"Medef : confidences d'un apparatchik" de Bernard Giroux chez Archipel (Paris, France)

en partenariat avec 20minutes.fr

— 

Medef ; confidences d'un apparatchik
Medef ; confidences d'un apparatchik — Le choix des libraires

Résumé

Tout le monde connaît le Medef. Ou croit le connaître. Officiellement, c'est l'organisation qui, sous la coupe des «big boss» de l'industrie, négocie avec les syndicats, souvent à reculons. De ses activités de lobbying, de ses conflits internes, du trésor de guerre de l'UIMM, on ne parle qu'à mots couverts.

Entré dans cette «étrange maison» à l'âge de 25 ans, Bernard Giroux y a servi cinq présidents. Remercié en 2003 pour «trop grande efficacité», il raconte un quart de siècle d'action patronale, vu d'un formidable poste d'observation : la direction du service de presse, «cabinet noir des patrons des patrons».

Anecdotes, révélations sur les grandes et petites faiblesses de ses dirigeants... Dévoilé par un homme du sérail, voici le patronat, ses manoeuvres et ses officines, ses bras de fer avec le pouvoir et ses rapports parfois complices avec le monde syndical. Un regard inattendu sur notre histoire économique et sociale récente.

Fils de patron menuisier, diplômé de Sciences Po, Bernard Giroux entre en 1980 au service d'information du CNPF (devenu Medef en 1998), Il restera vingt-trois ans au coeur de l'organisation patronale, dont il dirige le service de presse de 1989 à 2003, avant d'occuper les mêmes fonctions à l'Assemblée des chambres de commerce et d'industrie. Désormais conseiller en communication, il enseigne dans les écoles de communication. Il est l'auteur de Comment rater ses relations avec la presse (avec Pierre Zimmer, L'Archipel, 2011).

La revue de presse : Michel Noblecourt - Le Monde du 13 juin 2013

En pleine campagne électorale pour la présidence du Medef, voilà un livre qui tombe à point...
Aussi talentueux que rusé, sachant distiller avec humour et précision ses informations aux journalistes, Bernard Giroux a su se couler autant dans le monde des médias que dans l'univers patronal. Souvent aux premières loges, et toujours dans les coulisses, il a rempli sa musette de petits secrets sur les grandes manoeuvres et les petites combines qui tissent l'histoire du patronat et de ses rapports avec le pouvoir et les syndicats. C'est un peu Tintin au pays des patrons, épousant sans retenue tous les combats du CNPF, s'émerveillant de côtoyer, à travers ses voyages, les grands de ce monde et découvrant une planète peuplée, à quelques exceptions près, de dirigeants subtils ou formidables. De ce patronat où tout le monde n'est pas beau et gentil, Bernard Giroux a retenu une foultitude d'anecdotes, souvent savoureuses, et quelques portraits évocateurs.

Retrouvez la fiche complète sur le choix des libraires