"Jour au petit point" de Monique Leroux Serres chez Pippa (Paris, France)

en partenariat avec 20minutes.fr

— 

Jour au petit point
Jour au petit point — Le choix des libraires

Résumé

«Haïkus du temps, passé et présent, mouvants haïkus d'ici et d'ailleurs... Toujours ils partent du plus simple, du banal, allant de là à l'essentiel, sans hausser le ton.

Dans Jour au petit point, les couleurs s'éclaircissent, pour une fraîche histoire d'amour où les corps s'éprennent.

Attirée par le rouge
l'abeille butine ma bouche
Baiser de papier

Aux marges du silence, l'oeuvre de patience accompagne ces retours têtus, à l'identique, des fleurs nommées, des feuilles qui tombent, du fruit mûr, pour un éloge de la lenteur. Attente. C'est la grande attente du livre en train de se peindre au rythme de l'enfant, en écho, en miroir.
Haïku. Le plus petit poème du monde, pas plus long qu'une respiration, à faire trotter sur quelques pieds. Dix-sept, voudrait la tradition.»

Françoise Kerisel

Monique Leroux Serres, professeur de lettres, vit entre Paris et les Pays de Loire, sa région natale. Elle s'est intéressée très tôt à la littérature japonaise et écrit, outre des haïkus, des haïbuns (prose avec haïkus). Taeko Oshima est maître calligraphe japonaise. Née sur l'île de Kyushu, elle descend d'une famille qui perpétue de génération en génération cet art de la belle écriture aussi estimé que la peinture.

Courrier des auteurs le 10/06/2013

1) Qui êtes-vous ? !
Monique Leroux Serres, mariée, deux enfants, vivant entre Paris et les Pays de Loire. Longtemps éducatrice spécialisée, maintenant professeur de lettres. Passionnée de lecture et d'écriture, la littérature japonaise m'a toujours fascinée. J'ai d'abord étudié le haïku avec Madoka Mayuzumi à la Maison de la Culture du Japon. Aujourd'hui, je participe au «Kukaï de Paris» et à la revue Gong de L'Association Francophone de Haïku. J'écris aussi des haïbuns (prose avec haïkus) pour la revue «L'écho de l'étroit chemin».

2) Quel est le thème central de ce livre ?
Jour au petit point est un recueil de haïkus qui propose :
- une interrogation sur la vie, sur son sens ;
- une louange de toute lumière et de toute couleur pour se libérer de la nuit, de l'obscur ;
- une recherche, dans le temps qui passe, dans le rythme des saisons, dans le défilé des évènements heureux ou malheureux, des «moments de grâce», parfois faits des choses les plus simples, qui donnent accès à la paix intérieure, à la joie d'exister, à un sentiment d'éternité ;
- une certitude : que tout ce qui s'élève, grandit, fane, se courbe, et meurt, est à l'origine d'une vie nouvelle.

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
Le rouge de l'aube
Un moineau dans la neige
invente l'écriture

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
Ce serait une composition inédite, mêlant différents tempos, constituée de bruits enregistrés dans la vie réelle, isolés, séparés par des silences, ou en polyphonie ; par exemple : le bruit du vent dans les feuilles, les clarines d'un troupeau en haute montagne, le roulis des galets sous les vagues de la marée, le bourdonnement des abeilles dans un arbre en fleur, le goutte à goutte de la pluie qui s'arrête, le cliquetis de couverts pendant un repas, la sirène d'un bateau, les voix des gens qui s'interpellent de loin, le craquement de la glace au printemps...

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
La simplicité et le goût de la poésie.

Retrouvez la fiche complète sur le choix des libraires