livre, plus de tenue, d'originalité, de personnalité...
Mais ce qui frappe le plus dans «l'Invention de nos vies», c'est sa ponctuation. On attend les points et les virgules comme on guette les aires de repos sur une autoroute : une pause, une respiration. Quant à ces barres obliques qui tranchent les phrases, elles lui ont été inspirées par le rap. Karine Tuil/portraitiste de la violence contemporaine/mérite prix littéraire.

La revue de presse : Jean-Claude Raspiengeas - La Croix du 26 septembre 2013

Percutant et juste, fort et intense, ce roman, à la construction implacable, semé de rebondissements, suit le fil d'une intrigue sensationnelle...
Avec ce roman de l'arrivisme et de la revanche, de la domination sociale et sexuelle, de la réussite ostentatoire, Karine Tuil joue sur des accélérations narratives et des effets de déflagration. Sur fond de triangle amoureux, elle s'engouffre, pour mieux la dynamiter, dans la revendication délirante et schizophrénique des présumées origines, brandie comme une arme, prête à disloquer la société pour mieux affirmer la puissance sans partage de sa propre communauté.

La revue de presse : Bernard Pivot - Le Journal du Dimanche du 1er septembre 2013

Au fil de ses romans, Karine Tuil impose sa vision féroce du monde. L'Invention de nos vies, son neuvième, le plus ambitieux, le plus risqué, le plus accompli, va l'installer parmi les écrivains auxquels la critique et le public ne pourront pas ne pas se référer. Il y a dans son écriture une force, une efficacité, auxquelles se mêlent brio et élégance, qui sont tout simplement impressionnantes. Et quelle histoire ! Déjà, avec ses deux précédents romans, La Domination, 2008, Six mois, six jours, 2010 (Grasset), tête haute, souffle rapide, elle fonçait dans le romanesque. Là, elle s'y installe avec une hardiesse qui témoigne d'une belle santé...
L'Invention de nos vies est un roman sur l'imposture, les faux-semblants, les identités trompeuses, l'embobinage par la séduction, les manipulations de l'intelligence et du sexe, de la parole et de l'écriture.

La revue de presse : Mohammed Aïssaoui - Le Figaro du 29 août 2013

Avec L'Invention de nos vies, Karine Tuil a réussi une oeuvre de forte magnitude qui brasse et embrasse la complexité de notre monde, le décrit, le décrypte, le décortique, et, finalement, nous aide à mieux le comprendre. On s'extasie souvent sur les grands écrivains étrangers - à juste titre -, mais là, avec cette jeune romancière, la France détient un auteur de talent. Elle s'est attaquée à un sujet universel et passionnant : le mensonge. Que reste-t-il des existences basées sur une imposture ? Karine Tuil y répond de manière impressionnante, elle s'appuie sur la littérature pour produire un roman à la fois social et politique, tendu et nerveux.

Retrouvez la fiche complète sur le choix des libraires