"Marchés : la fin des modèles standards alerte" de Roman Frydman ,Michael D. Goldberg chez le Pommier (Paris, France)

en partenariat avec 20minutes.fr

— 

Marchés : la fin des modèles standards
Marchés : la fin des modèles standards — Le choix des libraires

Résumé

Pour décrire l'évolution de l'économie et des marchés financiers, le raisonnement d'une grande majorité des spécialistes de la macroéconomie et de la finance s'appuie sur des modèles mathématiques où le monde est parfaitement prédictible - comme si rien de vraiment nouveau ne pouvait arriver ! -, avec des acteurs économiques parfaitement rationnels agissant à la manière de... robots. Dans ces conditions idéales, les marchés financiers ne peuvent qu'être parfaits et efficaces...

La thèse centrale de l'ouvrage est que ces modèles ont, tout au long de la crise, largement failli, alors qu'ils sont paradoxalement toujours utilisés aujourd'hui, y compris par les banques centrales.
Pour les économistes Roman Frydman et Michael Goldberg, nous vivons dans un monde de «connaissance imparfaite» où la prévision parfaite n'existe pas. Pour remplacer l'hypothèse d'efficience des marchés, les deux auteurs proposent l'hypothèse des marchés contingents, qui reconnaît que les évolutions sont influencées par des situations et facteurs imprévus.

Tout en tenant compte du rôle essentiel que jouent les marchés financiers dans nos économies modernes, les auteurs reconnaissent aux États le droit et le devoir d'en atténuer les excès. Ils proposent également des prolongements aux réformes systémiques actuelles, ainsi que de nouvelles façons de réfléchir à ces réformes. Ils envisagent enfin une panoplie de mesures destinées à atténuer les excès des marchés financiers sans gêner la capacité des économies capitalistes à stimuler l'innovation et une croissance durable.

LES AUTEURS

Roman Frydman et Michael Goldberg sont respectivement professeurs d'économie, à l'université de New York et du New Hampshire. Ils ont déjà publié «Imperfect Knowledge Economics Exchange Rates and Risk" ("Économie de la connaissance imparfaites : taux de change et risque"), également chez Princeton.

La revue de presse : - Le Monde du 30 mai 2013

Qui, mieux qu'un bon connaisseur de l'économie planifiée pouvait critiquer aussi radicalement les théories dominantes de... l'économie de marché ? Dans les deux cas, il s'agit de combattre des dogmes, des mécanismes intellectuels qui prétendent prévoir le futur à partir de la connaissance "parfaite" des données présentes, pour aboutir à un but ultime, que ce soit le communisme ou le règne du "marché libre". Cette critique est en tout cas l'ambition de l'ouvrage de Roman Frydman, et de son coauteur, Michael Goldberg, Marchés : la fin des modèles standard, qui vient d'être publié en français, deux ans après sa parution aux Etats-Unis (Princeton, 2011).

Retrouvez la fiche complète sur le choix des libraires