"Karl Löwith et la philosophie : une sobre inquiétude" de Enrico Donaggio chez Payot (Paris, France)

en partenariat avec 20minutes.fr

— 

Une sobre inquiétude : Karl Löwith et la philosophie
Une sobre inquiétude : Karl Löwith et la philosophie — Le choix des libraires

Résumé

Karl Löwith (1897-1973) reste en France un auteur peu connu. Cet ouvrage vise à remédier à cette lacune. Fondé sur une riche documentation, comprenant notamment les lettres échangées avec les grandes figures philosophiques du XXe siècle, il se présente comme une biographie intellectuelle de l'auteur de De Hegel à Nietzsche et du diptyque Max Weber et Karl Marx.
Löwith fut le premier élève de Heidegger, avec lequel, dès ses années d'études, il noua un dialogue critique destiné à se prolonger jusqu'à sa mort. Il fut contraint par l'antisémitisme nazi à un long exil en Italie, au Japon et aux États-Unis. À son retour en Allemagne, il devint l'un des critiques les plus pertinents de son ancien maître, dont le ralliement au nazisme avait définitivement révélé les aspects les plus inacceptables de sa pensée.
Critique de la modernité, Löwith est un penseur sceptique qui s'interroge sur le sens de la philosophie après la mort de Hegel et sur la responsabilité de la philosophie dans le mal qui a dévasté le XXe siècle. Il place sur le banc des accusés l'un des mythes fondateurs de la pensée philosophique et politique moderne, selon lequel l'homme est maître et possesseur de son propre destin.
Adversaire de la «pensée historique», il ne saurait cependant être tenu pour un néoconservateur soucieux de rétablir l'ordre des valeurs menacé par l'historicisme moderne. Dans sa quête d'une extériorité à l'histoire, il s'efforce de saisir «dans ses justes proportions» notre rapport au monde, contre toute représentation illusoire de la réalité. Se tenant à distance de toute confiance excessive dans la philosophie, toujours portée par un désir de maîtrise, comme de toute «pensée faible», il pratique une philosophie qui se déploie dans l'élément de l'inquiétude et du doute.

La revue de presse : Roger-Pol Droit - Le Monde du 13 juin 2013

Ils étaient juifs, philosophes et allemands. Nés peu avant ou peu après le XXe siècle, tous furent élèves de Heidegger à l'université de Fribourg. Hannah Arendt, Günther Anders, Alexandre Koyré, Leo Strauss, Hans Jonas, Herbert Marcuse, Hans Georg Gadamer sont aujourd'hui célèbres, largement traduits, lus et commentés. Par comparaison, Karl Löwith (1897- 1973) semble avoir été quelque peu délaissé, singulièrement en France, bien que plusieurs de ses livres soient disponibles. Une bonne occasion de le redécouvrir est fournie par l'étude très documentée que lui consacre Enrico Donaggio, professeur d'histoire de la philosophie à l'université de Turin...
L'intérêt du travail d'Enrico Donaggio est de mettre en lumière (...) les traits originaux du parcours de Löwith...
Le résultat de cette méditation inquiète, solitaire et radicale est résumé par cette phrase de Löwith en 1960 : " Qui veut un monde différent de ce qu'il est, qui veut le transformer, ne sait pas ce qu'est la philosophie et confond à tort le monde avec l'histoire universelle et celle-ci avec l'oeuvre de l'homme. " Relisez cette phrase lentement. Est-il vraiment nécessaire d'expliquer pourquoi son auteur n'est pas populaire ?

Retrouvez la fiche complète sur le choix des libraires