"Un détail inutile ? : le dossier des peaux tannées, Vendée, 1794" de Jean-Clément Martin chez Vendémiaire (Paris, France)

en partenariat avec 20minutes.fr

— 

Un détail inutile ? : le dossier des peaux tannées, Vendée, 1794
Un détail inutile ? : le dossier des peaux tannées, Vendée, 1794 — Le choix des libraires

Résumé

Des hommes capturés, exécutés, qu'on aurait écorchés avant de procéder au tannage de leur peau, utilisée pour confectionner des objets ou relier des livres... Le fait est attesté, durant la Révolution. En décembre 1793, près d'Angers, aux Ponts-de-Cé, des milliers de prisonniers vendéens sont tués, selon les témoignages recueillis par les représentants en mission. Quelques-uns citent l'écorchement de 32 hommes sur ordre d'un officier de santé, Pecquel, qui aurait ensuite fait traiter les peaux par un tanneur d'Angers.
Bavure isolée ou bien, comme une légende noire le laisse entendre depuis deux siècles, véritable entreprise d'État ? Des membres du Comité de salut public sont accusés d'avoir installé à Meudon une tannerie de peaux humaines, pour en faire des culottes ou pour relier des exemplaires de la Constitution.
Jean-Clément Martin entreprend ici d'examiner les pièces du dossier, afin de rendre compte des rumeurs, des accusations et des faits, tels qu'ils peuvent être recensés dans les années 1793-1799. Mais au-delà, il inscrit ces éléments dans la perspective plus large de l'histoire de l'écorchement, supplice ou pratique chirurgicale, voire sociale, repérable de l'Antiquité à nos jours.

Jean-Clément Martin est professeur émérite de l'université Paris-1-Sorbonne; il a dirigé l'Institut d'histoire de la Révolution française. Il dirige la collection Révolutions aux éditions Vendémiaire, dans laquelle il a publié La Machine à fantasmes (2012).

Le choix des libraires : choisi le 29/06/2013 par Eric Charrier de la librairie OCCITANE à BAGNOLS-SUR-CEZE, France

Si Jean-Clément MARTIN aborde l'épineux problème des peaux tannées sous la Révolution - actes commis par des républicains et attestés - c'est moins pour fustiger des pratiques isolées que pour dénoncer les violences issues de l'Ancien Régime. Fidèle à des idées déjà développées dans ses ouvrages précédents, la Révolution Française a trouvé en Jean-Clément MARTIN l'un de ses plus ardents défenseurs.

Courrier des auteurs le 29/06/2013

1) Qui êtes-vous ? !
Un universitaire à la retraite qui n'arrête pas de travailler, comme tant d'autres, à ce qui l'a toujours passionné.

2) Quel est le thème central de ce livre ?
Établir la vérité sur l'écorchement d'hommes pendant la Révolution française et le tannage de ces peaux humaines. Il s'agit d'une affaire unique à Angers en 1793, mais surtout d'un bruit injustifié répandu autour du château de Meudon en 1794. L'important est de voir ce qui est retenu par la suite et de démonter les accusations qui continuent aujourd'hui encore à courir notamment sur Internet.

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
Voilà presque deux siècles que ce serpent de mer, la Révolution tanneuse (outre qu'elle est guillotineuse et prétotalitaire) court dans des articles et des livres, pousse des groupes à manifester... Bavure isolée ou bien, comme une légende noire le laisse entendre depuis deux siècles, véritable entreprise d'État ?

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
Un mouvement d'une symphonie de Mahler, avec des dissonances marquées sur fond musical classique.

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
Le plaisir et aussi la difficulté de faire de l'histoire en revenant aux faits et en dénonçant les inventions. Faire alors comprendre pourquoi les révolutionnaires de 1793 sont accusés d'avoir commis les pires atrocités en isolant des faits réels mais marginaux ou en propageant des rumeurs.

La revue de presse : Dominique Kalifa - Libération du 6 juillet 2013

Historien reconnu de la Révolution française, Jean-Clément Martin a voulu prendre cette légende au sérieux. Son enquête s'attache autant à attester les faits qu'à cerner les mécanismes de la croyance...
Il montre surtout combien la Révolution, que ses détracteurs pensaient comme incapable de changer le destin de l'humanité sans verser dans l'horreur, attisa ces fantasmagories.

Retrouvez la fiche complète sur le choix des libraires