"Un sociologue chez Renault : de Pierre Bourdieu à Carlos Ghosn, 1984-2005" de Jean-Claude Monnet chez Armand Colin (Paris, France)

en partenariat avec 20minutes.fr

— 

Un sociologue chez Renault : de Pierre Bourdieu à Carlos Ghosn, 1984-2005
Un sociologue chez Renault : de Pierre Bourdieu à Carlos Ghosn, 1984-2005 — Le choix des libraires

Résumé

«Lorsqu'on me demandera encore : "Mais à quoi ça sert la sociologie ? ", je répondrai : «Lisez Un sociologue chez Renault et vous comprendrez l'essentiel», écrit Claude Dubar dans sa préface.

Sociologue de formation, recruté comme tel par Renault, Jean-Claude Monnet raconte sa pratique des sciences sociales dans l'entreprise pendant plus de 20 ans.
Empruntant la structure d'une boîte de vitesse - 6 rapports, 7 passages - il retrace une traversée inattendue de la société automobile nationale aujourd'hui cotée au CAC 40. Comme si, pendant toutes ces années, il avait tenu un carnet de bord, précis et distancié, qui raconte de l'intérieur «l'aventure» Renault : les mutations du travail dans les grands métiers (de la conception des voitures jusqu'à leur entretien dans les garages), les projets de nouveaux véhicules, les coopérations avec des constructeurs étrangers (Volvo, General Motors, Nissan) et le développement international de Renault en Roumanie (Dacia), Corée du Sud (Samsung), Russie.

La revue de presse : - Le Monde du 20 juin 2013

A la lecture d'Un sociologue chez Renault, comment ne pas évoquer L'Etabli, de Robert Linhart, ce sociologue qui pour mieux comprendre la vie du quotidien ouvrier de l'intérieur en 1968 avait entrepris une plongée au coeur d'une usine. C'était alors chez Citroën. Vingt ans plus tard, le sociologue Jean-Claude Monnet renouvelle l'expérience chez Renault. A son arrivée, il est en décalage total avec la culture de la maison. Mais la comparaison s'arrête là. De son immersion durant une vingtaine d'années, M. Monnet ne décrit pas une fresque du quotidien ouvrier mais relate comment la Régie a progressivement intégré une nouvelle approche de l'évaluation du travail et de son organisation, d'abord timidement, puis en se l'appropriant. Non sans résistance...
Il a facilité l'identification des coûts cachés et le chiffrage des marges de progrès. Par ailleurs, l'analyse de l'entreprise par un sociologue aide à éviter les écueils de grands courants du management qui ont accompagné la mondialisation de l'économie.

Retrouvez la fiche complète sur le choix des libraires